• Écrit par
Soirée du Cercle Franco-Libanais d’Implantologie et de Parodontologie

Lorsque l’Italie donne une leçon de style

Information dentaire

La Revue

L'hebdo de la médecine bucco-dentaire
44 numéros par an

Abonnez-vous

Le 13 juin dernier, le Cercle Franco-Libanais d’Implantologie et de Parodontologie (CFLIP), présidé par le Dr Pierre Cherfane, a poursuivi le cycle de ses conférences trimestrielles dans la veine de ses précédentes éditions. Le concept que présentait le Dr Stefano Conti s’est illustré par son incontestable originalité et la qualité de son iconographie. S’il existe un style italien, l’invité transalpin du Cercle a démontré que sa représentation dépasse le cadre du textile ou du design et se révèle en odontologie aussi.

Le Dr Conti a fait profiter l’assistance de son expertise reconnue en dentisterie esthétique et implantologie. Diplômé de l’École de médecine dentaire de l’Université de Parme, il a élargi son champ d’expertise en dentisterie esthétique et en implantologie, en s’intéressant plus particulièrement à la composante prothétique conçue comme un support et guide de maturation des tissus mous péri-dentaires et péri-implantaires. Ériger un protocole thérapeutique unique comme principe de modelage des tissus mous, aussi bien autour des dents que des implants, semble relever de la gageure. Devant une assemblée de cliniciens attentifs, l’adage « voir n‘est pas croire » s’applique comme pour toute proposition thérapeutique innovante. Mais devant la « grande bellezza » des nombreux cas cliniques traités et la qualité et la clarté du propos du Dr Conti, les doutes s’amenuisent.
 

Une approche prothétique novatrice

Le BOPT (Biologically Oriented Preparation Technique), ou technique de préparation guidée par la biologie, constitue une approche prothétique novatrice qui permet au praticien prothésiste de positionner la ligne de contour finale à différents niveaux avec un envahissement contrôlé du sulcus, et de moduler le profil d’émergence de la couronne pour une nouvelle architecture gingivale esthétique idéale. Les mots qui se cachent derrière cet acronyme intrigant indiquent que le protocole conduit les tissus mous à s’adapter naturellement à la préparation et à la restauration.
 
Le concept s’oppose à celui communément appliqué de la préparation horizontale des piliers dentaires visant à obtenir une ligne de finition par une préparation dite verticale sans ligne de finition. Selon sa situation supra, juxta ou sous-gingivale, la préparation prothétique des dents induit une réponse parodontale. La préparation de la BOPT autorise un positionnement de la ligne de finition au niveau souhaité en contrôlant « l’envahissement » prothétique du sulcus de la dent provisoire. La marge de la couronne peut être réduite ou étendue lors de la restauration finale ou provisoire à différents niveaux intra-sulculaires, sans nuire à la qualité de l’ajustement et sans léser l’attache épithéliale. Malgré cet aspect de surcontour prothétique, la couronne temporaire guide le remodelage des tissus mous et peut être corrigée pour capter la gencive en direction coronaire ou la refouler en direction apicale afin de constituer le contour gingival désiré.
 
Ce concept transalpin original à contre-courant de la philosophie de préparation en vigueur s’appuie sur l’expérience clinique du Dr Ignazio Loi, dont les travaux documentés démontrent la stabilité à moyen et à long terme des tissus mous.
 



Selon le Dr Conti, « la création d’une nouvelle jonction prothétique amélo-cémentaire est essentielle pour que le clinicien et le technicien de laboratoire puissent interagir avec les tissus environnants, modifiant leur forme et leur architecture festonnée sans tenir compte des limites préexistantes dentaires ou gingivales ». Comparée aux autres techniques de préparation telles que celles des chanfreins, des congés, des épaulements…, la technique BOPT apparaît plus simple et rapide à mettre en œuvre (aussi bien concernant les préparations, les empreintes, que les ajustements de dents provisoires jusqu’à la restauration prothétique finale).
 
Initialement décrite dans le cadre de restaurations dentaires, la BOPT a été plus récemment appliquée aux réhabilitations implanto-prothétiques dans le même objectif d’optimiser la qualité du rendu esthétique en modelant le profil d’émergence et d’assurer la santé des tissus mous péri-implantaires. La technique s’est révélée particulièrement adaptée pour assurer le remodelage et la stabilité tissulaire. Un implant à la silhouette spécifique (le PRAMA® de la marque Sweden & Martina™), dont le col l’apparente à un implant de type « tissue level » (non enfoui), permet de reproduire les principes édictés pour le protocole de préparation dentaire. Au lieu d’être évasé, le col transmuqueux recouvert de nitrure de titane (qui lui confère un aspect doré) se rétrécit vers son sommet. En plus d’améliorer le sertissage muqueux, cette particularité autorise la même procédure de remodelage des contours tissulaires au moyen de dents provisoires.
 
Au terme de cette présentation dé­con­certante mais magistralement menée, l’assistance n’a pas manqué d’inciter le Dr Stefano Conti à développer son propos. Lors de cette soirée, beaucoup d’éléments pratiques ont été dévoilés, mais, de même que Rome ne s’est pas faite en un jour, la maîtrise du protocole suit la fameuse courbe d’apprentissage. Au Cercle comme ailleurs « Non si finisce mai di imparare » (on n’en a jamais fini d’apprendre).

Laisser un commentaire