Le SFCD aurait-il trouvé la parade contre la multiplication des centres dentaires ?

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Le Syndicat des femmes chirurgiens-dentistes (SFCD) propose le 14 octobre dans un communiqué « LA solution qui mettra tout le monde sur un même pied d’égalité et de responsabilité » quant à l’installation « exponentielle » des centres dentaires. Cette solution ? L’inscription au tableau de l’Ordre des centres dentaires avec cotisation ordinale.

 Selon le syndicat, les centres dentaires sont considérés par le législateur comme « personne morale exerçant la chirurgie-dentaire ». « A ce titre, et comme les SELARL, ils doivent être inscrits au tableau et payer leurs cotisations, soutient Nathalie Delphin, présidente du SFCD. Les centres seront ainsi soumis au Code de déontologie et au respect des droits et devoirs envers les patients et les chirurgiens-dentistes. Il ne s’agit pas d’empêcher leur installation mais au moins de réguler leur implantation en empêchant par exemple qu’ils ne s’installent dans le même immeuble qu’un confrère. » 

Recours devant les juridictions administratives ?
Selon le SFCD, cette inscription est « juridiquement totalement en accord avec la loi ». Dès lors, les centres dentaires seraient dans l’illégalité, attaquables pour exercice illégal.

Ce n’est pas l’avis de l’Ordre des chirurgiens-dentistes. Si les praticiens qui exercent dans les centres les dentaires sont bien inscrits au tableau, et donc soumis au Code de déontologie, « les centres dentaires eux-mêmes disposent d’un statut particulier conféré par la loi, explique Serge Fournier, le président de l’ONCD. Ils dépendent entièrement des ARS. Cette revendication du SFCD dont nous avons déjà discuté, est impossible juridiquement. Ce sujet nous préoccupe également et nous nous y attaquons par un autre biais. Mais le SFCD peut tenter de déposer un recours devant les juridictions administratives s’il le souhaite. »

« Nous nous réservons cette possibilité, précise Nathalie Delphin. Mais nous souhaitons avant tout un débat. A qui faisons-nous peur ? ».

 

 

Thèmes abordés

Commentaires

Une réponse à “Le SFCD aurait-il trouvé la parade contre la multiplication des centres dentaires ?”

  1. Danielle Dumonteil dit :

    je pense que les clients vont vite en revenir car ils sont « client! » d’un organisme et non patient d’un therapeute. ceci est fondamental pour la relation patient soignant ! la medecine n’est ni un commerce , ni industrielle….. nous devrons nous attendre à devoir reparer des soins souvent iatrogenes et des confiances deçues!!!
    docteur Danielle Dumonteil

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Exercice professionnel

Les radios dentaires sont interdites aux assistantes, rappelle l’Ordre

« Contrairement à des informations circulant (entre autres) sur les réseaux, les assistants dentaires ne sont pas habilités à déclencher un...
Exercice professionnel

Courant continu pour les libéraux de santé

Alors que le gouvernement envisage de potentielles coupures de courant cet hiver, les Libéraux de Santé, intersyndicale qui regroupe onze...
Exercice professionnel

Désertification, les CESP font de moins en moins recette

Seulement 60 contrats d’engagement de service public (CESP) en odontologie ont été signés pour la période 2020-2021, soit un peu...
Exercice professionnel Santé publique

Suicide des soignants

« Qui nous soignera quand les professionnels de santé ne seront plus là ? » C’est avec cette punchline que l’association Soins aux...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Un chirurgien-dentiste peut-il annoncer le diagnostic d’un cancer ?

Situation Je suis un praticien spécialiste en médecine bucco-dentaire. Mon patient âgé de 56 ans, grand fumeur, me consulte en...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Réseaux sociaux et nouveaux médias dans la formation en odontologie

Les générations actuelles d’étudiants en chirurgie dentaire ont grandi avec les réseaux sociaux, et ces derniers proposent des contenus en...