Une majorité des refus de soins concerne encore la profession

  • Publié le .
Information dentaire

Même si peu de cas de refus de soins sont signalés à l’Assurance maladie, une majorité concerne les chirurgiens-dentistes, souligne le rapport d’activité 2020 du service de médiation de la CNAM publié le 5 juillet. Ses médiateurs traitent les plaintes et signalements de refus de soins formulés par les bénéficiaires de la C2S (ex CMU-C et ACS) et de l’AME ou par les professionnels de santé.

209 dossiers ont été enregistrés pour l’année 2020, soit une diminution de 58 % par rapport à l’exercice 2019 (501 dossiers). Parmi ces signalements, 43 ont fait l’objet d’un abandon, « les médiateurs n’ayant pu aller plus avant dans leur instruction dans la mesure où l’assuré n’a pas communiqué les éléments nécessaires permettant d’apprécier la situation », indique le rapport.

Les bénéficiaires de la C2S représentent, comme en 2019, 94 % des signalements versus 6 % pour les bénéficiaires de l’AME. Les motifs de refus de soins le plus invoqué, quelle que soit la catégorie de professionnel de santé, est le « refus de tiers payant intégral » (49 %), puis le « dépassement d’honoraires, actes hors panier de soins ou hors nomenclature sans l’accord d’un devis signé » (27 %) et le « refus de rendez-vous » (10 %).

Les signalements qui concernent les chirurgiens-dentistes restent majoritaires (29,19 % contre 26,95 % en 2019), et ont pour principaux motifs des dépassements d’honoraires, des refus d’appliquer le tiers payant intégral, et des refus de rendez-vous. D’autres spécialistes (cardiologue, anesthésiste, rhumatologue, orthodontistes…) sont aussi concernés (17,70 % contre 21,75 % en 2019). Les médecins généralistes sont en cause dans 10,53 % des cas.

La grande majorité des signalements de refus de soins trouve une solutions grâce à médiation. Seuls 19 signalements sont restés sans solution amiable. « Il s’agit du cas du professionnel de santé qui ne répond pas aux courriers et appels du médiateur ou celui qui persiste à ne pas appliquer le tiers payant, ou encore qui refuse de rembourser le dépassement d’honoraires… », explique la CNAM.

Pour mémoire un décret publié le 4 octobre 2020 au Journal officiel définit la « procédure applicable aux refus de soins discriminatoires et aux dépassements d’honoraires abusifs ou illégaux ». Pour un refus de soins « avéré », une pénalité financière « équivalant à deux fois le plafond mensuel de sécurité sociale » est prévue (6 856 €). Pour les dépassements abusifs ce sera une pénalité équivalant « à deux fois le montant des dépassements facturés » (lire ici https://bit.ly/3yplNWu)

 

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Le SFCD plaide pour la possibilité d’organiser des « remplacements temporaires partiels »

Aujourd’hui, le remplacement du chirurgien-dentiste libéral, quelle que soit sa durée, doit correspondre à une interruption complète et effective de...
Vie de la profession

Commandez des blouses, soutenez l’AOI

Du 27 mai au 2 juin, l’entreprise Happyblouse, spécialisée dans la vente de tenue médicale, reverse 10 % du montant de chaque commande à l’AOI...
Vie de la profession

Il faut 11 jours pour obtenir un rendez-vous chez le dentiste

Le délai médian pour obtenir un rendez-vous avec un chirurgien-dentiste est de 11 jours en France métropolitaine, montre une étude...
Vie de la profession

Mission humanitaire à Madagascar : des étudiants parisiens lancent un appel aux dons

« Smile for Mada », créée par des étudiants parisiens en chirurgie dentaire, est une association à vocation humanitaire. Elle...
Vie de la profession

Les étudiants en santé veulent en finir avec la réforme PASS/LAS

81 % des étudiants en première année de médecine se disent plus stressés que jamais, 43 % ressentent un stress...
Vie de la profession

Brossage et hygiène bucco-dentaire : les recommandations de la FDI

La FDI publie le 29 avril des recommandations de bonnes pratiques concernant le brossage des dents et l’hygiène bucco-dentaire. Elle...