Les URPS dénoncent l’oubli des dentistes et des assistantes dans la liste des professions médicales prioritaires

  • Publié le .
Information dentaire

« Encore une fois, les chirurgiens-dentistes et leurs assistant(e)s dentaires ne sont pas considérés comme des professionnels de santé indispensables à la gestion de la crise sanitaire due au coronavirus », s’insurgent l’URPS chirurgiens-dentistes de Bretagne ainsi que les représentants syndicaux FSDL, Les CDF, UD et SCFD de la région. Ces deux professions ont été en effet « oublié » de la liste nationale des professionnels indispensables dont les enfants peuvent être accueillis à l’école.

Au titre des libéraux, y figurent les biologistes, infirmiers diplômés d’Etat, médecins, pharmaciens et préparateurs en pharmacie, sages-femmes et ambulanciers. Mais en effet pas de dentistes ni assistant(e)s dentaires… Cette liste a été publiée le 6 janvier et au 14 janvier, malgré les protestations déjà envoyées au ministère de la Santé, toujours rien. « Il est discriminant et humiliant que, 8 jours après la publication de la liste, les chirurgiens-dentistes et leurs assistantes dentaires n’y aient toujours pas été ajoutés, au prétexte d’une décision administrative non adaptable en région », remarque le communiqué de l’URPS du 14 janvier ».

Le 12 janvier, les URPS des régions Auvergne-Rhône-Alpes, Ile-de-France et Grand-Est et Hauts-de-France ont envoyé un courrier au ministre de la Santé lui demandant de réparer urgemment cet oubli. « L’absence d’accueil au sein des écoles de nos enfants conduira à la fermeture des cabinets entraînant un afflux des urgences dentaires au sein des hôpitaux qui ne pourraient faire face, par manque de moyens tant matériels qu’humains », arguent-ils notamment.

La veille, le 11 janvier, le président du Conseil régional de l’Ordre Auvergne-Rhône-Alpes, Alain Durand, notant « qu’une fois de plus » le gouvernement avait « oublié » les praticiens et qu’en conséquence certaines écoles refusaient de prendre en charge les enfants des dentistes et assistant(e)s avait envoyé sur les réseaux sociaux un « Certificat » attestant conformément au code de la Santé publique « notre appartenance à la Santé ». Et de citer l’article L.4111-1 pour les praticiens et L.4393-8 pour les assistantes.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Le nombre de centres de santé dentaire a progressé de 60 % en seulement cinq ans

Folle croissance. 363 centres dentaires ont été créés depuis 2017, soit une progression de + 60 % sur cette période,...
Vie de la profession

Prix de thèse UFSBD 2021

L’UFSBD a décerné lors du Congrès 2021 de l’ADF son 8e prix de thèse. Les candidatures étaient ouvertes aux jeunes confrères...
Vie de la profession

Léger reflux des dépenses de soins dentaires en novembre

Les remboursements de soins dentaires marquent une pose après une rentrée tonitruante : – 2,4 % en novembre 2021 par...
Vie de la profession

Il est « indispensable » d’augmenter les effectifs, selon l’ONDPS

Une démographie professionnelle atone Au 1er janvier 2021, 42 031 chirurgiens-­dentistes de moins de 70 ans sont en activité. Les effectifs évoluent...
Vie de la profession

L’encadrement des centres dentaires en partie annulé par le Conseil Constitutionnel

Déception : le Conseil Constitutionnel, dans une décision datée du 16 décembre annule l’article 70 de la Loi de financement...
Vie de la profession

Remise du prix de thèse ADF/Dentsply

Réunis fin novembre pendant le Congrès de l’ADF, les candidats présélectionnés (5 en recherche, 6 en bibliographie et 3 en...