3 erreurs à éviter pour débuter en stratification… et leurs solutions

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°8 - 26 février 2020 (page 21-24)
Information dentaire
La stratification des résines composite en secteur esthétique est un art délicat qui demande une réelle courbe d’apprentissage. Nous présenterons, à travers trois cas cliniques, les erreurs classiques et facilement évitables de tout débutant en stratification.

Erreur 1 : biseau ou congé insuffisant

Lorsqu’un patient se présente en consultation pour la restauration d’une incisive fracturée, nous cherchons à être le moins invasif possible, évitant ainsi de délabrer davantage la dent, d’où notre choix fréquent des résines composite [1]. Par souci d’économie tissulaire, notre préparation dentaire est souvent insuffisante : c’est notre première erreur. Un biseau ou congé suffisamment large est indispensable à l’intégration du composite. Il est fréquent, comme dans le cas présenté ici, que la fracture de l’angle incisif soit plus importante en palatin (fig. 1). Un biseau large est ici recommandé pour une transmission optimale de la lumière. L’absence de biseau (ou congé) large et profond laisse apparaître une bande translucide grise au niveau du joint dent/composite [2] (fig. 2-5).

Afin d’éviter cette bande grise, nous utiliserons essentiellement des masses dentine sur le joint, du mur palatin au biseau vestibulaire. Pour le rendu esthétique, mieux vaut mettre trop de dentine que trop de masses émail au niveau du joint [1, 3, 4].

La correction de cette erreur (fig. 6) a été réalisée à la fraise boule au niveau du joint. Puis un sablage à l’alumine 27 mm et un traitement à l’acide orthophosphorique ont précédé la pose de l’adhésif. Les masses dentine ont été appliquées sur le joint, suivies d’une très fine masse émail. Pour finir, un polissage minutieux a été réalisé. Le résultat à quinze jours se révèle satisfaisant (fig. 6).

Erreur 2 : ne pas utiliser « d’opaqueur » en présence d’un substrat coloré

Un composite stratifié a été réalisé sur la 11 (fig. 7) dans l’attente d’un traitement parodontal. Une facette en céramique suivra la stabilisation parodontale [5].

Après la dépose de l’ancienne résine et le curetage des tissus carieux, la dentine résiduelle…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les « détails » de l’esthétique

Les critères anatomiques, au nombre de cinq sont : la forme de contour, le volume tridimensionnel, les lignes de transition,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les facettes dentaires, une thérapeutique minimalement invasive

Les praticiens sont de plus en plus confrontés à la demande esthétique de leurs patients, le sourire ayant une importance...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Esthétique et fonction : liaison numérique entre la clinique et le laboratoire

La complicité entre le laboratoire et le cabinet est aujourd’hui grandement améliorée par l’utilisation de nombreux outils numériques, qui modifient...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Restauration du sourire : “petits” moyens, grands résultats !

Lorsque des modifications sur des dents saines sont envisagées, le plus souvent chez de jeunes adultes demandeurs de traitements esthétiques...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique graduée du sourire étroit chez l’adulte : de l’orthodontie à la chirurgie

Le corridor buccal exerce une influence sur l’esthétique du sourire et constitue l’un des aspects les plus controversés. L’objectif est...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Usure érosive localisée : le principe de Dahl optimisé

Dans certaines situations cliniques d’usure dentaire essentiellement localisée au secteur antérieur, c’est-à-dire sans aucune, ou avec de faibles atteintes postérieures,...