La PACES et le numerus clausus, c’est fini

  • Publié le .
Information dentaire

Le décret relatif à « l’accès aux formations de médecine, de pharmacie, d’odontologie et de maïeutique » est paru au Journal officiel du 5 novembre. Il s’appliquera dès la rentrée universitaire 2020. Après le bac, les étudiants auront désormais le choix entre trois voies d’accès.

  • Soit, opter pour une première année dite « PASS » avec une majorité d’enseignements en santé similaires aux enseignements dispensés en PACES mais comprenant un enseignement dans une autre discipline (une « option », lettres ou droit par exemple). Il s’agit de faciliter la réorientation. Car si l’étudiant ne passe pas en deuxième année de dentaire, médecine, pharmacie ou maïeutique, il pourra poursuivre ses études en licence dans la discipline optionnelle qu’il aura choisie, à condition d’être admis en 2e année. Après une ou deux années supplémentaires dans cette voie optionnelle, il pourra à nouveau tenter la filière de santé de son choix.
  • Soit, intégrer une licence universitaire dans une matière quelconque (histoire, biologie, maths, chimie, droit…) avec, en plus, un enseignement en santé. À la fin de la première, de la deuxième ou de la troisième année validée de cette licence avec option « accès santé » dite « L.AS », l’étudiant pourra se présenter aux épreuves d’admissibilité pour intégrer la deuxième année de dentaire, médecine, pharmacie, ou maïeutique. L’étudiant pourra présenter sa candidature aux études de santé deux fois.
  • Soit, enfin, suivre pour une formation de trois ans menant au diplôme d’auxiliaire médical (infirmier, kiné, orthésiste…) avant d’intégrer ces cursus.

Les étudiants actuellement en PACES auront la possibilité de redoubler leur première année, mais pas ceux de PACES adaptée. Ces derniers pourront s’orienter en première année de licence « L.AS ».

Le numerus clausus, auparavant fixé nationalement, sera supprimé, et les universités pourront, en lien avec les ARS, définir le nombre d’étudiants qu’elles admettent dans les différentes filières. Le concours est supprimé : chaque université définira son mode de sélection : contrôle continu, partiels, épreuves orales ou un mélange de tout cela.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Il y avait 520 allocataires d’un CESP en odontologie au 1er janvier

Au 1er janvier 2020, le Centre national de gestion (CNG) comptabilise 520 allocataires d’un Contrat d’engagement de service public (CESP)...
Vie de la profession

Marcel Le Gall nous a quittés

C’est avec grande tristesse que nous vous annonçons le décès de Marcel Le Gall, survenu le 9 juillet, dans sa...
Vie de la profession

Ségur de la Santé : les étudiants en odontologie « en partie entendus »

Les revendications des étudiants en odontologie dans le cadre du « Ségur de la santé » ont été « en partie entendues par...
Vie de la profession

Bretagne : les urgences dentaires seront régulées par les SAMU centres 15

« L’organisation de la permanence des soins dentaires les dimanches et jours fériés mobilise désormais un chirurgien-dentiste régulateur au sein des...
Vie de la profession

Centres de santé dentaire : l’Assurance maladie veut faire le ménage !

Dans son rapport « Charges et produits » publié le 2 juillet, la CNAM s’interroge sur le développement important des centres...
Vie de la profession

Les centres de santé dentaire veulent-t-ils racheter des patientèles mises à mal par le Covid-19 ?

C’est un mail qui a fait sortir son destinataire, praticien libéral, de ses gonds… et il n’est pas le seul....