Indemnités journalières sans délai de carence pour les libéraux : désaccords syndicaux

  • Publié le .
Information dentaire

Aujourd’hui, hors contrat de prévoyance, aucun professionnel libéral ne bénéficie d’indemnités journalières au titre de la maladie avant le 91ème jour d’un arrêt de travail. Pour mettre fin à cette situation, le gouvernement a déposé un amendement au Projet loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) qui permettrait aux libéraux de disposer d’indemnités journalières sans délai de carence, pendant les 90 premiers jours (lire ici https://bit.ly/35yrQvd).

L’Union nationale des professions libérales (UNAPL), confédération de 67 organisations représentatives des professions libérales s’est félicitée le 20 octobre d’avoir été entendue et salue une « avancée historique », une « mesure de progrès et d’équité ».

Dans la foulée, l’Union Dentaire estime, le 21 octobre, que cet amendement « va dans le bon sens ». « Même si les chirurgiens-dentistes ont une prévoyance, le délai de carence actuel pénalise les praticiens et les oblige à prendre des assurances individuelles pour le réduire, explique le syndicat. Dans le cas où un praticien a des problèmes de santé, cela entraine de réelles difficultés car il est obligé de payer des sur-cotisations pouvant s’avérer prohibitives. Le principe d’une mutualisation sur l’ensemble des professionnels libéraux pourrait être une très bonne chose, sous réserve que les cotisations soient supportables. »

En effet, la mesure sera financée, selon le texte de l’amendement, par « une cotisation supplémentaire assise sur les revenus d’activité, dans la limite d’un plafond » qu’il reste à définir par décret. Les CDF de leur côté, dénoncent à propos de cette cotisation, « l’instauration d’un prélèvement obligatoire supplémentaire ». « Il ne faudrait pas que cette taxe inéquitable, aux avantages incertains, emprunte la trajectoire de la Contribution Sociale Généralisée (CSG), qui a vu son taux passer de 1,1 % en 2001, à 10 % vingt ans plus tard… », indique le syndicat qui précise, dans un communiqué du 23 octobre, avoir « toujours milité pour une prévoyance volontaire, adaptée aux besoins de chacun ».

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Cancers pédiatriques : l’UNECD soutient l’Arame

En octobre, les étudiants en dentaire se mobilisent pour le sourire des enfants. Dans le cadre de son projet « Dentamain », l’Union nationale des étudiants...
Vie de la profession

DIPA : mobilisation des libéraux de santé

Dans un communiqué du 21 septembre, six syndicats de professions de santé libéraux, dont la FSDL et l’Union dentaire, mais pas...
Vie de la profession

Sinistralité 2020 : forte baisse du nombre des litiges en lien avec une année tronquée  

En 2020, les 27 485 chirurgiens-dentistes sociétaires de la MACSF et adhérents du contrat groupe Les CDF ont adressé 1 682...
Vie de la profession

Article réservé à nos abonnés Chirurgie guidée en direct : de la planification virtuelle à la réalité clinique

Aujourd’hui, il est bien admis que la pose implantaire est un acte guidé par un projet prothétique validé en amont...
Vie de la profession

Palmarès 2021 des hôpitaux : en tête Pellegrin de Bordeaux (chirurgie orale) et la Pitié-Salpétrière (maxillo)

Comme chaque année le magazine « Le point » publie le 23 septembre le palmarès des meilleurs hôpitaux et cliniques de France...
Vie de la profession

Ruptures de stock et augmentations des prix : le Comident alerte la profession

Tensions sur les matières premières, augmentation de la demande mondiale, renforcement des contraintes réglementaires : le Comident alerte sur de possibles...