Apport de l’impression 3D à la prothèse maxillo-faciale

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire, Stratégie Prothétique n°25 - 24 juin 2020 (page 64-70)

1. Impression 3D et prothèse oculo-palpébrale. a. L’oculariste réalise un œil en résine.

Information dentaire

La prothèse maxillo-faciale (PMF) a significativement évolué au cours de la dernière décennie et propose une alternative intéressante face au manque d’options chirurgicales. Cette évolution a été permise grâce au développement des biomatériaux et de l’imagerie médicale, mais également grâce à la CFAO qui a considérablement amélioré la reconstruction sur mesure. L’impression 3D s’est montrée particulièrement précieuse en PMF en raison des conditions anatomiques difficiles associées à l’obtention de modèle de travail. Les prothèses peuvent être plus complexes qu’auparavant, moins chères et plus rapides à fabriquer. L’utilisation quotidienne de l’impression 3D est illustrée dans cet article à propos de trois cas cliniques nécessitant la fabrication d’une épithèse oculo-palpébrale, d’un obturateur palatin et d’un porte-empreinte démontable.

Les pertes de substance stomato-gnathiques et cranio-faciales ont été pendant longtemps considérées comme irrémédiablement invalidantes. La qualité de vie du patient est considérablement dégradée en raison des atteintes esthétiques et fonctionnelles. Récemment, les avancées techniques en chirurgie ont grandement contribué au mieux-être de ces patients en recherche de solution définitive. Pour remédier aux pertes tissulaires et restaurer la continuité des tissus, la reconstruction chirurgicale est réalisée dans l’enfance pour les pertes d’origine congénitale et développementale, ou après/pendant l’intervention pour les origines traumatique, infectieuse ou carcinologique [1, 2]. Cependant, tous ne peuvent prétendre à la chirurgie pour des raisons médicales, financières ou géographiques. Ces patients doivent alors chercher une restauration fonctionnelle et esthétique dans les options non chirurgicales, telles que la prothèse maxillo-faciale (PMF) [3].

La reconstruction prothétique a aussi évolué au cours des dernières décennies [4]. La conception et fabrication assistée par ordinateur (CFAO) permet de travailler à partir de l’imagerie médicale du patient pour modéliser des objets numériques 3D et les fabriquer par addition ou soustraction. La PMF, comme le reste de la prothèse dentaire, a profité du développement de biomatériaux et techniques d’imagerie pour considérablement améliorer sa composante prototypique « sur-mesure » [5]. Cet aspect est primordial en PMF pour restaurer ces pertes de substance uniques et complexes qui s’inscrivent dans une reconstruction bio-psycho-sociale du patient [6].

En particulier, les PMF ont progressé grâce à la récente accessibilité de l’impression 3D, synonyme abusif de fabrication additive, qui consiste à mettre en forme les objets par ajout successif de matériau [7, 8]. L’impression 3D propose des machines de bureau de haute qualité et des logiciels de modélisation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Intérêts et faisabilité des réhabilitations par CFAO chez les patients pris en charge sous anesthésie générale : à propos de trois cas

Le plateau technique particulier de l’anesthésie générale soumet le praticien à certains obstacles pour la réalisation des étapes prothétiques conventionnelles....
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation esthétique et fonctionnelle d’un patient atteint de microdontie d’origine génétique : une approche pluridisciplinaire

Ce cas clinique présente la prise en charge d’un patient âgé de 33 ans avec une microdontie généralisée d’origine génétique des...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Évaluation in vitro de quatre scanners intra-oraux en prothèse implantaire plurale chez l’édenté partiel et chez l’édenté total

L’empreinte optique intra-orale, qui peut être considérée comme le premier maillon de la chaîne numérique de conception et fabrication assistées...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Mise en place de l’enseignement de l’empreinte optique et de la CFAO en formation initiale

Contexte Lire les informations sur une tablette, se réunir par visioconférence, réserver son billet de train par téléphone, faire sa...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Protocole de double mise en charge immédiate avec guide chirurgical de premier forage : à propos d’un cas clinique

La réhabilitation fonctionnelle et esthétique d’un patient totalement édenté par une double mise en charge immédiate constitue une des réhabilitations...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Enregistrement et transfert de la forme du berceau gingival dans les édentements du secteur antérieur

La réhabilitation implanto-prothétique du secteur esthétique est un défi permanent pour le praticien. En effet, l’ostéointégration et la survie d’un...