La DGCCRF tape dur sur les médecines douces

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°1 - 15 janvier 2020
Information dentaire

Hypnose, acupuncture, réflexologie, aromathérapie, auriculothérapie, naturopathie ou encore hydrothérapie du côlon… de plus en plus de Français se tournent vers des pratiques ou « médecines » dites « douces », « non conventionnelles », « alternatives » ou encore « complémentaires ». Mais ces prestations sont-elles dispensées par des professionnels qualifiés ? Les allégations sur leurs effets sont-elles justifiées ? Le patient dispose-t-il de toute l’information nécessaire lorsqu’il décide d’avoir recours à ces pratiques ?

Le bilan produit par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) fin décembre, après le contrôle de 675 praticiens, révèle que plus des deux tiers étaient en infraction : défauts d’information le plus souvent, mais aussi pratiques commerciales trompeuses, voire exercice illégal de la médecine dans 15 cas.

La DGCCRF a notamment constaté de nombreuses allégations thérapeutiques ou de santé, non justifiées. Certains professionnels soulignent ainsi qu’ils « participent à la guérison », « soulagent la douleur », « traitent les maladies graves » ou utilisent abusivement des termes médicaux tels que « consultations » ou « patient ».

« Diplômés » sans diplôme
Ainsi, « nombre d’hypnothérapeutes utilisent les termes « hypnose médicale » alors que cette pratique, utilisée pour réduire la douleur ou à des fins d’anesthésie, est un acte médical réservé à des professionnels de santé, notent en particulier les limiers de Bercy. De telles allégations sont interdites en l’absence de qualification médicale des professionnels, et présentent également des risques pour la santé des patients qui pourraient se détourner des soins reconnus lorsque les pratiques « non conventionnelles » leur sont présentées comme alternatives et non seulement comme complémentaires aux soins conventionnels ».

Un procès-verbal pour pratique commerciale trompeuse a par exemple été dressé à l’encontre d’un professionnel qui prétendait soigner différentes pathologies comme la maladie de Parkinson ou la maladie d’Alzheimer. Enfin, en matière de qualification, l’imagination de ces professionnels est débordante : ils se disent très souvent « diplômés », « certifiés », « agréés » sans posséder de diplôme d’État, de certification ni d’agrément officiel.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Alcool : un Français sur quatre boit trop !

La consommation quotidienne d’alcool concerne, selon les régions, 7,1 % à 12,6 % des adultes, sachant que la moyenne nationale est de...
Santé publique

Baisse du tabagisme mondial : une première !

Pour la première fois, le nombre d’êtres humains consommant du tabac diminue dans le monde, selon un rapport de l’OMS publié le 19 décembre....
Santé publique

Cancer du sein : l’intelligence artificielle imbattable

Une technique d’intelligence artificielle (IA) mise au point par Google Health à partir de 29 000 mammographies provenant de Grande-Bretagne et des États-Unis fait...
Santé publique

Plus on fait du sport, plus le risque de cancer diminue

C’est ce que confirme, une nouvelle fois, une étude publiée le 26 décembre dans Journal of Clinical Oncology. La méta-analyse porte...
Santé publique

Un arrêt maladie sans voir le patient ? Possible, mais plus pour longtemps.

« Si vous êtes trop malade pour travailler, vous pouvez consulter un médecin en ligne (25 €, remboursable) pour éventuellement avoir un...
Santé publique

#LeDéfiDeJanvier est bel et bien lancé

Initialement prévu par Santé Publique France, le « Mois sans alcool », supprimé sous pression de l’Elysée et du lobby...