Apport de l’impression 3D à la prothèse maxillo-faciale

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire, Stratégie Prothétique n°25 - 24 juin 2020 (page 64-70)

1. Impression 3D et prothèse oculo-palpébrale. a. L’oculariste réalise un œil en résine.

Information dentaire

La prothèse maxillo-faciale (PMF) a significativement évolué au cours de la dernière décennie et propose une alternative intéressante face au manque d’options chirurgicales. Cette évolution a été permise grâce au développement des biomatériaux et de l’imagerie médicale, mais également grâce à la CFAO qui a considérablement amélioré la reconstruction sur mesure. L’impression 3D s’est montrée particulièrement précieuse en PMF en raison des conditions anatomiques difficiles associées à l’obtention de modèle de travail. Les prothèses peuvent être plus complexes qu’auparavant, moins chères et plus rapides à fabriquer. L’utilisation quotidienne de l’impression 3D est illustrée dans cet article à propos de trois cas cliniques nécessitant la fabrication d’une épithèse oculo-palpébrale, d’un obturateur palatin et d’un porte-empreinte démontable.

Les pertes de substance stomato-gnathiques et cranio-faciales ont été pendant longtemps considérées comme irrémédiablement invalidantes. La qualité de vie du patient est considérablement dégradée en raison des atteintes esthétiques et fonctionnelles. Récemment, les avancées techniques en chirurgie ont grandement contribué au mieux-être de ces patients en recherche de solution définitive. Pour remédier aux pertes tissulaires et restaurer la continuité des tissus, la reconstruction chirurgicale est réalisée dans l’enfance pour les pertes d’origine congénitale et développementale, ou après/pendant l’intervention pour les origines traumatique, infectieuse ou carcinologique [1, 2]. Cependant, tous ne peuvent prétendre à la chirurgie pour des raisons médicales, financières ou géographiques. Ces patients doivent alors chercher une restauration fonctionnelle et esthétique dans les options non chirurgicales, telles que la prothèse maxillo-faciale (PMF) [3].

La reconstruction prothétique a aussi évolué au cours des dernières décennies [4]. La conception et fabrication assistée par ordinateur (CFAO) permet de travailler à partir de l’imagerie médicale du patient pour modéliser des objets numériques 3D et les fabriquer par addition ou soustraction. La PMF, comme le reste de la prothèse dentaire, a profité du développement de biomatériaux et techniques d’imagerie pour considérablement améliorer sa composante prototypique « sur-mesure » [5]. Cet aspect est primordial en PMF pour restaurer ces pertes de substance uniques et complexes qui s’inscrivent dans une reconstruction bio-psycho-sociale du patient [6].

En particulier, les PMF ont progressé grâce à la récente accessibilité de l’impression 3D, synonyme abusif de fabrication additive, qui consiste à mettre en forme les objets par ajout successif de matériau [7, 8]. L’impression 3D propose des machines de bureau de haute qualité et des logiciels de modélisation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prise en charge des complications biomécaniques en prothèse implanto-portée

Le recours à une réhabilitation prothétique par thérapeutique implantaire est, lorsque cela est possible, une solution de choix. L’emploi de...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Apport du concept de puits d’accès angulé en prothèse unitaire transvissée

Afin de répondre à la fois aux impératifs chirurgicaux et prothétiques, il est aujourd’hui acquis que la mise en place...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Extraction implantation temporisation immédiate : une méthode originale

Dans le respect du gradient thérapeutique énoncé par G. Tirlet et JP. Attal en 2009 [1], l’implantologie a logiquement pris...
Prothèse Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Les différents moyens d’enregistrer la relation maxillo-mandibulaire en prothèse fixée implanto-portée

Une des particularités des prothèses implanto-portées est l’absence de ligament parodontal autour des implants. Les implants sont ankylosés, en contact...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation prothétique d’une patiente atteinte d’ostéopétrose

L’ostéopétrose ou « maladie des os de marbre » décrite par Albers-Schönberg en 1904 [1] est une maladie métabolique osseuse autosomique qui...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Enseignements pratiques des restaurations partielles postérieures : conception d’un outil pédagogique

L’évolution des matériaux constitutifs des restaurations prothétiques et des systèmes d’assemblage a conduit à un véritable changement de paradigme dans...