L’UNPPD veut participer aux discussions sur le zéro reste à charge

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

L’Union nationale patronale des prothésistes dentaires (UNPPD), organisation représentative des prothésistes dentaires, annonce dans un communiqué du 16 mars la suspension de sa participation à toute négociation paritaire concernant les salaires, la convention collective ou la formation initiale pour protester contre « son absence des discussions avec l’Assurance maladie et le ministère de la Santé sur le zéro reste à charge ».
 
Les prothésistes ne comprennent pas pourquoi ils devraient selon eux « baisser leur tarif et leur qualité de travail pour répondre à la demande du Président de la République », alors que, dans le même temps, « ce sont plus de 800 millions d’euros dont vont bénéficier les chirurgiens-dentistes », faisant référence aux revalorisations des soins prévues dans les négociations conventionnelles en cours.
 
« Le plafonnement des tarifs des prothèses incitera encore plus les chirurgiens-dentistes à acheter à l’étranger à prix bas, estime Laurent Munerot, président de l’UNPPD. La hausse des tarifs des soins conservateurs ne compensera jamais suffisamment les marges engendrées par la pose de couronnes. » L’organisation s’interroge également sur « l’utilisation des machines-outils pour fabriquer des couronnes dans les cabinets par les assistantes » qui pose selon elle deux interrogations : « La qualification professionnelle des opérateurs qui ne sont pas des prothésistes dentaires et l’objectif de rentabilité du matériel, pour des professionnels de santé qui ne sont pas censés tirer profit de leur prescription. » L’UNPPD assure avoir proposé à l’Assurance maladie « des solutions simples d’assurance qualité, adaptée aux laboratoires de prothèses dentaires ainsi que des dispositions de coopération avec les chirurgiens-dentistes » et demande donc à participer aux discussions et aux négociations sur le zéro reste à charge concernant les prothèses dentaires.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Politique de santé

Maîtriser les prix et l’accès aux médicaments

Instaurer un stock de sécurité de médicaments « plancher » de quatre mois pour les médicaments à intérêt thérapeutique majeur, raccourcir la durée minimale de protection...
Politique de santé

“Mon espace santé” s’étoffe

« L’agenda » est désormais disponible sur « Mon espace santé », indique l’assurance maladie le 30 avril. Il s’agit d’un « calendrier prévisionnel rassemblant tous...
Politique de santé

Centres de santé : « ne pas faire d’amalgame » demande la FNCS

Dans un communiqué du 30 avril, la Fédération nationale des centres de santé (FNCS) se « félicite » de la décision prise...
Politique de santé

Un questionnaire pour préparer l’arrivée des logiciels métiers

Le « Ségur du numérique en santé » est un programme de soutien de l’État au développement du numérique en santé. Il...
Politique de santé

SESAM-Vitale en chiffres

En 2023, 404 576 professionnels de santé libéraux ont facturé en SESAM-Vitale (contre 395 093 en 2022). 1,33 milliard de FSE (Feuilles de soins...
Politique de santé

Fraudes sociales : les centres de santé dans le viseur du gouvernement

« Pour la première fois, nous avons dépassé la barre des 2 milliards d’euros de fraude sociale détectée en une année », a annoncé...