Maladie parodontale : statines

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Dans le traitement des pertes osseuses localisées dues à la maladie parodontale, l’utilisation locale d’agents antimicrobiens, surtout en sous-gingival et ciblés sur des micro-organismes spécifiques, offre des résultats favorables. Selon l’Académie Américaine de Parodontologie, des gains de 0,25 à 0,5 mm sont atteignables. Les agents suivants ont été retenus en adjonction au détartrage-surfaçage pour leurs résultats significatifs dans la réduction de la profondeur des poches et le niveau d’attache : gluconate de chlorhexidine, minocycline, métronidazole et tétracycline.
Les statines, traitement bien connu pour réduire le taux de cholestérol, possèdent aussi des propriétés anti-inflammatoires, anti-oxydatives, antibactériennes, et sont susceptibles d’inhiber la libération de médiateurs pro-inflammatoires et de métallo-protéinases matricielles. Les statines présentent aussi une variété d’actions dans la cavité buccale, dont la stimulation des protéines morphogénétiques osseuses (BMP 2), résultant en une formation osseuse.
 
Le but de la présente revue de synthèse et méta-analyse était d’évaluer l’efficacité des statines en utilisation locale dans le traitement des défauts parodontaux intra-osseux localisés. Dix études (huit essais cliniques randomisés et deux études prospectives), ont été retenues. Les résultats montrent une réduction moyenne des défauts de 1,37 mm, une réduction de la profondeur au sondage de 1,76 mm et un gain d’attache de 1,58 mm. Cependant, on note une considérable hétérogénéité des études.
 
Les auteurs en concluent que l’utilisation locale de statines dans le traitement des défauts osseux localisés montre des résultats prometteurs en termes de gain osseux, réduction de l’inflammation et du saignement, réduction de la profondeur des poches et gain d’attache. Comparés à d’autres agents antimicrobiens, les résultats apparaissent supérieurs dans la réduction des poches et le gain d’attache.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...