Tiers-payant intégral et obligatoire c’est « non » pour le CNPS

  • Publié le .
Information dentaire

Après l’Union nationale des professionnels de santé (UNPS) (👉 https://bit.ly/3nDxuDD), le CNPS (Centre national des professions de santé) qui regroupe 18 organisations syndicales de professionnels de santé libéraux mais seulement un syndicat dentaire (Les CDF) rappelle « son opposition absolue au tiers-payant intégral et obligatoire, mais prône pour les praticiens qui souhaiteraient offrir ce service à leurs patients, une mise en œuvre simple, à l’instar du tiers-payant de l’assurance maladie obligatoire ».

L’intersyndicale réagit à l’intégration du tiers-payant intégral dans le Projet de loi de financement de la sécurité sociales pour 2021 (PLFSS), adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 27 octobre et par le Sénat le 17 novembre (👉 https://bit.ly/35KpISn). Son article 33 quater prévoit en effet de généraliser le tiers payant sur les équipements et les soins du panier 100 % Santé en le rendant obligatoire pour les contrats responsables des complémentaires santé dans les domaines concernés : dentaire, optique et audiologie. S’il est prévu de le rendre obligatoire pour les complémentaires, il ne le sera pas, pour le moment, pour les praticiens.

Le CNPS déplore que les complémentaires santé « persistent à vouloir imposer le cahier des charges de l’Association des complémentaires santé pour le tiers payant (Inter-AMC) sans que les professionnels de santé libéraux n’aient pu en valider le contenu et les spécificités techniques ». Pour garantir aux professionnels de santé libéraux qui souhaiteraient mettre en place le tiers payant, « le libre choix de leurs équipements de travail, de leurs fournisseurs de services et opérateurs », le CNPS considère « qu’il convient de redéfinir la gouvernance du tiers payant entre les professionnels et les payeurs des régimes obligatoires et complémentaires » et « appelle de ses vœux la formalisation d’une gouvernance tripartite entre les syndicats représentatifs de libéraux de santé, la CNAM et l’UNOCAM qui pourrait utilement trouver ses prolongements dans un accord conventionnel interprofessionnel ».

 

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Universités : les pataquès de la réforme de la PACES

Emplois du temps surchargés, étudiants oubliés, stress intense, manque d’informations, cours inadaptés, modalités de sélection inconnues, formations inégalitaires… La réforme de...
Vie de la profession

Disparation

Nous avons appris le décès d’Yves Commissionat, survenu le lundi 23 novembre. Professeur au Collège de Médecine des Hôpitaux de...
Vie de la profession

Reconfinement : la CARCDSF prête à aider les praticiens

Même si l’activité des chirurgiens-dentistes se poursuit pendant ce nouveau confinement, « chaque praticien est unique et si vous rencontrez...
Vie de la profession

Les assistants dentaires sont bel et bien des professionnels de santé

Si certains doutaient encore, qu’ils se rassurent : les assistants dentaires sont des professionnels de santé à part entière. Dans...
Vie de la profession

De plus en plus de salariés dans les cabinets dentaires

Fin 2019, il y avait 23 073 cabinets dentaires libéraux (entreprises individuelles ou sociétés) comprenant en moyenne 2 salariés, indique...
Vie de la profession

Arnaque à l’immatriculation au RCS

L’antenne parisienne de la DGCCRF fait remonter de « très nombreux signalements de professionnels qui, ayant récemment créé leur société, ont...