Vers une régionalisation du numerus clausus ?

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

La ministre de la Santé, Marisol Touraine devait présenter le 16 novembre lors d’un déplacement à la Faculté de médecine de Tours son « Pacte territoire santé », deuxième du nom. Mais pour cause d’attentats, l’événement a été reporté sine die. Selon l’AFP, Marisol Touraine devait annoncer une « hausse immédiate de 6,4 % du numerus clausus », ciblée sur dix régions. Le Centre-Val-de-Loire disposerait de 20 places supplémentaires, l’Auvergne et la région Rhône-Alpes de 18 chacune, la Bourgogne de 15, la Réunion 12, la Haute-Normandie 13, la Basse Normandie 7, le Nord-Pas-de-Calais 10, les Antilles-Guyane 10 et la Picardie 8. Cette régionalisation du numerus clausus doit permettre de lutter contre « l’inégale répartition des médecins » sur le territoire. Aucune information n’a filtré concernant le numerus clausus des chirurgiens-dentistes.
D’autres mesures pour attirer les jeunes vers la médecine libérale devaient également être présentées. Ainsi, les étudiants de 2e et 3e cycles dans plusieurs spécialités (en particulier en gynécologie médicale, ophtalmologie, pédiatrie, cardiologie, dermatologie) seraient incités à réaliser des stages en maison ou centre de santé plutôt qu’à l’hôpital, à l’instar des étudiants en médecine générale qui font leur stage dans des cabinets libéraux. Le nombre de Contrats d’Engagement de Service Public (CESP) proposés aux étudiants devrait également être accru, passant de 1 300 à 1 700 en 2017. Signé par les étudiants dès la deuxième année, s’ils le souhaitent, le CESP ouvre droit au versement d’une allocation mensuelle de 1 200 € bruts jusqu’à la fin de leurs études. En contrepartie, les bénéficiaires s’engagent dès la fin de leurs études à exercer leur art pour une durée équivalente à celle du contrat, à titre libéral ou salarié, dans des zones géographiques définies par les ARS où la répartition des professionnels de santé n’est pas satisfaisante.
Objectif, à travers l’ensemble des mesures de ce « Pacte territoire santé » n° 2 : inciter 1 000 jeunes à s’installer dans les déserts médicaux d’ici à 2017.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Le SFCD plaide pour la possibilité d’organiser des « remplacements temporaires partiels »

Aujourd’hui, le remplacement du chirurgien-dentiste libéral, quelle que soit sa durée, doit correspondre à une interruption complète et effective de...
Vie de la profession

Commandez des blouses, soutenez l’AOI

Du 27 mai au 2 juin, l’entreprise Happyblouse, spécialisée dans la vente de tenue médicale, reverse 10 % du montant de chaque commande à l’AOI...
Vie de la profession

Il faut 11 jours pour obtenir un rendez-vous chez le dentiste

Le délai médian pour obtenir un rendez-vous avec un chirurgien-dentiste est de 11 jours en France métropolitaine, montre une étude...
Vie de la profession

Mission humanitaire à Madagascar : des étudiants parisiens lancent un appel aux dons

« Smile for Mada », créée par des étudiants parisiens en chirurgie dentaire, est une association à vocation humanitaire. Elle...
Vie de la profession

Les étudiants en santé veulent en finir avec la réforme PASS/LAS

81 % des étudiants en première année de médecine se disent plus stressés que jamais, 43 % ressentent un stress...
Vie de la profession

Brossage et hygiène bucco-dentaire : les recommandations de la FDI

La FDI publie le 29 avril des recommandations de bonnes pratiques concernant le brossage des dents et l’hygiène bucco-dentaire. Elle...