« Mon Espace Santé », un espace numérique sécurisé et individualisé, sera généralisé en janvier 2022

  • Publié le .
Information dentaire

La CNAM et le ministère de la Santé ont annoncé le 29 avril le déploiement national de « Mon Espace Santé » à partir de janvier 2022. Une phase pilote sera lancée en juillet 2021 dans trois départements « test » : la Haute-Garonne, la Loire-Atlantique et la Somme.

« Mon Espace Santé » est un espace numérique sécurisé et individualisé qui doit permettre à chaque Français de stocker ses informations médicales et de les partager avec les professionnels de santé qui les soignent.

Il regroupera 4 entités :

– Le Dossier médical partagé (DMP). Ce « carnet de santé en ligne » contient les données relatives à la prévention, à l’état de santé et au suivi social et médico-social que les professionnels de santé estiment devoir être partagées : vaccinations, synthèses médicales, lettres de liaison, comptes rendus de biologie, imagerie médicale, les actes diagnostiques et thérapeutiques réalisés, traitements prescrits…). Il s’agit de servir la coordination et la continuité de soins, y compris en urgence. Près de 10 millions de DMP étaient déjà ouverts début 2021.

– Un agenda de santé. Il permettra d’enregistrer tous ses rendez-vous médicaux, passés et à venir. Il pourra par exemple contenir les dates de rappels des vaccins ou les dépistages recommandés (mammographie, autotest du cancer du colon, etc.).

– Une messagerie sécurisée. Objectif : communiquer avec les professionnels de santé autour d’informations personnelles de façon sécurisée.

– Un catalogue d’applications. Développées par des acteurs publics ou privés, nationaux ou locaux, sélectionnées et certifiées par l’Etat, elles concerneront tous les aspects de la santé.

À partir de janvier 2022, chacun pourra utiliser ce service en se connectant au site monespacesante.fr compatible avec tous les terminaux (smartphones, tablettes, ordinateurs). Une application mobile sera également disponible.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Politique de santé

Centres de santé : « ne pas faire d’amalgame » demande la FNCS

Dans un communiqué du 30 avril, la Fédération nationale des centres de santé (FNCS) se « félicite » de la décision prise...
Politique de santé

Un questionnaire pour préparer l’arrivée des logiciels métiers

Le « Ségur du numérique en santé » est un programme de soutien de l’État au développement du numérique en santé. Il...
Politique de santé

SESAM-Vitale en chiffres

En 2023, 404 576 professionnels de santé libéraux ont facturé en SESAM-Vitale (contre 395 093 en 2022). 1,33 milliard de FSE (Feuilles de soins...
Politique de santé

Fraudes sociales : les centres de santé dans le viseur du gouvernement

« Pour la première fois, nous avons dépassé la barre des 2 milliards d’euros de fraude sociale détectée en une année », a annoncé...
Politique de santé

7,4 millions de bénéficiaires de la C2S

Depuis 2019, année de la fusion de la CMU-C et de l’ACS, les effectifs de la C2S, née de cette fusion, poursuivent leur progression...
Politique de santé

Lieux d’implantation des cabines de téléconsultation : la HAS fixe les règles

Après la polémique suscitée en novembre dernier, par la proposition de la SNCF de mettre en place dans 300 de...