Reprises des négociations le 15 septembre

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire
Ce fut la bonne nouvelle de l’été. Le 13 juillet, après sa rencontre avec les trois syndicats dentaires, FSDL, CNSD et UD réunis au ministère de la Santé, la ministre, Agnès Buzyn, annonçait que l’entrée en vigueur du règlement arbitral serait « décalée » au 1er janvier 2019 « pour permettre aux partenaires conventionnels de négocier un accord dans les prochains mois ».

Soulagement. Le « combat » de ces derniers mois n’aura pas été vain. Mais attention, le principe même d’un plafonnement du prix des soins prothétiques contre une revalorisation des soins reste intangible.

C’est « un levier incontournable pour l’amélioration de la prise en charge des patients », rappelle la ministre. Elle fixe trois lignes directrices aux partenaires conventionnels : améliorer l’accès financier aux soins en s’appuyant donc sur le principe d’un plafonnement progressif des soins prothétiques (avec l’objectif de proposer d’ici à 2022 des offres de prothèses sans reste à charge), renforcer la prévention et faciliter l’accès aux soins pour les publics les plus démunis. Le premier round de ces nouvelles négociations débutera le 15 septembre avec les complémentaires santé et en concertation avec l’ensemble des parties prenantes, notamment l’industrie et les prothésistes.

Prudence et vigilance

Les syndicats, les CCDeLi, les étudiants et toute la filière se réjouissent de l’ouverture de nouvelles négociations, mais restent prudents. « Si nous sommes sensibles à la reprise du dialogue et si nous approuvons que la priorité soit enfin donnée à la prévention et aux soins conservateurs, nous savons bien que, sous ces déclarations de principe, peuvent se cacher des orientations bien différentes de celles que nous voulons promouvoir, considère Philippe Denoyelle, président de l’Union Dentaire. Ces négociations ressembleront à tout sauf à une promenade de santé. » La FSDL, elle aussi, se méfie. « Nous saluons la volonté de mieux valoriser la prévention et les soins précoces afin de s’inscrire dans une préservation accrue de l’organe dentaire et l’objectif de diminution de reste à charge de nos patients est un objectif pour tous les acteurs de la négociation, notamment les complémentaires, remarque Pascal Paloc, son secrétaire général. Mais le cadre général de cette négociation ressemble très fortement à celui ayant conduit à l’échec des dernières négociations.

Les mêmes causes risquent inéluctablement de produire les mêmes effets. » Sans doute le plus dur reste à faire. « Au-delà des mots et des généralités, la traduction sur le terrain des bonnes intentions risque de se heurter à la réalité des habitudes et du financement dans un environnement budgétaire contraint, rappelle Thierry Soulié, secrétaire général de la CNSD. « Vous trouverez en la CNSD un partenaire fiable en mesure de partager un objectif ambitieux et novateur de santé publique d’accès aux soins, mais vous comprendrez qu’échaudés par les expériences passées, nous restions prudents », lance-t-il à l’adresse de la ministre dans un éditorial.

Malgré le début de nouvelles négociations conventionnelles, l’Union Dentaire et la CNSD maintiennent leur mot d’ordre appelant les praticiens à fermer les cabinets la semaine du 27 novembre.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Politique de santé

Maîtriser les prix et l’accès aux médicaments

Instaurer un stock de sécurité de médicaments « plancher » de quatre mois pour les médicaments à intérêt thérapeutique majeur, raccourcir la durée minimale de protection...
Politique de santé

“Mon espace santé” s’étoffe

« L’agenda » est désormais disponible sur « Mon espace santé », indique l’assurance maladie le 30 avril. Il s’agit d’un « calendrier prévisionnel rassemblant tous...
Politique de santé

Centres de santé : « ne pas faire d’amalgame » demande la FNCS

Dans un communiqué du 30 avril, la Fédération nationale des centres de santé (FNCS) se « félicite » de la décision prise...
Politique de santé

Un questionnaire pour préparer l’arrivée des logiciels métiers

Le « Ségur du numérique en santé » est un programme de soutien de l’État au développement du numérique en santé. Il...
Politique de santé

SESAM-Vitale en chiffres

En 2023, 404 576 professionnels de santé libéraux ont facturé en SESAM-Vitale (contre 395 093 en 2022). 1,33 milliard de FSE (Feuilles de soins...
Politique de santé

Fraudes sociales : les centres de santé dans le viseur du gouvernement

« Pour la première fois, nous avons dépassé la barre des 2 milliards d’euros de fraude sociale détectée en une année », a annoncé...