Les professionnels du dentaire toujours très peu exposés aux rayons ionisants

  • Publié le .
Information dentaire

En 2021, dans le secteur dentaire, 46 200 personnes ont été suivies dans le cadre de leurs activités professionnelles les exposant aux rayonnements ionisants. Comme en 2020, 82 % de cet effectif reçoit des doses inférieures à 0,1 mSv (millisievert), selon un bilan publié par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) le 23 septembre.

0,1 mSv étant le « seuil d’enregistrement » à partir duquel on commence à mesurer l’exposition aux rayonnements, ces personnes sont considérées comme « non exposées ». Pour autant, en dentaire toujours, la dose individuelle annuelle moyenne est de 0,20 mSV (contre 0,16 mSv en 2020 et 0,23 mSv en 2019). En effet, 7 732 personnes ont reçu entre 0,1 et 1 mSv faisant grimper la moyenne.

« Une dose de 1 mSv est considérée en radioprotection comme une dose faible voir très faible », rassure l’IRSN sur son site internet. 145 personnes ont reçu entre 1 et 5 mSv contre 63 en 2020. Seul deux individus sont au-delà de 5 mSv.

Dans le domaine des activités de santé, « médicales et vétérinaires », 234 284 travailleurs ont été suivis. La dose individuelle moyenne est de 0,27 mSv. Seuls 1802 travailleurs (0,8 % de l’effectif) ont reçu une dose supérieure à 1 mSv dont 46 de 5 à 10 mSv et 13 au-delà.

Globalement, 392 180 travailleurs ont été suivis en 2021 : industrie, nucléaire ou non, santé, recherche, exposition à la radioactivité naturelle,… La dose individuelle moyenne s’établit à 0,85 mSv, en hausse de 9 % par rapport à 2020 (0,78 mSv). « Cette hausse est principalement liée à l’augmentation du volume des travaux de maintenance dans l’industrie nucléaire, en lien avec une amélioration de la situation sanitaire due à la COVID-19 », explique le rapport. Les travailleurs du nucléaire reçoivent la dose individuelle moyenne la plus élevée devant les personnes exposées à la radioactivité naturelle, pour l’immense majorité, des personnels navigants soumis au rayonnement cosmique, puis ceux de l’industrie non nucléaire.

Les domaines médical et vétérinaire, dont le dentaire donc, présentent les doses annuelles individuelles moyennes les plus faibles.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Prix de thèse ADF/Dentsply Sirona : quatre jeunes thésés distingués

Le 25ème Prix de thèse ADF/Dentsply Sirona remis le 25 novembre lors du congrès de l’ADF, a distingué quatre jeunes...
Actualité Vie de la profession

Article réservé à nos abonnés Et si la défense de l’hôpital public passait avant tout par les usagers ?

L’actuelle feuille de route du gouvernement, en termes de défis auxquels notre pays fait face en matière de santé et...
Actualité Vie de la profession

L’Ordre contre Les Furets

L’Ordre national des chirurgiens-dentistes demande le 18 novembre à son tour (après la FSDL) le retrait d’une publicité dénigrante du comparateur en ligne...
Vie de la profession

Patrick Tavitian, Maître de conférences à l’école de médecine dentaire de l’université d’Aix-Marseille, est décédé le 22 novembre 2022

Patrick, tu nous as quittés après une longue et très douloureuse maladie. Mardi matin, tu es parti, après avoir encore lutté...
Vie de la profession

L’encadrement strict des centres de santé dentaire a été adopté à l’unanimité par l’Assemblée nationale

La proposition de loi sur l’encadrement des centres de santé dentaire a été adoptée à l’unanimité le 30 novembre au...
Vie de la profession

23 novembre au congrès ADF : rendez-vous du réseau ReCOL

Cette année encore, c’est un programme particulièrement intéressant que propose le réseau Recherche Clinique en Odontologie Libérale (ReCOL) qui, le 23...