Votre salle d’attente, un espace publicitaire ?

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

SURVEILLEZ-VOUS DE PRÈS LE CONTENU DES DOCUMENTS D’INFORMATION PRÉSENTS DANS VOTRE SALLE D’ATTENTE ?

Selon l’association UFC Que Choisir, 53 % des documents présents dans celles des médecins « servent directement des intérêts commerciaux » : 20 % sont édités par les laboratoires pharmaceutiques, 13 % par des industries de l’agro-alimentaire.

Ce constat déplaît fortement à l’association de consommateurs qui titre, dans son mensuel de janvier, « Non aux marchands du temple dans les salles d’attente », et demande à la ministre de la Santé, dans un communiqué du 8 janvier, « d’interdire les prospectus commerciaux, pour ne maintenir dans les salles d’attente que les seuls messages d’information sur la santé ».

L’enquête auprès de 672 cabinets de médecins montre que les salles d’attente contiennent en moyenne 9 dépliants qui, pour la plupart, dissimulent leur vraie nature. Ainsi, « seuls 29 % des documents commerciaux affi chent ouvertement leur vocation publicitaire, quand 71 % d’entre eux la masquent derrière une apparente mission d’information ».

La Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF) n’a pas tardé à réagir : « La plupart des dépliants et prospectus mis à la disposition des patients dans les salles d’attente des cabinets des médecins libéraux (…) sont des documents émanant des autorités sanitaires. (…) Ces documents participent à l’information des patients et, pour certains, relèvent de l’éducation thérapeutique, écrit le principal syndicat de médecins dans un communiqué du 9 janvier.

Concernant les prétendues publicités, l’UFC-Que Choisir, qui cherche à tout régenter, veut-elle aussi imposer la censure des pages de publicité contenues dans les journaux et magazines proposés dans les salles d’attente ? » La CSMF demande à l’UFC-Que Choisir « d’arrêter là son intrusion dans les cabinets médicaux, car il est hors de question que, demain, elle se permette de défi nir la couleur des peintures, la forme des chaises ou les espèces de plantes vertes autorisées, dans le but de se faire de la publicité. Les médecins libéraux sont encore maîtres chez eux et entendent le rester ! », conclut le syndicat.

Les professionnels de santé sont décidément une cible pour la presse « consommation ». Fin novembre, en plein ADF, 60 millions de consommateurs avait fait ses choux gras en publiant, avec l’aide de Santéclair, une contestable étude sur le reste à charge des prothèses dentaires et des traitements orthodontiques.

Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose…

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Vie de la profession

Le SFCD plaide pour la possibilité d’organiser des « remplacements temporaires partiels »

Aujourd’hui, le remplacement du chirurgien-dentiste libéral, quelle que soit sa durée, doit correspondre à une interruption complète et effective de...
Vie de la profession

Commandez des blouses, soutenez l’AOI

Du 27 mai au 2 juin, l’entreprise Happyblouse, spécialisée dans la vente de tenue médicale, reverse 10 % du montant de chaque commande à l’AOI...
Vie de la profession

Il faut 11 jours pour obtenir un rendez-vous chez le dentiste

Le délai médian pour obtenir un rendez-vous avec un chirurgien-dentiste est de 11 jours en France métropolitaine, montre une étude...
Vie de la profession

Mission humanitaire à Madagascar : des étudiants parisiens lancent un appel aux dons

« Smile for Mada », créée par des étudiants parisiens en chirurgie dentaire, est une association à vocation humanitaire. Elle...
Vie de la profession

Les étudiants en santé veulent en finir avec la réforme PASS/LAS

81 % des étudiants en première année de médecine se disent plus stressés que jamais, 43 % ressentent un stress...
Vie de la profession

Brossage et hygiène bucco-dentaire : les recommandations de la FDI

La FDI publie le 29 avril des recommandations de bonnes pratiques concernant le brossage des dents et l’hygiène bucco-dentaire. Elle...