Un arrêt maladie sans voir le patient ? Possible, mais plus pour longtemps.

  • Publié le .
Information dentaire
« Si vous êtes trop malade pour travailler, vous pouvez consulter un médecin en ligne (25 €, remboursable) pour éventuellement avoir un repos (3 jours max) », vante le site internet www.arretmaladie.fr.
La démarche est simple : vous choisissez votre maladie dans la liste proposée (douleurs de dos, douleurs menstruelles, gastro, coup de froid, stress…), vous remplissez le questionnaire en ligne (symptômes, données personnelles…), vous faites un court appel vidéo avec un médecin français (un rendez-vous de téléconsultation est planifié rapidement) et vous recevez votre arrêt maladie en pdf à transmettre à l’employeur. Vraiment, on arrête par le progrès…
La Cnam attaque
Mais l’assurance maladie annonce dans un communiqué du 7 janvier qu’elle va, en lien avec le conseil de l’Ordre des médecins, « mettre en demeure immédiatement le site de cesser ses activités et engager également, à cette fin, une action en référé ».
La Cnam « alerte » sur le fait que la prise en charge des téléconsultations appelle « le respect d’un certain nombre de conditions, qui ne sont pas remplies en cas de recours à ce site ». Elle souligne « qu’il est éthiquement critiquable » de faire la promotion d’un site de consultations médicales en ligne à partir « de la promesse de l’obtention facilitée d’un arrêt de travail »
«Les arrêts de travail ne sont pas des produits de consommation, susceptibles d’être distribués sur demande des patients, ajoute-t-elle. Ils relèvent d’une prescription médicale et doivent intervenir à l’initiative du médecin »

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Alcool : un Français sur quatre boit trop !

La consommation quotidienne d’alcool concerne, selon les régions, 7,1 % à 12,6 % des adultes, sachant que la moyenne nationale est de...
Santé publique

Baisse du tabagisme mondial : une première !

Pour la première fois, le nombre d’êtres humains consommant du tabac diminue dans le monde, selon un rapport de l’OMS publié le 19 décembre....
Santé publique

Cancer du sein : l’intelligence artificielle imbattable

Une technique d’intelligence artificielle (IA) mise au point par Google Health à partir de 29 000 mammographies provenant de Grande-Bretagne et des États-Unis fait...
Santé publique

La DGCCRF tape dur sur les médecines douces

Hypnose, acupuncture, réflexologie, aromathérapie, auriculothérapie, naturopathie ou encore hydrothérapie du côlon… de plus en plus de Français se tournent vers...
Santé publique

Plus on fait du sport, plus le risque de cancer diminue

C’est ce que confirme, une nouvelle fois, une étude publiée le 26 décembre dans Journal of Clinical Oncology. La méta-analyse porte...
Santé publique

#LeDéfiDeJanvier est bel et bien lancé

Initialement prévu par Santé Publique France, le « Mois sans alcool », supprimé sous pression de l’Elysée et du lobby...