« Je ne suis pas un singe de zoo qu’on pose sur une estrade ! » : la colère du président de l’Ordre régional d’Occitanie

  • Publié le .

@Elysée.fr

Information dentaire

« Pendant cette crise, les politiques ont totalement oublié les chirurgiens-dentistes : jamais pris en compte, jamais cités. Je ne vois pas pourquoi maintenant, je leur servirai de vitrine ». Alain Durand, le président du Conseil régional de l’Ordre d’Occitanie ne mâche pas ses mots. Il a décidé de refuser l’invitation qu’il a reçue pour assister aux cérémonies du 14 juillet à Paris.

Covid oblige, le défilé sera remplacé cette année par une cérémonie militaire statique place de la Concorde, avec seulement 2 000 participants dont des professionnels de santé. Car le gouvernement souhaite « une reconnaissance de la nation toute entière, envers ceux qui se sont mobilisés dans cette épidémie et continuent à le faire ». « Je ne participerai pas à cette « parade ». On veut me mettre sur une estrade comme un singe de zoo. Les honneurs, je m’en fiche. Je veux du concret : des revalorisations, de la reconnaissance pour notre profession, la plus exposée de toutes au coronavirus », s’émeut-il.

« En temps de guerre, laisser aller ses troupes au combat sans arme ni munition ni protection montre le manque de reconnaissance de la profession que nous représentons et des efforts que nous avons tous fournis et dont je vous remercie très sincèrement », écrit-il le 23 juin dans un courrier adressé à près de 3 500 confrères de la région et largement repris sur les réseaux sociaux.

« Croyez-moi, l’heure n’est pas à la fête, beaucoup de cabinets sont en grande difficulté. Des praticiens proches de la retraite s’interrogent sur l’utilité de poursuivre dans ces conditions, tandis que de jeunes confrères qui ont réalisé de gros investissements me disent qu’ils ne pourront pas tenir longtemps avec une activité divisée par deux », explique Alain Durand qui assure ne pas faire de syndicalisme mais seulement défendre l’image de la profession. Selon lui, entre 5 à 7 % des cabinets de la région sont aujourd’hui en danger et risquent de fermer dans les mois qui viennent.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Universités : les pataquès de la réforme de la PACES

Emplois du temps surchargés, étudiants oubliés, stress intense, manque d’informations, cours inadaptés, modalités de sélection inconnues, formations inégalitaires… La réforme de...
Vie de la profession

Disparation

Nous avons appris le décès d’Yves Commissionat, survenu le lundi 23 novembre. Professeur au Collège de Médecine des Hôpitaux de...
Vie de la profession

Tiers-payant intégral et obligatoire c’est « non » pour le CNPS

Après l’Union nationale des professionnels de santé (UNPS) (👉 https://bit.ly/3nDxuDD), le CNPS (Centre national des professions de santé) qui regroupe 18...
Vie de la profession

Reconfinement : la CARCDSF prête à aider les praticiens

Même si l’activité des chirurgiens-dentistes se poursuit pendant ce nouveau confinement, « chaque praticien est unique et si vous rencontrez...
Vie de la profession

Les assistants dentaires sont bel et bien des professionnels de santé

Si certains doutaient encore, qu’ils se rassurent : les assistants dentaires sont des professionnels de santé à part entière. Dans...
Vie de la profession

De plus en plus de salariés dans les cabinets dentaires

Fin 2019, il y avait 23 073 cabinets dentaires libéraux (entreprises individuelles ou sociétés) comprenant en moyenne 2 salariés, indique...