Mauvaise expérience en centre dentaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire (page 47)
Information dentaire
Suite à un déménagement, Elisabeth doit trouver un poste rapidement. Elle postule dans un centre dentaire, et découvre des conditions de travail déplorables.

Les centres dentaires se multiplient dans les grandes villes de France. Il s’agit d’entreprises souvent sous des statuts d’associations, dans lesquelles les praticiens sont salariés, et qui pratiquent des tarifs attractifs. Le problème, c’est que dans bien des cas, c’est la rentabilité qui prime. « Je ne connaissais pas ce type de centre, il me fallait du travail alors j’ai foncé ! » explique Elisabeth. Au bout de quelques mois, elle déchante. 40 h de travail par semaine, menées tambour battant par une responsable de centre très exigeante. « Les assistantes n’ont pas une minute à elles. On est au fauteuil du matin au soir, mais il faut aussi faire la stérilisation, prendre les rendez-vous, accueillir les patients. Dès que la responsable craignait qu’on ait quelques secondes d’inactivité, elle venait nous confier une tâche supplémentaire ». Le tout pour un salaire plus que modeste.

Aucune autonomie donc, pour les assistantes. Aucune confiance, c’est l’infantilisation totale. Absence de relationnel de qualité avec le patient aussi. Ça ne fait pas partie des préoccupations. Le protocole est le même pour tous : panoramique, devis standardisé, 30 minutes de soins, et hop au suivant ! Mettre le patient à l’aise, lui expliquer les actes dentaires, le rassurer, voire tout simplement échanger quelques mots sur la météo : on n’est pas là pour ça. Le rôle d’intermédiaire et d’accueil, en général confié à l’assistante, est escamoté. Les praticiens sont soumis à la même cadence, certains viennent travailler la boule au ventre. On surveille leur « chiffre d’affaires », qui doit être le plus fort possible. Bien entendu, le turnover est élevé. Du haut de ses 26 ans d’expérience, Elisabeth a décidé d’abandonner au bout d’un an. « Ma qualité de vie s’en ressentait. J’étais stressée et fatiguée. Celles qui restent plusieurs années sont de jeunes assistantes ayant besoin d’une expérience ». Et pourtant, Elisabeth est une battante, n’aimant pas l’inaction. Débrouillarde, elle adore apprendre. « Mais là, c’était l’usine » regrette-t-elle.

Aujourd’hui, elle travaille de nouveau en cabinet libéral. « Le praticien est respectueux, détendu. Il me fait confiance. Si je fais le bilan de ma carrière, mes meilleurs souvenirs sont rattachés à des praticiens très humains, qui sont devenus mes amis. De ce passage en centre dentaire je retire tout de même du positif : je n’avais pas d’expérience en implantologie, j’ai aimé découvrir ce domaine ». Une tranche de vie qui lui a aussi permis de se remettre en question, de mieux définir ses priorités. « Ce n’était d’ailleurs ma première expérience négative. Par deux fois, j’ai dû quitter un employeur au bout de quelques jours seulement. Quand on me demande d’être aux ordres de son épouse, qui restreint mes tâches à la stérilisation et au ménage, je dis non ! ». A l’avenir, Elisabeth aimerait quitter le fauteuil et devenir responsable des assistantes. Les former, partager son expérience avec les jeunes recrues.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Exercice professionnel

Endocardite infectieuse : l’ADF a mis a jour son « Guide des règles de prescription »

L’ADF attire « toute l’attention des praticiens » sur la publication le 12 avril par la Haute autorité de santé (HAS) d’une...
Exercice professionnel

Délai d’attente pour un rendez-vous chez le dentiste : 11 jours

Le délai médian pour obtenir un rendez-vous avec un chirurgien-dentiste est de 11 jours en France métropolitaine, montre une étude...
Exercice professionnel

Forte proportion de TMS dans le secteur santé

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) du dos et du membre supérieur touchent 60 % des femmes actives et 54 % des hommes. La...
Exercice professionnel

Toujours plus d’appels au numéro vert SPS : la détresse des soignants ne faiblit pas

Depuis sa mise à disposition en 2016, le numéro vert SPS (Soins aux professionnels de santé – 0805 23 23...
Exercice professionnel

“Je propose un devis à mon patient qui l’accepte immédiatement : est-ce que je peux commencer le traitement dès ce premier rendez-vous ?”

Le devis : quand et comment ? Le devis, impérativement communiqué par écrit au patient, permet de formaliser son consentement....
Actualité Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Cédric Boyé, le prothésiste dentaire et photographe de vie sauvage veut « saisir la vérité de l’instant »

Qu’est-ce qui a suscité chez vous l’envie de devenir prothésiste dentaire ? Très franchement : le hasard ! Je ne connaissais pas du...