Olivier Véran, nouveau ministre de la Santé

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°8 - 26 février 2020
Information dentaire
Neurologue au CHU de Grenoble, Olivier Véran, remplace depuis le 16 février Agnès Buzyn au ministère de la Santé après la démission de cette dernière, devenue candidate de La République en Marche (LREM) pour les élections municipales à Paris. Député LREM de l’Isère, ancien conseiller santé d’Emmanuel Macron durant la campagne électorale de 2017, il avait échoué à devenir ministre de la Santé, battu sur le fil par Agnès Buzyn alors présidente de la HAS.

Investi en 2012 par le Parti socialiste (PS), il devient le suppléant de Geneviève Fioraso lors des législatives. Celle-ci nommée ministre de l’Enseignement supérieur, il la remplace et occupe officiellement le siège de député de l’Isère jusqu’en 2017, date à laquelle il sera élu dans la même circonscription, mais cette fois sous l’étiquette LREM.

Plusieurs fois rapporteur du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) et de la Commission des affaires sociales, il a défendu de nombreux sujets ayant trait à la santé publique : interdiction de recourir à des mannequins en état de dénutrition manifeste, cannabis thérapeutique (expérimentations en 2020), Nutri-Score, autorisation du don du sang aux homosexuels, taxe sur les sodas, ouverture de salles d’injection supervisée ou encore suppression du numerus clausus qu’il souhaitait remplacer par un « numerus apertus », c’est-à-dire un seuil plancher (et non un plafond) pour adapter l’offre de soins non plus aux capacités de formation mais aux besoins réels. Il est aussi à l’origine de l’amendement, adopté dans le PLFSS pour 2020, permettant le concours de chirurgiens-dentistes d’exercice libéral au fonctionnement des SAMU pour traiter les appels concernant les urgences dentaires. Une expérimentation dans son département, l’Isère, en 2016, avait obtenu un bilan très positif sur trois mois : sur 14 vacations dont 12 dimanches, les chirurgiens-dentistes, volontaires, avaient géré 518 appels dont 41 % n’ont pas été suivis d’une consultation chez un dentiste de garde.

Des syndicats bienveillants

Le lendemain de cette nomination, les syndicats dentaires jouent la bienveillance. Les CDF « saluent » la nomination d’Olivier Véran et « bien qu’il soit issu du secteur hospitalier, ne doutent pas qu’il saura prendre en compte les spécificités des professions libérales en général et comprendre celles des chirurgiens-dentistes en particulier ». Le syndicat se tient à disposition du nouveau ministre « pour échanger avec lui » sur les problématiques actuelles : respect des engagements conventionnels, 100 % santé, réforme des retraites et centres de santé. L’Union Dentaire estime quant à elle que « sa connaissance du dossier de la santé en France est indéniable ».

Le syndicat liste les « points positifs » et « négatifs » des positions soutenues par le député Véran. À son crédit : son soutien à l’inscription des assistant(e)s dans le Code de la santé publique, sa lutte contre la désertification médicale « qu’il refuse de traiter par la coercition », ou encore, son implication dans la réforme des études de médecine. Points négatifs : « Il a une vision plus hospitalière que libérale de la médecine, il a été le monsieur RAC 0 » et il soutient la généralisation du tiers payant sur les soins de ville. Enfin, la FSDL est moins diserte. « Nous vous adressons toutes nos félicitations et notre syndicat se tient à votre disposition pour changer en profondeur la politique de santé bucco-dentaire en France », a-t-elle lancé sur Twitter.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Politique de santé

Centres de santé : « ne pas faire d’amalgame » demande la FNCS

Dans un communiqué du 30 avril, la Fédération nationale des centres de santé (FNCS) se « félicite » de la décision prise...
Politique de santé

Un questionnaire pour préparer l’arrivée des logiciels métiers

Le « Ségur du numérique en santé » est un programme de soutien de l’État au développement du numérique en santé. Il...
Politique de santé

SESAM-Vitale en chiffres

En 2023, 404 576 professionnels de santé libéraux ont facturé en SESAM-Vitale (contre 395 093 en 2022). 1,33 milliard de FSE (Feuilles de soins...
Politique de santé

Fraudes sociales : les centres de santé dans le viseur du gouvernement

« Pour la première fois, nous avons dépassé la barre des 2 milliards d’euros de fraude sociale détectée en une année », a annoncé...
Politique de santé

7,4 millions de bénéficiaires de la C2S

Depuis 2019, année de la fusion de la CMU-C et de l’ACS, les effectifs de la C2S, née de cette fusion, poursuivent leur progression...
Politique de santé

Lieux d’implantation des cabines de téléconsultation : la HAS fixe les règles

Après la polémique suscitée en novembre dernier, par la proposition de la SNCF de mettre en place dans 300 de...