Vouvoiement ou tutoiement du patient ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°40 - 22 novembre 2023
Information dentaire
La communication renvoie à des codes ; ceux de la politesse, de la prévenance et du respect. L’usage du tutoiement et du vouvoiement varie en fonction des pays. Dans les pays anglo-saxons, le tutoiement est « acquis ». En France, le vouvoiement correspond actuellement à une formalité de contact qui exprime une distance entre les individus. Cet espace laissé entre le praticien et son patient traduit souvent la considération qu’ils s’accordent l’un à l’autre. Pourtant, il n’est pas rare d’entendre le praticien tutoyer un enfant, un étudiant, une personne âgée, une personne anxieuse, un patient habituel. Cette communication crée du lien et rassure, parfois, le patient. Mais elle peut aussi donner une impression de dilettantisme, de familiarité ou de proximité qui sera mal ressentie.

Situation

« Alors Marie, je suis ravi de te voir, comment vas-tu depuis ta dernière consultation ? »

« Bonjour Madame, comment vous portez-vous depuis votre dernière consultation ? »

  • Les deux approches montrent une relation totalement différente entre le praticien et sa patiente. Existe-t-il une démarche plus éthique que l’autre ?
  • Doit-on adapter son tutoiement ou son vouvoiement en fonction du patient ?
  • L’âge du praticien peut-il influencer l’utilisation du tutoiement ?
  • Le sexe du patient (opposé à celui du praticien ?) doit-il guider le choix du professionnel ?
  • Comment s’adresser avec égards à son/sa patient/e lorsque le choix du tutoiement ou du vouvoiement est admis ?

Réflexions Docteur Thomas TRENTESAUX

MCU-PH Odontologie pédiatrique Faculté de chirurgie dentaire de Lille

L’article L1110.2 du code de la Santé publique énonce que « la personne malade doit avoir droit au respect de sa dignité ».

Dans ce contexte, si le vouvoiement, habituel­lement associé aux notions de respect et de formalisme social, paraît légitime, le tutoiement réduirait-il pour autant ce respect de la dignité ?

S’il est rare de vouvoyer un enfant de 5 ans, qu’en est-il de l’adolescent, de la personne adulte ou encore de la personne en perte d’autonomie ou en situation de handicap ?

Finalement, au-delà de la forme de la communication, deux questions se posent : celles de la reconnaissance du patient et celle de la juste distance qu’il convient d’instaurer avec lui.

Pour le philosophe Hegel, toute rencontre est avant tout une lutte pour la reconnaissance. Il n’en est pas autrement dans la relation de soin. Chacun des acteurs a ainsi le souhait d’être reconnu. Pour Didier Sicard, ancien président du Comité Consultatif National d’Éthique, il s’agit alors que « celui qui souffre sache qu’il est quelqu’un pour celui qui soigne » [1]. Pour Paul Ricœur, ce souci d’autrui est la raison…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Exercice professionnel

Acide hyaluronique : encadrement plus strict des produits injectables

Un décret publié au Journal officiel du 31 mai soumet à prescription les dispositifs médicaux à base d’acide hyaluronique injectable....
Exercice professionnel

Cybersécurité : le « pack » de BpiFrance

Face aux cyberattaques croissantes, BpiFrance, banque publique d’investissement française, dont la mission est le financement et le développement des entreprises, propose...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Dans quels cas un chirurgien-dentiste doit-il alerter la police ?

Situation – Une femme se présente sans rendez-vous à mon cabinet. Elle est blessée par une arme à feu au niveau de...
Exercice professionnel

Sécurité des professionnels de santé : les Ordres de santé soutiennent la proposition de loi

Alors que la proposition de loi visant à renforcer la sécurité des professionnels de santé, adoptée en première lecture à...
Exercice professionnel

Endocardite infectieuse : mise a jour de la HAS

La Haute autorité de santé (HAS) a mis à jour le 14 avril les recommandations aux chirurgiens-dentistes concernant la « Prise en charge...
Exercice professionnel

CNIL et santé

Sur 16 433 plaintes enregistrées par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) en 2023 (+ 35 % par rapport à 2022), 3 %...