Aphtes et aphtoses bucco-pharyngés

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°2 - 16 juin 2016 (page 67-74)
Information dentaire
Résumé
Les aphtes bucco-pharyngés sont des ulcérations spécifiques siégeant le plus souvent sur la muqueuse non kératinisée. On distingue les aphtes miliaires, géants et vulgaires. Les aphtes doivent être différenciés des ulcérations aphtoïdes qui sont secondaires à une cause générale le plus souvent. Les aphtes et les lésions aphtoïdes récidivantes doivent faire rechercher une cause générale et une maladie de Behcet. Le traitement des aphtes repose en première intention sur la corticothérapie locale et la prévention des récurrences sur un traitement par colchicine au long cours.
Implication clinique
Les aphtes sont des ulcérations muqueuses spécifiques douloureuses, sporadiques ou récurrentes dont le traitement est le plus souvent simple et efficace.

DÉFINITION
Les aphtes sont des ulcérations de la muqueuse buccale spécifiques, secondaires à une vasculite leucocytoclasique. Les aphtes buccaux sont sporadiques ou récurrents dans l’Aphtose Bucco-Pharingée Récidivante (ABPR). La forme clinique la plus sévère de l’ABPR est la grande aphtose de Touraine plus connue sous le nom de maladie de Behcet.

ÉPIDÉMIOLOGIE (1-2)
Les aphtes buccaux concernent 5 à 60 % de la population selon les études. La prévalence des aphtes est plus importante avant 60 ans, chez les femmes et les patients issus de groupes sociaux économiques favorisés.
La prévalence de la maladie de la maladie de Behcet varie en fonction des zones géographiques. Elle est endémique au pourtour méditerranéen (80 à 300 cas/100 000 habitants), au Japon (14 cas/100 000 habitants), en Asie centrale et en Iran. Il semble exister une égalité du sexe ratio et les formes familiales ne sont pas rares, souvent associées à l’antigène HLA B 51.

ÉTIOPATHOGENIE (1-2)
La pathogénie de l’ABR est mal connue. L’ABR est due à une vasculite secondaire à un processus dysimmunitaire. La mise en jeu de phénomènes d’immunité à médiation cellulaire semble prépondérante. Cette réponse lymphocytaire T s’accompagne de la production de TNF alpha, cytokine pro inflammatoire, qui a un puissant effet chimiotactique sur les polynucléaires neutrophiles qui sont présents à la phase ulcéreuse. D’autre part le TNF alpha stimule l’expression de molécules de classe I du Complexe Majeur d’Histocompatibilité qui pourraient favoriser la réponse cellulaire lymphocytaire cytotoxique probablement partiellement à l’origine des dommages tissulaires. Enfin, l’ischémie induite par la thrombose et la dissociation des capillaires expliquent aussi certainement la nécrose et l’ulcération.

ANATOMOPATHOLOGIE (2)
L’observation anatomopathologique est peu spécifique et doit être rapprochée du stade de l’aphte. Ainsi on décrira 4 phases :

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Nouvelle classification… et gingivite

Qu’est-ce que la gingivite induite par le biofilm selon Chicago 2017 ? Il s’agit d’une lésion inflammatoire résultant d’interactions entre...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Prise en charge des défauts parodontaux dans le cadre des traitements orthodontiques : avant, pendant ou après le traitement ?

Les critères diagnostiques Un certain nombre de critères doivent être pris en considération afin d’évaluer le secteur incisif mandibulaire et...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés La prise en charge de la gingivite liée à la plaque

La gingivite liée à la plaque est une inflammation non spécifique résultant de l’interaction entre le biofilm bactérien et les défenses...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Nouvelle classification… et santé parodontale

Qu’est-ce que la santé parodontale selon Chicago 2017 ? Cette nouvelle classification introduit pour la première fois la notion de santé parodontale...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Retour sur l’ADF 2019 – conférence n°3 : Halitose, hypersensibilité dentaire et impact de l’alimentation sur la santé bucco-dentaire

La maladie parodontale Elle est la première maladie chronique du monde, et touche tous les continents. 44 à 57 % des...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Ce que la nouvelle classification des maladies parodontales va changer dans notre pratique quotidienne

 Responsable scientifique : Yves Reingewirtz Conférenciers : Mariano Sanz Marjolaine Gosset La classification de 2017 est le fruit d’une longue...