Avenir de la prothèse maxillo-faciale

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°25 - 24 juin 2020 (page 72-78)

1. Représentation artistique : évolution des techniques et technologies en médecine orale. © Frédérique Ferrand, 2019.

Information dentaire

Les prothèses maxillo-faciales bénéficient aujourd’hui des avancées croissantes en matière de technologies convergentes, encore appelées technologies NBIC. Ces dernières, regroupant les nanotechnologies, les biotechnologies, l’informatique et le cognitivisme, permettent aux prothèses de ne plus être seulement posées et passives, mais assurent, à travers des phénomènes complexes d’hybridation et de vicariance, de véritables interactions neurophysiologiques avec les individus qui en bénéficient.

Des prothèses aux interfaces bioniques et cybernétiques

Depuis une vingtaine d’années apparaissent, de façon exponentielle, de nouveaux dispositifs que l’on pourrait nommer « prothèses maxillo-faciales d’amplification », visant notamment à une meilleure perception du monde par une amélioration des propriétés sensitivo-sensorielles, mais également par l’accès à certaines formes d’extra-sensorialité. À l’instar des prothèses de membres plus accès sur le gain de la motricité (c’est-à-dire d’une motricité augmentée), les spécialistes en prothèse maxillo-faciale (PMF) ouvrent un nouveau champ d’exploration, celui de l’optimisation des sens humains et de la conception de systèmes de récepteurs de la perception en rapport avec les organes sensoriels situés au niveau de l’extrémité céphalique. De plus, certaines performances artistiques nous éclairent sur ces évolutions technologiques à venir d’un point de vue sociétal et médical et dressent l’image d’un avenir vraisemblable dans le domaine des prothèses maxillo-faciales.

« Tout rêve d’avenir métamorphose la manière dont on éprouve le présent »
Boris Cyrulnik [1]

L’avenir des réhabilitations prothétiques corporelles et faciales est indéniablement associé à la cybergologie qui désigne l’étude des cyborgs, c’est-à-dire les associations diverses entre l’homme et la machine. Depuis les années 1990, beaucoup d’artistes travaillent à la jonction homme-machine, « se préoccupant essentiellement de trouver de nouvelles voies d’accès aux images et explorant de nouveaux univers », notamment fantastiques et/ou virtuels [2] (fig. 1). Le terme de « cybergologie », apparu sous l’impulsion du neurophysiologiste Manfred Clynes dans les années 1960, est réintroduit dans la littérature scientifique à la suite des travaux de Donna Haraway, biologiste, anthropologue et philosophe, dans son Manifeste Cyborg [3]. Plus récemment, le scientifique Jean-Claude Heudin propose une classification…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Simplifier la réalisation de la prothèse complète implanto-portée

La définition de la santé, par l’Organisation Mondiale de la Santé, est un état de confort total physique, psychique et...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Modélisation des contraintes au sein de deux châssis métalliques maxillaire

Les fractures des Prothèses Amovibles Partielles à Châssis Métalliques (PAPCM) ne surviennent pas de façon aléatoire mais à des sites...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés La Bridge Rescue Procedure (BRP) : remplacement d’implants perdus à l’aide d’implants zygomatiques et réadaptation du bridge d’usage

Malgré un taux de survie dépassant les 95 %, la réhabilitation fixe implantoportée de l’arcade totalement édentée peut être remise en...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés De la prothèse complète immédiate à la prothèse d’usage : apport du numérique

Le virage du numérique est largement amorcé et ses technologies transforment progressivement notre pratique. Ces outils permettent dorénavant la réalisation...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Surfaces polies stabilisatrices : profils et rôles

Les surfaces polies stabilisatrices, appelées aussi « extrados prothétiques », sont les surfaces prothétiques en rapport direct avec la langue, les joues...
Prothèse

Les coups de cœur de Maxime Helfer

Si l’empreinte optique n’est pas nouvelle, force est de constater qu’elle devient prépondérante dans les publications. Et ce n’est pas...