La prothèse de mon prothésiste ne me convient toujours pas

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°19 - 12 mai 2021 (page 44-47)
Information dentaire

Le travail du prothésiste dentaire exige une application et un savoir-faire de haute précision. Les prothèses doivent répondre à des impératifs fonctionnels, biologiques et esthétiques. Les compétences engagées s’appuient sur des connaissances théoriques et un savoir-faire technique. Un bon partenariat avec le chirurgien-dentiste est nécessaire pour obtenir le résultat attendu. Les objectifset les étapes doivent être définis par le praticien en accord avec l’artisan de la prothèse. Parfois, la réalisation prothétique ne convient pas au patient ou  ne répond pas aux exigences ou aux attendus du praticien. Il faut alors éviter le conflit.

Situation

  • Ma patiente attend sa nouvelle prothèse complète depuis près d’un mois. J’ai donné toutes les indications à mon prothésiste mais à chaque nouvel essayage, je suis insatisfait du résultat. La forme puis le montage des dents, la profondeur de la prothèse, le joint périphérique… posent problème et ne répondent pas à mes attentes. La patiente… s’impatiente et, malgré mes explications, elle commence à critiquer mon travail.
  • Mon prothésiste me garantit la qualité de sa réalisation et questionne mes empreintes, mes directives, mes délais.
  • Je veux pouvoir satisfaire ma patiente et suis certain que mon prothésiste ne suit pas mes recommandations. Pourtant, je le respecte et le comprends.
  • Dois-je poser cette prothèse bien qu’elle ne me convienne pas totalement sur le plan fonctionnel et esthétique, d’autant que la patiente semble l’accepter ? Puis-je demander à mon prothésiste de la refaire une nouvelle fois ou de la modifier pour aboutir à une finition parfaite ? Qui décide de la qualité de cette prothèse : le prothésiste ou moi ? Devrais-je changer de prothésiste ?

Réflexions du Docteur Yvan Bedouin

Maître de conférences – Praticien hospitalier à la faculté de chirurgie dentaire de Rennes

Lorsque le plan de traitement prothétique touche à sa fin, le praticien peut être soumis à un certain stress si plusieurs essais des prothèses s’avèrent nécessaires. La qualité de la communication permet de limiter les incompréhensions pouvant aboutir à une situation conflictuelle.

La lassitude après plusieurs essais insatisfaisants risquerait de conduire le praticien à prendre de mauvaises décisions. Il est donc indispensable d’effectuer un travail d’investigation le plus objectif possible, aboutissant inévitablement à la remise en question des étapes cliniques et techniques réalisées. Les critiques doivent être constructives pour éviter de rejeter les « fautes »…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Exercice professionnel

DIPA : 6 600 € d’aide en moyenne selon la CNAM

« Après prise en compte des régularisations positives et des indus », l’Assurance maladie « a versé à 32 469 chirurgiens-dentistes plus de 215,5 millions d’euros, soit plus de 6 600 €...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Peut-on soigner sa famille en respectant des principes éthiques ?

Situation – « Peux-tu jeter un coup d’œil, j’ai mal aux dents depuis quelques jours ? » Nous avons tous été questionnés...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Démarche écoresponsable au cabinet dentaire

L’Information dentaire : L’ADF est engagée depuis près de dix ans pour le développement durable. De 2011 à 2015, plusieurs...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Lire pour mieux soigner nos patients

Notre devoir déontologique (et notre obligation légale avec le DPC) est de maintenir à jour, et même d’améliorer nos compétences...
Exercice professionnel

Un patient handicapé exhibitionniste

Situation Avec mon assistante, j’accueille un patient de 54 ans souffrant d’un handicap mental modéré. Alors que je l’installe sur le fauteuil...
Exercice professionnel

Forte baisse du nombre des litiges en lien avec une année tronquée

Comme le souligne Patrick Marchand, chirurgien-dentiste conseil de la mutuelle, la fermeture des cabinets lors du premier confinement, conduisant à...