Un décret encadre un éventuel déremboursement

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire
Un décret paru au Journal officiel du 17 mars fixe le cadre d’un éventuel déremboursement de l’homéopathie. Il précise les critères d’évaluation de ces médicaments par la commission de la transparence de la Haute Autorité de Santé (HAS). Cinq critères seront pris en compte dans l’appréciation du bien-fondé de la prise en charge : « l’efficacité des médicaments concernés, leurs effets indésirables, leur place dans la stratégie thérapeutique, notamment au regard des autres thérapies disponibles, la gravité des affections auxquelles ils sont destinés et leur intérêt pour la santé publique ».

La HAS peut rendre un avis global commun à l’ensemble des médicaments homéopathiques ou à un ensemble d’entre eux regroupés « par catégorie homogène, le cas échéant en fonction de situations thérapeutiques ». L’avis rendu, les laboratoires concernés disposeront de 10 jours pour adresser leurs observations écrites ou être entendus par la HAS. Les granules seront alors « inscrites, maintenues ou radiées » de la liste des médicaments remboursables. L’avis de la HAS est attendu pour la fin du printemps. En mars 2018, 124 médecins et professionnels de santé publiaient une tribune contre l’utilisation et le remboursement de l’homéopathie. Le collectif demandait « l’exclusion de ces disciplines ésotériques du champ médical », « sans aucun fondement scientifique », financées par les pouvoirs publics, « nourries par des charlatans en tout genre qui recherchent la caution morale du titre de médecin » et « basées sur des croyances promettant une guérison miraculeuse ». Face à la polémique, le gouvernement a demandé à la HAS d’évaluer ces médicaments.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Politique de santé

Centres de santé : « ne pas faire d’amalgame » demande la FNCS

Dans un communiqué du 30 avril, la Fédération nationale des centres de santé (FNCS) se « félicite » de la décision prise...
Politique de santé

Un questionnaire pour préparer l’arrivée des logiciels métiers

Le « Ségur du numérique en santé » est un programme de soutien de l’État au développement du numérique en santé. Il...
Politique de santé

SESAM-Vitale en chiffres

En 2023, 404 576 professionnels de santé libéraux ont facturé en SESAM-Vitale (contre 395 093 en 2022). 1,33 milliard de FSE (Feuilles de soins...
Politique de santé

Fraudes sociales : les centres de santé dans le viseur du gouvernement

« Pour la première fois, nous avons dépassé la barre des 2 milliards d’euros de fraude sociale détectée en une année », a annoncé...
Politique de santé

7,4 millions de bénéficiaires de la C2S

Depuis 2019, année de la fusion de la CMU-C et de l’ACS, les effectifs de la C2S, née de cette fusion, poursuivent leur progression...
Politique de santé

Lieux d’implantation des cabines de téléconsultation : la HAS fixe les règles

Après la polémique suscitée en novembre dernier, par la proposition de la SNCF de mettre en place dans 300 de...