« Loi Valletoux » : pas d’adhésion automatique aux CPTS et retour du CEPS pour les étudiants de 2ème année

  • Publié le .
Information dentaire

Les professionnels de santé ne seront pas d’autorité rattachés à une Communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) comme l’envisageait à l’origine la proposition de loi visant « à améliorer l’accès aux soins par l’engagement territorial des professionnels » dite « loi Valletoux » du nom de son instigateur.

Ces communautés interprofessionnelles (un peu plus de 400 sont effectives) réunissent des professionnels libéraux volontaires (environ 5 % de dentistes) pour améliorer l’organisation des soins de ville et développer l’exercice coordonné entre la ville et l’hôpital. Il s’agissait donc d’y inclure tous les libéraux « pour mailler l’ensemble du territoire ». Ce qui avait suscité l’ire des médecins.

Après une navette parlementaire très longue puisqu’elle a débuté à la mi-juin, une commission mixte paritaire (CMP) composé de députés et sénateurs s’est mis d’accord sur un texte commun. Celui-ci sera adopté par l’Assemblée Nationale et le Sénat avant la fin du mois de décembre.

Les principaux points de friction qui exaspéraient les syndicats de médecins ont été supprimés : pas de rattachement automatique à une CPTS donc, mais aussi pas d’obligation de permanence des soins pour les médecins hospitaliers et surtout pas de dispositif contraignant de lutte contre les déserts médicaux ou de régulation à l’installation qui ont été proposés plusieurs fois sous forme d’amendements au grès des différents examens par les deux chambres.

Trois mesures concernent directement la profession.
Les chirurgiens‑dentistes libéraux doivent communiquer à l’ARS et à l’Ordre dont ils relèvent leur intention de cesser définitivement leur activité dans le lieu où ils exercent, « au plus tard six mois avant la date prévue pour la cessation de cette même activité, sauf exceptions prévues par décret ».

Par ailleurs, les étudiants en odontologie auront la possibilité de signer un Contrats d’engagement de service public (CESP) dès le 1er cycle (dès la 2ème année). Ce contrat ouvre droit au versement d’une allocation mensuelle de 1 200 € bruts aux étudiants jusqu’à la fin de leurs études. Depuis un décret de mars 2020, les CESP ne peuvent plus être conclus avec les étudiants du 1er cycle mais uniquement avec les étudiants de 2e et 3e cycles ce qui a engendré une forte baisse du nombre de contrats signés.

Qui plus est, le texte autorise les collectivités territoriales à accorder « des indemnités de logement et de déplacement » aux étudiants de troisième cycle de chirurgie dentaire lorsqu’ils effectuent leurs stages dans les zones déficitaire en matière d’offre de soins. Chose qui n’était jusqu’ici dévolue qu’aux étudiants en médecines

Enfin, les établissements de santé ne pourront pas avoir recours à l’intérim de praticiens au début de leur carrière pour faciliter les installations.

Le texte remet au centre de l’organisation territoriale de santé, le « territoire de santé », entité qui existe déjà dans le Code de la santé publique, et devient l’échelon de référence. Le conseil territorial de santé (CTS qui existe déjà également) met en œuvre le projet territorial de santé en coordination avec l’ARS. Il comprend tous les acteurs de santé du territoire.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Nouvelle convention médicale

L’assurance maladie, les complémentaires santé et les syndicats médicaux ont signé le 4 juin une nouvelle convention médicale pour la période...
Vie de la profession

ADF 2024 : les inscriptions sont ouvertes

Les inscriptions au programme scientifique du Congrès de l’ADF 2024 sont ouvertes depuis le 10 juin. Nicolas Lehmann, son directeur scientifique,...
Vie de la profession

Création d’un double cursus « dentiste-ingénieur » à Saint-Etienne

L’École des Mines de Saint-Etienne proposera dès la rentrée 2024 une formation « dentiste-ingénieur », destinée aux étudiants en odontologie...
Vie de la profession

Activités et équipements des cabinets dentaires en 2023

En novembre et décembre 2023, l’UFSBD et le Comident, l’organisme qui rassemble les industriels du dentaire, ont lancé une enquête...
Vie de la profession

Remplacements partiels : précision de l’Ordre

À la suite de notre article concernant le souhait du Syndicat des femmes chirurgiens-dentistes (SFCD) de voir l’Ordre permettre la...
Vie de la profession

« Les praticiens engagent leur responsabilité en utilisant des dispositifs médicaux non conformes »

La sécurité et la qualité de soins étaient au cœur du débat clôturant l’assemblée générale du Comident le 30 mai...