Plus on fait du sport, plus le risque de cancer diminue

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°1 - 15 janvier 2020
Information dentaire

C’est ce que confirme, une nouvelle fois, une étude publiée le 26 décembre dans Journal of Clinical Oncology. La méta-analyse porte sur 755 459 participants (âge médian, 62 ans), dont 53 % de femmes, suivis pendant 10,1 ans. Cinq cohortes ont été créées. On a demandé aux participants, indemnes de cancer à leur inclusion, de pratiquer des activités physiques de différents types et d’intensités variées. Sur la durée de l’étude, 50 620 cancers se sont déclarés.

Bilan : le risque de cancer du côlon chez l’homme baisse de 8 % avec 2 heures 30 par semaine d’activité physique d’intensité modérée (par exemple, marche rapide) et jusqu’à 14 % avec 5 heures. Pour le cancer du sein chez la femme, la baisse est de 6 % avec 2 heures 30 de sport, puis de 10 % avec 5 heures. Idem pour le cancer du rein (11 – 17 %), le cancer du foie (18 – 27 %), le cancer de l’endomètre (10 – 18 %), le myélome (14 – 19 %), et le lymphome non hodgkinien chez la femme (11 – 18 %).

Les résultats en fonction de l’intensité de l’activité physique (de modérée à vigoureuse) ne sont pas probants selon les auteurs, suggérant que la durée de l’activité a plus d’impact que l’intensité.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Alcool : un Français sur quatre boit trop !

La consommation quotidienne d’alcool concerne, selon les régions, 7,1 % à 12,6 % des adultes, sachant que la moyenne nationale est de...
Santé publique

Baisse du tabagisme mondial : une première !

Pour la première fois, le nombre d’êtres humains consommant du tabac diminue dans le monde, selon un rapport de l’OMS publié le 19 décembre....
Santé publique

Cancer du sein : l’intelligence artificielle imbattable

Une technique d’intelligence artificielle (IA) mise au point par Google Health à partir de 29 000 mammographies provenant de Grande-Bretagne et des États-Unis fait...
Santé publique

La DGCCRF tape dur sur les médecines douces

Hypnose, acupuncture, réflexologie, aromathérapie, auriculothérapie, naturopathie ou encore hydrothérapie du côlon… de plus en plus de Français se tournent vers...
Santé publique

Un arrêt maladie sans voir le patient ? Possible, mais plus pour longtemps.

« Si vous êtes trop malade pour travailler, vous pouvez consulter un médecin en ligne (25 €, remboursable) pour éventuellement avoir un...
Santé publique

#LeDéfiDeJanvier est bel et bien lancé

Initialement prévu par Santé Publique France, le « Mois sans alcool », supprimé sous pression de l’Elysée et du lobby...