Indemnités journalières sans délai de carence pour les libéraux : désaccords syndicaux

  • Publié le .
Information dentaire

Aujourd’hui, hors contrat de prévoyance, aucun professionnel libéral ne bénéficie d’indemnités journalières au titre de la maladie avant le 91ème jour d’un arrêt de travail. Pour mettre fin à cette situation, le gouvernement a déposé un amendement au Projet loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) qui permettrait aux libéraux de disposer d’indemnités journalières sans délai de carence, pendant les 90 premiers jours (lire ici https://bit.ly/35yrQvd).

L’Union nationale des professions libérales (UNAPL), confédération de 67 organisations représentatives des professions libérales s’est félicitée le 20 octobre d’avoir été entendue et salue une « avancée historique », une « mesure de progrès et d’équité ».

Dans la foulée, l’Union Dentaire estime, le 21 octobre, que cet amendement « va dans le bon sens ». « Même si les chirurgiens-dentistes ont une prévoyance, le délai de carence actuel pénalise les praticiens et les oblige à prendre des assurances individuelles pour le réduire, explique le syndicat. Dans le cas où un praticien a des problèmes de santé, cela entraine de réelles difficultés car il est obligé de payer des sur-cotisations pouvant s’avérer prohibitives. Le principe d’une mutualisation sur l’ensemble des professionnels libéraux pourrait être une très bonne chose, sous réserve que les cotisations soient supportables. »

En effet, la mesure sera financée, selon le texte de l’amendement, par « une cotisation supplémentaire assise sur les revenus d’activité, dans la limite d’un plafond » qu’il reste à définir par décret. Les CDF de leur côté, dénoncent à propos de cette cotisation, « l’instauration d’un prélèvement obligatoire supplémentaire ». « Il ne faudrait pas que cette taxe inéquitable, aux avantages incertains, emprunte la trajectoire de la Contribution Sociale Généralisée (CSG), qui a vu son taux passer de 1,1 % en 2001, à 10 % vingt ans plus tard… », indique le syndicat qui précise, dans un communiqué du 23 octobre, avoir « toujours milité pour une prévoyance volontaire, adaptée aux besoins de chacun ».

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Des solutions pour prévenir les TMS

Comment agir pour prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) en entreprise ? L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) vient de publier...
Vie de la profession

Article réservé à nos abonnés Essor des usineuses et des imprimantes 3D dans les cabinets dentaires

Dans le contexte actuel de révolution technologique, les cabinets dentaires bénéficient de l’avènement des usineuses et des imprimantes 3D, des outils...
Vie de la profession

Elections professionnelles : les praticiens hospitaliers appelés aux urnes

Les quelques 90 000 professionnels de santé hospitaliers, médecins, pharmaciens et environ 5 500 chirurgiens-dentistes sont appelés à élire, du...
Vie de la profession

Article réservé à nos abonnés Sur dix ans, les revenus professionnels progressent moins vite que l’inflation

Après la hausse spectaculaire des revenus professionnels de 14,51 % en 2021, les revenus 2022 s’érodent de 2,65 % selon...
Vie de la profession

Etudiants en dentaire : participez à l’enquête « Bien être » de l’UNECD

L’Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire (UNECD) lance sa quatrième enquête « Bien être » auprès des étudiants en chirurgie dentaire....
Vie de la profession

Aspiration haut débit : utile face aux bioaérosols mais grande source d’inconforts

L’utilisation d’une aspiration haut débit au fauteuil est ressentie par les chirurgiens-dentistes et les assistant(e)s dentaires comme une protection plutôt...