Un arrêt maladie sans voir le patient ? Possible, mais plus pour longtemps.

  • Publié le .
Information dentaire
« Si vous êtes trop malade pour travailler, vous pouvez consulter un médecin en ligne (25 €, remboursable) pour éventuellement avoir un repos (3 jours max) », vante le site internet www.arretmaladie.fr.
La démarche est simple : vous choisissez votre maladie dans la liste proposée (douleurs de dos, douleurs menstruelles, gastro, coup de froid, stress…), vous remplissez le questionnaire en ligne (symptômes, données personnelles…), vous faites un court appel vidéo avec un médecin français (un rendez-vous de téléconsultation est planifié rapidement) et vous recevez votre arrêt maladie en pdf à transmettre à l’employeur. Vraiment, on arrête par le progrès…
La Cnam attaque
Mais l’assurance maladie annonce dans un communiqué du 7 janvier qu’elle va, en lien avec le conseil de l’Ordre des médecins, « mettre en demeure immédiatement le site de cesser ses activités et engager également, à cette fin, une action en référé ».
La Cnam « alerte » sur le fait que la prise en charge des téléconsultations appelle « le respect d’un certain nombre de conditions, qui ne sont pas remplies en cas de recours à ce site ». Elle souligne « qu’il est éthiquement critiquable » de faire la promotion d’un site de consultations médicales en ligne à partir « de la promesse de l’obtention facilitée d’un arrêt de travail »
«Les arrêts de travail ne sont pas des produits de consommation, susceptibles d’être distribués sur demande des patients, ajoute-t-elle. Ils relèvent d’une prescription médicale et doivent intervenir à l’initiative du médecin »

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Opération Epicov

Jusqu’au 24 mai, 200 000 personnes volontaires de 15 ans ou plus, résidant sur tout le territoire (France métropolitaine et Dom) devront répondre à un...
Santé publique

UFSBD : recommandations sur le fluor

Quelques mois après son 20e colloque national (29 octobre) consacré au fluor, l’UFSBD communique sur de nouvelles recommandations en matière de fluor...
Santé publique

6 % des Français vivent en zone sous-dotée en généralistes

« En raison d’un décalage croissant entre l’offre et la demande de soins, l’accessibilité géographique aux médecins généralistes a baissé de...
Santé publique

COVID 19 : indemnités journalières, le dispositif dérogatoire des salariés à l’isolement

  Depuis le 2 février, un dispositif dérogatoire s’applique aux salariés ayant fait l’objet d’une mesure d’isolement « du fait d’avoir...
Santé publique

COVID 19 : pas de masque FFP2 dans l’immédiat

« Nous réquisitionnons tous les stocks et la production de masques de protection. Nous les distribuerons aux professionnels de santé et...
Santé publique

Le Selfcare en panne

« Alors que le marché du Selfcare (automédication + compléments alimentaires + dispositifs médicaux) a connu jusqu’en 2016 une constante progression et représente aujourd’hui...