Les libéraux de santé confiants dans la performance de leurs entreprises

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°37 - 30 octobre 2019
Information dentaire

Tous secteurs d’activité confondus, la majorité des dirigeants de TPE françaises (moins de 10 salariés) se disent optimistes quant à la performance économique de leur entreprise (67 %) et à l’avenir de leur secteur d’activité (64 %), montre la première édition de L’Observatoire des TPE, American Express/BVA auprès de 1 508 dirigeants de TPE françaises dont 200 professions libérales de santé (sans précision sur les métiers exercés).

Mais les libéraux de santé se distinguent : 69 % sont confiants dans la performance économique de leur entreprise et 62 % dans l’avenir leur secteur d’activité, selon l’étude publiée le 15 octobre. Le coût du travail, c’est-à-dire le poids des charges (52 %), la complexité des démarches juridiques et administratives et la fiscalité (38 %) apparaissent comme les principales difficultés à affronter au quotidien par les professionnels de santé. Leurs priorités à court terme sont d’anticiper les évolutions de leur secteur d’activité (30 %) puis d’améliorer la trésorerie de leur entreprise (23 %). Dans toutes les autres catégories d’activité (commerces, voyages, professions libérales hors santé, etc.), la priorité est de trouver de nouveaux clients avant l’amélioration de la trésorerie.

Ce que les professionnels libéraux apprécient le plus dans leur rôle de chef d’entreprise est le fait d’être indépendant (54 %) et d’être reconnu professionnellement (38 %). Ce qui les préoccupe le plus : le manque de temps pour prendre du recul sur la situation de l’entreprise (41 %) et l’exigence des patients (39 %). Enfin, à la question : quelle est la personne de votre entourage la plus utile pour vous au quotidien dans votre activité de chef d’entreprise ? La réponse est sans appel : mon conjoint (41 %), largement devant un collaborateur (28 %). Enfin, 81 % des libéraux de santé interrogés se disent satisfaits de leur situation en termes de conciliation vie familiale/vie professionnelle. Un taux élevé… mais le moins bon de tous les secteurs.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

La PACES et le numerus clausus, c’est fini

Le décret relatif à « l’accès aux formations de médecine, de pharmacie, d’odontologie et de maïeutique » est paru au Journal officiel...
Vie de la profession

Renouvelé, rajeuni, féminisé, l’Ordre est « en ordre de marche »

Après le renouvellement partiel des conseillers départementaux en mars, puis celui, complet, des élus régionaux en juin avec l’élection de...
Vie de la profession

Les CDF demandent la fermeture de l’ESEM (ex-CLESI)

Dans un courrier du 24 octobre, Thierry Soulié, le président des CDF demande à la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique...
Vie de la profession

Sinistralité 2018 : nouvelle alerte sur l’endodontie

En 2018, les 27 860 chirurgiens-dentistes sociétaires de la MACSF et adhérents du contrat groupe CNSD ont adressé 1 855 déclarations, soit...
Vie de la profession

« Je n’imagine pas une seconde regarder les Jeux Olympiques de Tokyo depuis mon canapé »

Notre confrère Pierre Le Coq a pris la troisième place au championnat du monde de planche à voile RS:X fin...
Vie de la profession

Deux jeunes consœurs récompensées : Le Prix meridol®

Le Prix meridol®  en Parodontologie a été remis le 14 septembre dernier à Lille lors des journées du Collège National des Enseignants en...