Prothèses maxillo-faciales et chirurgien-dentiste : un lien pour toute la vie

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°25 - 24 juin 2020
Information dentaire
Article analysé : De Caxias FP, Dos Santos DM, Bannwart LC, de Moraes Melo Neto CL, Goiato MC. Classification, history, and future prospects of maxillofacial prosthesis. Int J Dent 2019 Jul 18;2019:8657619.

Le domaine de la prothèse maxillo-faciale (PMF) est plutôt mal connu des omnipraticiens qui le considèrent, souvent à raison, comme un exercice hospitalier. En effet, cette discipline, dont le but principal est de restaurer des pertes de substance tissulaires souvent importantes liées à des défauts congénitaux, traumatiques ou en lien avec le traitement de cancers, implique souvent une équipe thérapeutique pluridisciplinaire. Si la majorité des praticiens ne fera jamais de PMF, beaucoup auront sans doute dans leur patientèle des personnes qui en auront besoin, à la suite de cancers oraux notamment. Ils devront alors savoir leur donner les explications nécessaires pour les rassurer, les orienter et parfois assurer le suivi de leur prothèse. Les auteurs de cet article nous proposent donc de mieux comprendre les différents domaines d’application de la PMF, les matériaux qui y sont employés et les perspectives à venir.
Les auteurs rappellent d’abord l’étendue de ce domaine qui implique l’implantation de substituts artificiels aux structures intra- et extra-orales. Peuvent être concernés les yeux, le nez, les oreilles, les os maxillaire et mandibulaire, les os du crâne ou le palais qui peuvent être partiellement ou totalement altérés.

Les prothèses restauratrices, en particulier les prothèses dentaires, sont alors soutenues ou retenues par des structures telles que des implants dentaires, les tissus résiduels avec parfois le recours à des pâtes adhésives, par les cavités tissulaires ou par les dents résiduelles. Elles ont un impact très important sur l’amélioration de la qualité de vie et l’estime de soi chez les patients souvent traumatisés par ces mutilations. Ces prothèses leur permettent de retrouver une vie sociale et familiale et mettent en jeu toute une équipe thérapeutique coordonnée incluant chirurgien maxillo-facial, chirurgien-dentiste, prothésiste, orthophoniste et psychologue.

À partir de l’étude…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Empreinte conventionnelle ou numérique

La diversification de l’offre, l’évolution des performances des scanners intra-oraux, mais aussi la généralisation des matériaux prothétiques mis en forme...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Évaluer une dent avant un retraitement endodontique

En 2017, une équipe de cliniciens londoniens, ayant des compétences de spécialistes en prothèse, parodontologie et endodontie, a cherché à...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sinus et chirurgie implantaire

Avec le développement de l’implantologie, les sinus maxillaires sont entrés davantage dans le champ d’intervention du chirurgien-dentiste. D’abord parce qu’ils...
Revue de presse

Une incisive humaine vieille de 70 000 ans

Une incisive humaine vieille de 70 000 ans a été retrouvée dans la grotte dite de « Coupe-Gorge » à...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Santé parodontale et orthodontie : quelle méthode ?

Un beau visage est un avantage préférable à toutes les lettres de recommandation. » Cette citation d’Aristote résonne dans nos sociétés...
Revue de presse

Covid-19 et tests salivaires : quel enjeu pour les chirurgiens-dentistes ?

En santé publique, la mesure classique pour ralentir et enrayer le développement d’une épidémie consiste à détecter, tester, isoler et...