Les Français ont une bonne opinion des chirurgiens-dentistes

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire
86 % des Français ont une bonne opinion générale des chirurgiens-dentistes, 87 % estiment qu’ils ont de bonnes relations avec eux, 59 % considèrent que le prestige de cette profession s’est renforcé ces dix dernières années et 72 % conseilleraient à leurs enfants d’embrasser cette profession, selon le Baromètre santé 360 Odoxa-NEHS-Asip Santé-Orange Healthcare publié le 12 novembre.
Réalisé par Internet auprès de 996 Français représentatifs ainsi que 697 professionnels (dont 591 libéraux et seulement 66 chirurgiens-dentistes), le Baromètre santé 360 montre que si les Français aiment leurs dentistes, comme les autres professionnels de santé d’ailleurs (91 % des sondés ont une bonne opinion de ceux qui les soignent : médecins, pharmaciens, sages-femmes, kinés…), ils ne les comprennent pas toujours. Le reste à charge zéro en dentaire ? Les sondés en sont certains, c’est une bonne chose pour les patients (90 %), pour le niveau des frais de santé (70 %), pour la Sécurité sociale (59 %) et… pour les chirurgiens-dentistes eux-mêmes (70 %) ! Évidemment, les praticiens interrogés pensent tout l’inverse. C’est une catastrophe, pour eux (91 %), pour les patients (79 %), mais aussi pour la Sécurité sociale (55 %).
De la même manière, le grand public est globalement favorable au déconventionnement des médecins qui s’installeraient dans des secteurs déjà surmédicalisés (62 %), à la vaccination par les infirmiers (69 %) et les pharmaciens (53 %) sans prescription du médecin ou encore à la prescription de certains médicaments comme des antalgiques ou des antiseptiques par les infirmiers (63 %). Autant d’opinions très loin d’être partagées par les médecins…

Le sondage permet aussi de mesurer le point de vue que les chirurgiens-dentistes portent sur eux-mêmes. C’est à l’opposé de ce que pensent les Français et ce n’est, hélas, pas très joyeux : 92 % des praticiens sondés ont le sentiment que l’image de leur profession s’est détériorée depuis ces dix dernières années et une majorité (55 %) ne conseilleraient pas à leurs enfants de faire le même métier qu’eux. Enfin, 65 % des chirurgiens-dentistes, comme tous les professionnels de santé (75 % en moyenne), estiment que leur Ordre ne les représente pas de façon optimale.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

PLFSS 2022 : les centres de santé dentaire sérieusement recadrés par l’Assemblée nationale

Deux amendements au Projet de loi de financement pour la sécurité sociale pour 2022 (PLFSS) adoptés en séance publique, contraignent...
Vie de la profession

Un nouveau bureau pour l’UNECD

Le bureau national 2021-2022 de l’Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire a été élu le 17 octobre lors du 108e congrès de l’association...
Vie de la profession

Qualité et sécurité des produits dentaires : le Comident appelle toute la filière à la vigilance

Dans un environnement perturbé par la crise sanitaire et ses répercussions sur l’approvisionnement et les prix, la propagation de produits...
Vie de la profession

PLFSS 2022 : vers un renforcement des contrôles et des sanctions pour les centres de santé dentaire ?

Mettre fin au conventionnement d’office des centres de santé dentaire, leur appliquer les tarifs d’autorité s’ils ne sont pas conventionnés,...
Vie de la profession

Cancers pédiatriques : l’UNECD soutient l’Arame

En octobre, les étudiants en dentaire se mobilisent pour le sourire des enfants. Dans le cadre de son projet « Dentamain », l’Union nationale des étudiants...
Vie de la profession

DIPA : mobilisation des libéraux de santé

Dans un communiqué du 21 septembre, six syndicats de professions de santé libéraux, dont la FSDL et l’Union dentaire, mais pas...