Orthodontistes spécialistes ou exclusifs : une sénatrice suggère d’instaurer des remboursements différents

  • Publié le .
Information dentaire

« De nombreuses écoles d’orthodontie privées proposent des formations payantes pour chirurgiens-dentistes généralistes. Or, certains de ces diplômés s’installent tout de même comme spécialistes exclusifs. Cela crée une injustice que le législateur ne peut tolérer. Ces derniers bénéficient ainsi du même statut que les spécialistes, qui ont quant à eux effectué leur internat, après une réelle formation théorique et clinique ».

Dans une question écrite du 16 mars, Alexandra Borchio Fontimp sénatrice des Alpes-Maritimes, membre du groupe Les Républicains alerte le ministre de la Santé sur la « multiplication » des spécialistes exclusifs.

N’ayant pas suivi le même cursus, il est selon elle, « impossible de les traiter de la même manière ». Il conviendrait de faire figurer sur leur plaque s’ils sont spécialistes ou exclusifs, de leur demander de préciser la nature de leur diplôme « afin d’accroître la transparence » et d’instaurer un barème de remboursement différent entre eux. Améliorer le contrôle écoles privées « est primordial, ajoute-t-elle. Faisant florès sur l’ensemble du territoire français, il s’avère que l’enseignement annoncé sur les plaquettes de publicité n’est pas toujours celui qui est dispensé. »

Ces propositions, « permettraient de faire de fortes économies puisque l’on sait que les praticiens mal formés mettent plus de temps à traiter les patients, impliquant de fait davantage de coûts pour la sécurité sociale. »

Thèmes abordés

Commentaires

2 réponses à “Orthodontistes spécialistes ou exclusifs : une sénatrice suggère d’instaurer des remboursements différents”

  1. ANNIE SOLAR dit :

    Excellent, les dentistes exclusifs vont devoir arrêter de faire de l’orthodontie bidon à des fins UNIQUEMENT lucratives. On surveille cela de prêt mais le loup est dans la bergerie et n’en sortira que lorsque les mauvaises brebis seront croquées.
    Lamentable pour cette profession que de traiter des malpositions dentaires sans avoir eu une formation qui dure 3 ans et en utilisant des solutions par aligneurs dont ils ne maitrisent ni la théorie et ni l’expérience. Les traitements d’orthodontie exécutés par les dentistes non spécialisés sont beaucoup plus longs que ces mêmes traitements exécutés par des orthodontistes et coutent donc des semestres et donc de l’argent à la sécurité sociale. Qui plus est lorsque le traitement ne se déroule pas comme prévu , n’ayant aucune expérience , ces dentistes sont incapables de redresser la situation et renvoient les patients chez des orthodontistes pour rattraper leurs erreurs.
    Laissons les charcutiers vendent des tripes et du boudin et les bouchers vendre du CHAROLAIS et de l’ANGUS.
    MERCI

  2. mathieulaudry dit :

    Quelle absurdité !! Les dentistes faisaint de l’orthodontie sont en général beaucoup plus conscencieux que les SQODF qui font travailler à 90% les assistantes à leur places, sont aigris avec les patients et se prennent pour les rois du pétroles en critiquant les confrères omni.
    Les exclusifs essaient de se former toute leur carriere toute leur vie , les formations prennent beaucoup de temps et son très cheres, les cours sont plus qualitatifs que ceux de l’internat ou du cescmo !! les formations privées ont plus de moyens que les CHU qui sont dans la misères !! il faut se réveiller, le jour où un omni fait de l’odf, c’est qu’il a fait des formations longues, et s’est encadré d’un sénior… d’ailleurs pas mal d’exclusifs sont passés SQODF après de longues formations … dans ma région les rhyzalises et avulsions en veux-tu en voila des prémolaires, c’est bien les SQODF qui en font le plus sont aucun soucis !! (quand ils ont le temps de se bouger pour controler parce que gérer 4 fauteuils en même temps avec les assistantes forcément ca donne plus de mal qu’un omni exclusif qui se contente d’un patient au fauteuil et bien consciencieux.

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Des solutions pour prévenir les TMS

Comment agir pour prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) en entreprise ? L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) vient de publier...
Vie de la profession

Article réservé à nos abonnés Essor des usineuses et des imprimantes 3D dans les cabinets dentaires

Dans le contexte actuel de révolution technologique, les cabinets dentaires bénéficient de l’avènement des usineuses et des imprimantes 3D, des outils...
Vie de la profession

Elections professionnelles : les praticiens hospitaliers appelés aux urnes

Les quelques 90 000 professionnels de santé hospitaliers, médecins, pharmaciens et environ 5 500 chirurgiens-dentistes sont appelés à élire, du...
Vie de la profession

Article réservé à nos abonnés Sur dix ans, les revenus professionnels progressent moins vite que l’inflation

Après la hausse spectaculaire des revenus professionnels de 14,51 % en 2021, les revenus 2022 s’érodent de 2,65 % selon...
Vie de la profession

Etudiants en dentaire : participez à l’enquête « Bien être » de l’UNECD

L’Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire (UNECD) lance sa quatrième enquête « Bien être » auprès des étudiants en chirurgie dentaire....
Vie de la profession

Aspiration haut débit : utile face aux bioaérosols mais grande source d’inconforts

L’utilisation d’une aspiration haut débit au fauteuil est ressentie par les chirurgiens-dentistes et les assistant(e)s dentaires comme une protection plutôt...