PAP : efficacité masticatoire et dents cuspidées

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Les prothèses amovibles partielles (PAP) permettent de façon peu invasive et économique d’améliorer les performances masticatoires pour les patients ayant perdu leurs dents postérieures. Les dents artificielles dites « anatomiques » peuvent présenter des angles cuspidiens de 20 à 45 degrés, alors que les dents « non anatomiques » sont plates.
 
Le but de cette étude clinique était d’évaluer l’influence de l’angulation cuspidienne sur l’efficacité masticatoire et l’activité musculaire de patients portant des PAP mandibulaires distales bilatérales (classe I de Kennedy-Applegate).
 
Quinze participants ont accepté de tester leur efficacité masticatoire et leur activité musculaire par électromyographie, avec des prothèses amovibles de conception identique. Les angulations cuspidiennes ont été changées au hasard entre des dents dites « anatomiques » avec une angulation cuspidienne de 33°, des dents dites « semi-anatomiques » à 20° et des dents « non anatomiques », plates.
 
Les résultats montrent que l’efficacité masticatoire était meilleure avec les dents à 33° ou 20° par rapport aux dents plates, sans différence significative entre les deux types d’angulation. L’activité musculaire était la plus faible avec les dents à 33° et la plus élevée avec les dents plates. Il y avait une différence significative entre les trois groupes pour le temporal, mais pas entre les deux types de dents cuspidées au niveau du masséter.
 
Les auteurs concluent que dans les limites de la présente étude, les PAP bilatérales (classe I) avec des dents non anatomiques entraînent une réduction de l’efficacité masticatoire et une élévation de l’activité musculaire par rapport à des dents « antomiques » ou « semi-anatomiques ». Les performances des dents avec une angulation cuspidienne de 33° ou 20° sont comparables sauf pour l’activité musculaire du temporal, plus élevée avec les dents à 20°.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...