Indemnités journalières sans délai de carence pour les libéraux : désaccords syndicaux

  • Publié le .
Information dentaire

Aujourd’hui, hors contrat de prévoyance, aucun professionnel libéral ne bénéficie d’indemnités journalières au titre de la maladie avant le 91ème jour d’un arrêt de travail. Pour mettre fin à cette situation, le gouvernement a déposé un amendement au Projet loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) qui permettrait aux libéraux de disposer d’indemnités journalières sans délai de carence, pendant les 90 premiers jours (lire ici https://bit.ly/35yrQvd).

L’Union nationale des professions libérales (UNAPL), confédération de 67 organisations représentatives des professions libérales s’est félicitée le 20 octobre d’avoir été entendue et salue une « avancée historique », une « mesure de progrès et d’équité ».

Dans la foulée, l’Union Dentaire estime, le 21 octobre, que cet amendement « va dans le bon sens ». « Même si les chirurgiens-dentistes ont une prévoyance, le délai de carence actuel pénalise les praticiens et les oblige à prendre des assurances individuelles pour le réduire, explique le syndicat. Dans le cas où un praticien a des problèmes de santé, cela entraine de réelles difficultés car il est obligé de payer des sur-cotisations pouvant s’avérer prohibitives. Le principe d’une mutualisation sur l’ensemble des professionnels libéraux pourrait être une très bonne chose, sous réserve que les cotisations soient supportables. »

En effet, la mesure sera financée, selon le texte de l’amendement, par « une cotisation supplémentaire assise sur les revenus d’activité, dans la limite d’un plafond » qu’il reste à définir par décret. Les CDF de leur côté, dénoncent à propos de cette cotisation, « l’instauration d’un prélèvement obligatoire supplémentaire ». « Il ne faudrait pas que cette taxe inéquitable, aux avantages incertains, emprunte la trajectoire de la Contribution Sociale Généralisée (CSG), qui a vu son taux passer de 1,1 % en 2001, à 10 % vingt ans plus tard… », indique le syndicat qui précise, dans un communiqué du 23 octobre, avoir « toujours milité pour une prévoyance volontaire, adaptée aux besoins de chacun ».

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Les URPS dénoncent l’oubli des dentistes et des assistantes dans la liste des professions médicales prioritaires

« Encore une fois, les chirurgiens-dentistes et leurs assistant(e)s dentaires ne sont pas considérés comme des professionnels de santé indispensables à...
Vie de la profession

Le nombre de centres de santé dentaire a progressé de 60 % en seulement cinq ans

Folle croissance. 363 centres dentaires ont été créés depuis 2017, soit une progression de + 60 % sur cette période,...
Vie de la profession

Prix de thèse UFSBD 2021

L’UFSBD a décerné lors du Congrès 2021 de l’ADF son 8e prix de thèse. Les candidatures étaient ouvertes aux jeunes confrères...
Vie de la profession

Léger reflux des dépenses de soins dentaires en novembre

Les remboursements de soins dentaires marquent une pose après une rentrée tonitruante : – 2,4 % en novembre 2021 par...
Vie de la profession

Il est « indispensable » d’augmenter les effectifs, selon l’ONDPS

Une démographie professionnelle atone Au 1er janvier 2021, 42 031 chirurgiens-­dentistes de moins de 70 ans sont en activité. Les effectifs évoluent...
Vie de la profession

L’encadrement des centres dentaires en partie annulé par le Conseil Constitutionnel

Déception : le Conseil Constitutionnel, dans une décision datée du 16 décembre annule l’article 70 de la Loi de financement...