Approche ultraconservatrice du traitement des lésions érosives et abrasives

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 20-29)
Information dentaire
La prise en charge des lésions d’usure doit systématiquement préserver les tissus durs exposés qui sont, contrairement aux tissus carieux, indemnes d’invasion bactérienne ; le contrôle des facteurs étiopathogéniques associé aux solutions non invasives constituent les deux points clés de la thérapeutique.

Cet article, publié dans Réalités Cliniques (septembre 2012),a reçu le 1er Prix SPEPS 2013 du meilleur article de formation paru dans les revues destinées aux chirurgiens-dentistes. Nous avons souhaité vous le faire partager.



Les lésions d’usure résultent d’agressions chroniques des tissus dentaires sans intervention des bactéries. Il peut s’agir d’attaques chimiques par des acides (on parle alors d’érosions), de phénomènes mécaniques avec frottement d’un élément extérieur comme la brosse à dents ou autres agents agressifs (on parle d’abrasions). Il peut s’agir plus simplement de contacts dento-dentaires entre les surfaces occlusales ou proximales et on parle d’attrition [1, 2].

La prévalence de ces lésions est en augmentation comme l’attestent les études publiées récemment [3, 4].

Ces trois étiologies, érosions, abrasions, attritions donnent lieu à des formes cliniques extrêmementvariées, dès lors qu’elles peuvent être associées, et résulter d’étiologies diverses. La spécificité de ceslésions peut se résumer sous trois aspects :

• il n’y a jamais de tissu dur pathologique à éliminer comme c’est le cas dans la maladie carieuse,

• les pertes de substances engendrées résultent également de l’usure physiologique car l’exposition aux acides, le brossage des dents et les contacts inter-dentaires sont en effet quotidiens mais deviennent dans certains cas pathologiques avec une frontière parfois difficile à cerner entre physiologie et pathologie,

• les facteurs étiologiques sont parfois difficiles à contrôler mais impossibles à supprimer puisqu’ils résultent également du fonctionnement physiologique.

Dès lors, ce sont davantage les conséquences pulpaires de ces pathologies qui peuvent indiquer des traitements invasifs, les traitements restaurateurs strictement non invasifs, étant recommandés dans une très grande majorité de situations cliniques.

Cependant, les pertes de substance…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés 9 « trucs & astuces » pour ne plus rater ses chirurgies guidées en implantologie

La chirurgie guidée fait appel à un protocole d’acquisition extrêmement reproductible et codifié comportant différentes étapes. Chacune peut être source...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Comment diagnostiquer une lésion endo-parodontale selon la classification de Chicago 2017 ?

Quels sont les principaux signes et symptômes d’une LEP ? Les principaux signes et symptômes de ce type de lésion sont des...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Propositions thérapeutiques pour une patiente diabétique à risque carieux élevé

Cet article présente les étapes de prise en charge d’une patiente de 16 ans atteinte d’un diabète de type I non...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Gestion prothétique d’un cas de résorptions radiculaires externes post-traumatique chez un patient de 9 ans
À propos d’un cas

Situation initiale En février 2023, nous recevons au Service de Consultation et Traitements Dentaires un jeune patient âgé de 9...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Critères de choix pour les restaurations postérieures de molaires atteintes de MIH sévère

Situation clinique Une patiente de 10 ans se présente en consultation. Aucun antécédent médical ou chirurgical n’est constaté. À l’examen...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Restaurations adhésives partielles dans les secteurs postérieurs

La préservation tissulaire, la limitation des agressions pulpaires et le respect de la biomécanique de la dent sont devenus les...