Liberté d’opinion et d’expression au cabinet

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire, Profession Assistant(e) Dentaire n°27 - 7 juillet 2021 (page 42-44)
Information dentaire

Toute personne est libre de penser comme elle le désire.La liberté d’expression est consacrée par l’article 10 de la déclaration des droits de l’homme : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. » Pour un professionnel de santé, il est d’usage de respecter un devoir de réserve et de mesure dans l’expression écrite et orale de ses opinions personnelles. Le cabinet dentaire ou les centres de soinssont des lieux d’accueil des patients dans lesquels le praticien respecte les convictionsde chacun, sans discrimination. Le prosélytisme et la propagandesous la forme de pression, de provocation, d’endoctrinement ne sont pas conformes aux règles de neutralité et de modération médicale. Pour autant, on ne peutempêcher de croire, de penser, de dire et d’être libre de ses choix, quand bien même ils seraient en contraction avec la majorité…

Situation

  • À chaque élection, il se trouve toujours un patient qui oriente la discussion sur ses opinions politiques. Citoyen engagé, je voudrais m’y associer…
  • Croyant, je porte sur moi les signes de ma religion. Je vois bien que mes patients les remarquent. La plupart restent silencieux, d’autres veulent en savoir plus…
  • L’homme n’a jamais marché sur la lune, Napoléon n’a pas existé, Neptune est à l’origine du dérèglement climatique de notre planète. J’y crois et je veux le dire…
  • Je veux afficher dans ma salle d’attente des tracts qui dévoilent l’assassin du président Kennedy et porter un tee-shirt pour légaliser la drogue en France…
  • La seule musique qui m’apaise, c’est la musique sacrée des chants religieux… Elle est diffusée en boucle dans mon cabinet…
  • Je suis contre l’IVG et j’assume les photographies de fœtus sanglants disposées dans mon bureau.

Me laisser libre de mes opinions dans mon cabinet m’apparaît être un droit légitime. Mais je ne veux pas heurter la sensibilité de mes patients pour éviter de perturber leurs soins. Dans ce cadre, quelles sont les limites acceptables à ma liberté sur le plan de l’éthique ?

Réflexions du Docteur Thomas Trentesaux

Maître de Conférences des Universités, Praticien Hospitalier – Faculté de chirurgie dentaire de Lille

Il est d’usage d’entendre que la liberté des uns s’arrête où commence celle des autres. Dans une période marquée par de dramatiques événements en lien avec la liberté d’expression ou l’exercice de la laïcité, cette question sociétale se transpose tout naturellement au sein de nos cabinets.

La rencontre entre un patient et son chirurgien-dentiste constitue un colloque singulier. Derrière ce qui était considéré comme la rencontre d’une conscience et d’une confiance, c’est aujourd’hui une relation plus équilibrée, marquée par une revendication forte d’autonomie du…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Exercice professionnel

DPC : il est encore temps de remplir son obligation

Les nouvelles orientations prioritaires de DPC pour la période 2023-2025 devraient être publiées au Journal officiel fin juin-début juillet, a annoncé...
Exercice professionnel

Les biens du patrimoine personnel sont protégés des créanciers

Comme l’indique la loi du 14 février 2022 en faveur de l’activité professionnelle indépendante, depuis le 15 mai, sauf option contraire, l’ensemble...
Exercice professionnel

Plateforme d’aide aux professionnels en santé : 16 appels par jour

Depuis sa mise à disposition il y a cinq ans, le numéro vert SPS (Soins aux professionnels de santé –...
Exercice professionnel

Dépenses de soins dentaires en berne

Les dépenses de soins dentaires marquent le pas en ce début d’année 2022. Selon les données de l’Assurance maladie publiées...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Casse du matériel au cabinet… qui paye ?

Situation – Deux turbines mises à disposition pour le fauteuil de mon collaborateur ne fonctionnent plus et doivent, à nouveau,...
Exercice professionnel

L’Assurance maladie veut recadrer la profession sur la prise en charge du cone beam

Dans son rapport annuel « Charges et produits » 2020, l’Assurance Maladie annonçait le déploiement « dès 2021 » d’une « campagne d’accompagnement des chirurgiens-dentistes »...