Un arrêt maladie sans voir le patient ? Possible, mais plus pour longtemps.

  • Publié le .
Information dentaire
« Si vous êtes trop malade pour travailler, vous pouvez consulter un médecin en ligne (25 €, remboursable) pour éventuellement avoir un repos (3 jours max) », vante le site internet www.arretmaladie.fr.
La démarche est simple : vous choisissez votre maladie dans la liste proposée (douleurs de dos, douleurs menstruelles, gastro, coup de froid, stress…), vous remplissez le questionnaire en ligne (symptômes, données personnelles…), vous faites un court appel vidéo avec un médecin français (un rendez-vous de téléconsultation est planifié rapidement) et vous recevez votre arrêt maladie en pdf à transmettre à l’employeur. Vraiment, on arrête par le progrès…
La Cnam attaque
Mais l’assurance maladie annonce dans un communiqué du 7 janvier qu’elle va, en lien avec le conseil de l’Ordre des médecins, « mettre en demeure immédiatement le site de cesser ses activités et engager également, à cette fin, une action en référé ».
La Cnam « alerte » sur le fait que la prise en charge des téléconsultations appelle « le respect d’un certain nombre de conditions, qui ne sont pas remplies en cas de recours à ce site ». Elle souligne « qu’il est éthiquement critiquable » de faire la promotion d’un site de consultations médicales en ligne à partir « de la promesse de l’obtention facilitée d’un arrêt de travail »
«Les arrêts de travail ne sont pas des produits de consommation, susceptibles d’être distribués sur demande des patients, ajoute-t-elle. Ils relèvent d’une prescription médicale et doivent intervenir à l’initiative du médecin »

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

L’excès de sel européen

Chaque jour, les maladies cardiovasculaires tuent 10 000 personnes en Europe soit plus de 4 millions par an (42,5 % des...
Santé publique

Dengue : la recrudescence de cas importés inquiète

Dans un message adressé à tous les professionnels de santé le 23 avril, la Direction générale de la santé (DGS) alerte...
Santé publique

Cancer du sein : dépistage en baisse

« Les dernières données montrent un taux de participation au programme national du dépistage du cancer du sein qui reste faible...
Santé publique

L’EFP cible la « gen Z »

La « Journée européenne de la santé gingivale », organisée le 12 mai dernier par la Fédération européenne de parodontologie (EFP), a particulièrement ciblé la...
Santé publique

Éduquer à la prévention en santé

Dans un rapport publié fin mars, l’Académie nationale de médecine, face « aux valeurs médiocres de certains indicateurs comme l’espérance de...
Santé publique

Alcool, cigarette électronique, cannabis : les ados en danger selon l’OMS/Europe

L’alcool est la substance psychoactive la plus couramment consommée par les adolescents (10-20 ans), tandis que les cigarettes électroniques sont...