Mon assistante est agressée par un patient

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°15 - 14 avril 2021 (page 44-46)
Information dentaire

Les actes de violence au cabinet dentaire s’accroissent.

Pour le Conseil national de l’Ordre, ils nuisent à la qualité du travail et au bien-être des chirurgiens-dentistes et de leurs équipes*. Une réponse uniquement technique et judiciaire ne peut être suffisante. Il faut soutenir que les patients n’ont pas que des droits, mais aussi des devoirs de respect, de considération, d’observation des recommandations et des consignes. La violence ne peut jamais être tolérée et le personnel des cabinets – assistantes, réceptionnistes – qui est souvent en première place face aux patients violents, doit particulièrement en être protégé.

* http://bit.ly/3taU8G2

Situation

Un patient inconnu se présente à mon cabinet sans rendez-vous pour être soulagé d’une pulpite aiguë dont il dit souffrir. Mon assistante qui le reçoit lui demande de patienter et termine la discussion qu’elle venait d’engager avec une autre patiente.

Aussitôt, le patient s’emporte, lui crache dessus et profère des injures à son égard. Alors qu’elle m’appelle en soutien, il la gifle violemment.

Me voyant arriver, il exige des soins sur-le-champ.

Je suis outré par le comportement de cet excité vis-à-vis de mon assistante.

  • Puis-je refuser de le soigner dans ces conditions et le mettre à la porte ?
  • Dois-je porter plainte à son encontre ?
  • Que puis-je exiger de lui ?
  • Suis-je tenu de répondre à sa demande de prise en charge car il semble effectivement souffrir terriblement ?

Réflexions d’Yves-Alexandre Thalmann

Psychologue et spécialiste en développement personnel*

La violence ne doit jamais être tolérée, dans un cabinet ou ailleurs. Sous aucun prétexte !

Peut-être trouverez-vous cet avis trop tranché pour un psychologue ? La règle de base qui prévaut dans toute profession, y compris celles des soins et de l’aide, est avant toute chose la sécurité des travailleurs. Au besoin, ces derniers doivent se protéger de possibles agressions à leur égard. Dans le cas de figure mentionné ici, il me semble que la marche à suivre ne souffre aucune discussion : appeler la police pour sortir, de force s’il le faut, le malotru et porter plainte pour coups et injures.

La plainte doit impérativement être déposée. Car laisser passer un tel comportement, et qui plus est soigner un personnage dangereux, serait cautionner la violence. Ce serait signifier à l’auteur de ces actes qu’il a gagné, qu’il peut obtenir ce qu’il désire pour peu qu’il se montre suffisamment agressif. N’oublions pas que le cerveau apprend de ses expériences : ce qui lui procure un bénéfice va…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Exercice professionnel

DIPA : 6 600 € d’aide en moyenne selon la CNAM

« Après prise en compte des régularisations positives et des indus », l’Assurance maladie « a versé à 32 469 chirurgiens-dentistes plus de 215,5 millions d’euros, soit plus de 6 600 €...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Peut-on soigner sa famille en respectant des principes éthiques ?

Situation – « Peux-tu jeter un coup d’œil, j’ai mal aux dents depuis quelques jours ? » Nous avons tous été questionnés...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Démarche écoresponsable au cabinet dentaire

L’Information dentaire : L’ADF est engagée depuis près de dix ans pour le développement durable. De 2011 à 2015, plusieurs...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Lire pour mieux soigner nos patients

Notre devoir déontologique (et notre obligation légale avec le DPC) est de maintenir à jour, et même d’améliorer nos compétences...
Exercice professionnel

Un patient handicapé exhibitionniste

Situation Avec mon assistante, j’accueille un patient de 54 ans souffrant d’un handicap mental modéré. Alors que je l’installe sur le fauteuil...
Exercice professionnel

Forte baisse du nombre des litiges en lien avec une année tronquée

Comme le souligne Patrick Marchand, chirurgien-dentiste conseil de la mutuelle, la fermeture des cabinets lors du premier confinement, conduisant à...