La PACES et le numerus clausus, c’est fini

  • Publié le .
Information dentaire

Le décret relatif à « l’accès aux formations de médecine, de pharmacie, d’odontologie et de maïeutique » est paru au Journal officiel du 5 novembre. Il s’appliquera dès la rentrée universitaire 2020. Après le bac, les étudiants auront désormais le choix entre trois voies d’accès.

  • Soit, opter pour une première année dite « PASS » avec une majorité d’enseignements en santé similaires aux enseignements dispensés en PACES mais comprenant un enseignement dans une autre discipline (une « option », lettres ou droit par exemple). Il s’agit de faciliter la réorientation. Car si l’étudiant ne passe pas en deuxième année de dentaire, médecine, pharmacie ou maïeutique, il pourra poursuivre ses études en licence dans la discipline optionnelle qu’il aura choisie, à condition d’être admis en 2e année. Après une ou deux années supplémentaires dans cette voie optionnelle, il pourra à nouveau tenter la filière de santé de son choix.
  • Soit, intégrer une licence universitaire dans une matière quelconque (histoire, biologie, maths, chimie, droit…) avec, en plus, un enseignement en santé. À la fin de la première, de la deuxième ou de la troisième année validée de cette licence avec option « accès santé » dite « L.AS », l’étudiant pourra se présenter aux épreuves d’admissibilité pour intégrer la deuxième année de dentaire, médecine, pharmacie, ou maïeutique. L’étudiant pourra présenter sa candidature aux études de santé deux fois.
  • Soit, enfin, suivre pour une formation de trois ans menant au diplôme d’auxiliaire médical (infirmier, kiné, orthésiste…) avant d’intégrer ces cursus.

Les étudiants actuellement en PACES auront la possibilité de redoubler leur première année, mais pas ceux de PACES adaptée. Ces derniers pourront s’orienter en première année de licence « L.AS ».

Le numerus clausus, auparavant fixé nationalement, sera supprimé, et les universités pourront, en lien avec les ARS, définir le nombre d’étudiants qu’elles admettent dans les différentes filières. Le concours est supprimé : chaque université définira son mode de sélection : contrôle continu, partiels, épreuves orales ou un mélange de tout cela.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Renouvelé, rajeuni, féminisé, l’Ordre est « en ordre de marche »

Après le renouvellement partiel des conseillers départementaux en mars, puis celui, complet, des élus régionaux en juin avec l’élection de...
Vie de la profession

Les CDF demandent la fermeture de l’ESEM (ex-CLESI)

Dans un courrier du 24 octobre, Thierry Soulié, le président des CDF demande à la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique...
Vie de la profession

Les libéraux de santé confiants dans la performance de leurs entreprises

Tous secteurs d’activité confondus, la majorité des dirigeants de TPE françaises (moins de 10 salariés) se disent optimistes quant à...
Vie de la profession

Sinistralité 2018 : nouvelle alerte sur l’endodontie

En 2018, les 27 860 chirurgiens-dentistes sociétaires de la MACSF et adhérents du contrat groupe CNSD ont adressé 1 855 déclarations, soit...
Vie de la profession

« Je n’imagine pas une seconde regarder les Jeux Olympiques de Tokyo depuis mon canapé »

Notre confrère Pierre Le Coq a pris la troisième place au championnat du monde de planche à voile RS:X fin...
Vie de la profession

Deux jeunes consœurs récompensées : Le Prix meridol®

Le Prix meridol®  en Parodontologie a été remis le 14 septembre dernier à Lille lors des journées du Collège National des Enseignants en...