Les Applis du Dr Geek

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire
Le corps humain, nouvel objet connecté…
Dans un livre blanc intitulé « Santé connectée, de la e-santé à la santé connectée », l’Ordre des médecins publie des recommandations destinées à encadrer ces objets qui prennent de plus en plus de place dans notre quotidien.
Paul Cattaneo (Paris)

Un phénomène incontournable
Maintenir une forme olympique, voilà l’ambition de la santé connectée, déclinaison de la pratique de l’auto-mesure, ou « Quantified Self ». Ce concept numérique nous vient tout droit des États-Unis avec de nombreux produits et un marché qui avoisinerait plus de 30 milliards de dollars d’ici à 2018.
Les objets de santé connectés (15 milliards à travers la planète) sont munis de capteurs qui mesurent des paramètres du corps (poids, fréquence cardiaque, pression artérielle, etc.). Les informations ainsi relevées sont transmises à une application sur smartphone ou à un service web spécifique pour y être stockées et analysées. Pour l’IFOP, près de 6 millions de Français sont équipés d’objets connectés permettant de suivre leur santé.

Trois grandes catégories…
On recense aujourd’hui trois grandes catégories sur un marché qui devrait à terme se développer sur l’hypertension artérielle, les infections respiratoires, l’insuffisance rénale ou encore le diabète.
• Le bien-être… Ces objets connectés, destinés principalement au grand public, montres, bracelets, fourchettes, podomètres, pèse-personne, piluliers, et autres applis répondent parfaitement à la demande. Ils délivrent
des informations dont on n’a parfois même pas conscience, et nous permettent de savoir précisément comment se comporte notre corps.
Ils tirent bénéfice des nombreuses fonctionnalités du smartphone et analysent le poids, le sommeil, le rythme cardiaque, le nombre de pas ou encore le grain de beauté de l’utilisateur…
• L’aide au diagnostic. Ces applications offrent au professionnel de santé des infos médicales utiles dans le cadre de sa formation continue.
• La relation directe entre un praticien et son patient. Le suivi d’une pathologie souvent chronique est possible : glucomètre, tensiomètre, pompe à insuline ou autres appareils médicalisés connectés.

Les recommandations de l’Ordre des médecins

Ce développement exponentiel des objets de santé connectés rend nécessaire une régulation de ce secteur. Le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) a fait six propositions dans
son livre blanc avec comme objectif : « Améliorer les pratiques, encourager le développement et exprimer une étique de la santé connectée » :
– définir le bon usage de la santé mobile au service de la relation patients-médecins ;
– promouvoir une régulation adaptée, graduée et européenne ;
– poursuivre l’évaluation scientifique ;
– veiller à un usage éthique des technologies de santé connectée ;
– développer la littératie numérique ;
– engager une stratégie nationale d’e-santé.

La santé connectée prise en charge


La place de ces objets est encore à trouver et leur cadre réglementaire à définir. Cependant le Conseil national de l’Ordre des médecins estime cohérent d’envisager la prise en charge des objets connectés par la Sécurité sociale, dès lors :
– que le bénéfice médical sur la santé individuelle et collective, soit reconnu par des experts scientifiques neutres, sans lien d’intérêt avec les fournisseurs ;
– qu’une déclaration de conformité assure la confidentialité et la protection des données recueillies, la sécurité informatique, logicielle et matérielle et la sûreté sanitaire ;
– qu’un dispositif de vigilance permette de faciliter les déclarations de dysfonctionnements.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Le SFCD plaide pour la possibilité d’organiser des « remplacements temporaires partiels »

Aujourd’hui, le remplacement du chirurgien-dentiste libéral, quelle que soit sa durée, doit correspondre à une interruption complète et effective de...
Vie de la profession

Commandez des blouses, soutenez l’AOI

Du 27 mai au 2 juin, l’entreprise Happyblouse, spécialisée dans la vente de tenue médicale, reverse 10 % du montant de chaque commande à l’AOI...
Vie de la profession

Il faut 11 jours pour obtenir un rendez-vous chez le dentiste

Le délai médian pour obtenir un rendez-vous avec un chirurgien-dentiste est de 11 jours en France métropolitaine, montre une étude...
Vie de la profession

Mission humanitaire à Madagascar : des étudiants parisiens lancent un appel aux dons

« Smile for Mada », créée par des étudiants parisiens en chirurgie dentaire, est une association à vocation humanitaire. Elle...
Vie de la profession

Les étudiants en santé veulent en finir avec la réforme PASS/LAS

81 % des étudiants en première année de médecine se disent plus stressés que jamais, 43 % ressentent un stress...
Vie de la profession

Brossage et hygiène bucco-dentaire : les recommandations de la FDI

La FDI publie le 29 avril des recommandations de bonnes pratiques concernant le brossage des dents et l’hygiène bucco-dentaire. Elle...