Péri-implantites et chirurgie au continuum Sapo 2020

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°10 - 11 mars 2020
Information dentaire
Le 20 juin, l’Institut du Monde Arabe accueille le Continuum 2020 de la Sapo Implant. Une journée scientifique qui marque les vingt ans de la société, rythmée par neuf conférenciers qui aborderont les péri-implantites et les traitements chirurgicaux. Pour en savoir plus, rencontre avec Bernard Cannas, cofondateur de la Sapo.

Vingt ans ! Un anniversaire plein d’espoirs. L’âge où tout semble permis. Pour la Sapo ne s’agit-il pas de braver les limites et offrir à nos confrères encore plus ?
Eh oui, vingt ans, c’est le bel âge certes, mais aussi celui des projets. Ce n’est pas une fin. Nous aurons un grand plaisir à fêter cet anniversaire avec les sapistes qui nous font tant confiance, évidemment, mais il s’agit aussi de montrer la voie, de faire le tri dans les nombreuses innovations qui sont proposées aux praticiens. Sapo Implant, c’est une société de formation qui comprend toutes les générations et qui se doit d’innover dans son enseignement. Depuis vingt ans, la structure de l’enseignement est restée la même, mais pour prendre deux exemples remarquables, nous avons vécu l’évolution de l’imagerie, avec l’arrivée des CBCT dans les cabinets, ainsi que l’évolution du laboratoire de prothèse avec le flux numérique. Les outils ont changé mais le processus de traitement doit suivre des protocoles stricts et reproductibles. La particularité de Sapo Implant est de donner cette méthodologie de traitement.

Vous évoquez la fidélité des « sapistes ». Aujourd’hui encore, il semble que ce soit un point fort. Quel est votre secret ?
Notre plus grande fierté est d’avoir maintenu cette fidélité. Quel plaisir lorsque de jeunes confrères nous contactent de la part d’anciens sapistes et qu’ils ont la patience d’attendre les promotions disponibles. Nous voulons être à la hauteur de leurs attentes et exigences.
Je pense que notre secret est la sincérité, la proximité au cours des cinq modules de formation qui présentent la méthode et transmettent des protocoles de traitement immédiatement applicables avec les meilleures avancées de la science.
Quarante cursus ont eu lieu au cours de ces vingt ans. Nous allons contacter chaque participant afin de savoir ce qu’il est devenu, comment il a intégré l’implantologie dans ses plans de traitement, savoir si certains sont devenus implantologistes exclusifs…
Nous nous retrouverons tous sur la terrasse de l’Institut du Monde Arabe pour profiter de l’une des plus belles vues de Paris pour fêter tous ensemble ce beau moment.

Vous aviez fêté vos dix ans à la bibliothèque François Mitterrand. En dix ans, comment l’implantologie a-t-elle évolué ?
Elle a connu une évolution incroyable : la digitalisation des processus, l’impression 3D, l’explosion technologique des laboratoires de prothèse sans qui nous ne pouvons pas évoluer, mais aussi le vieillissement de nos traitements, le suivi des patients, la prise en compte des pathologies péri-implantaires. Ce sera l’un des thèmes importants de ce continuum.

Justement, en quoi le programme de ce continuum s’accorde-t-il avec l’évolution des technologies dont l’accélération est vertigineuse ?
Deux grands thèmes seront abordés. La matinée sera consacrée aux pathologies autour des implants. Nous chercherons à comprendre cette rupture d’équilibre de l’ostéointégration que sont les péri-implantites. Nous voulons faire le point autour d’experts. Notre responsabilité est d’aborder de manière honnête et scientifique ce vaste sujet qui s’invite tous les jours dans nos cabinets. Comment les prévenir, les diagnostiquer puis les traiter ? Le débat sera ouvert avec des questions et réponses avec la salle et des tours de table d’experts. L’équipe de Parosphère, avec Frédéric Duffau, Benjamin Perron et Philippe Doucet, ainsi qu’Amandine Para et Omid Moghaddas feront une indispensable mise au point.
L’après-midi sera consacrée à la précision du placement des implants, montrera l’évolution de la chirurgie guidée statique et dynamique. Des guides chirurgicaux vers la navigation. Là encore, nous avons confié ce sujet à deux conférenciers exceptionnels, Renaud Noharet et Alfonso Cabalerro de Rodas. Nous conclurons avec une intervention sur la limite du traitement du maxillaire très résorbé et les implants zygomatiques, présentée par Sepehr Zarrine.

Pourquoi avoir choisi d’organiser une rencontre tous les trois ans ?
Notre continuum, comme son nom l’indique, permet une continuité dans la relation avec les sapistes pour, au-delà du plaisir de se voir et de partager, faire le point sur l’évolution de notre beau métier. Un maximum de trois ans entre chaque rencontre est un rythme parfait. Les deux derniers ont eu lieu à la Cité des sciences et de l’industrie, ce qui collait parfaitement avec nos sujets. Cette année, nous nous recentrons au cœur de Paris, dans l’un des plus beaux lieux de la capitale. Rendez-vous donc le 20 juin 2020 !

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Formation

Rééducation maxillo-faciale

Une étudiante en dernière année à l’École de kinésithérapie de Paris, Coline Beunon, prépare, dans le cadre de l’obtention de son...
Formation

La carie précoce de l’enfant : toujours d’actualité en 2020 ?

Les Prs Sophie Doméjean et Caroline Delfosse seront réunies le jeudi 10 décembre de 20h à 22h pour répondre à...
Formation

27 novembre : rendez-vous du réseau ReCOL

C’est un programme particulièrement intéressant que propose le réseau Recherche Clinique en Odontologie Libérale (ReCOL) qui, le 27 novembre de 12 h 15...
Formation

« Savoir prescrire pour limiter l’antibiorésistance » : une formation DPC en ligne de l’ADF

L’ADF propose une formation DPC en ligne « Savoir prescrire pour limiter l’antibiorésistance ». « Le développement de la résistance aux antibiotiques est...
Formation

Comprendre et traiter les hypominéralisations molaires incisives (MIH)

Le mardi 7 juillet à 20 heures, Elsa Garot et Patrick Rouas interviendront lors d’un Webinar pour faire le point...
Formation

Utilisation de bains de bouche antiseptiques pour réduire le risque d’aérobiocontamination par des coronavirus infectant l’être humain

Résultats préliminaires d’une revue systématique de la littérature Pour limiter le risque d’aérobiocontamination par le SARS-CoV-2, le recours à des...