Bouche, stress et parodonte

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 110-116)
Information dentaire
Le stress est incriminé comme facteur de risque de nombreux problèmes de santé.
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il est l’effet négatif sur la santé mentale le plus répandu. Les progrès réalisés ces dernières années dans le domaine de la psychologie neuro-immuno-endocrine ont permis de mieux le comprendre dans ses relations de cause à effets.
Grâce à ces études, son influence négative sur le développement et l’évolution des maladies parodontales a pu être démontrée.
Il s’agit d’une réaction physiologique de l’organisme face à un événement subi, pénible ou agréable, qui nous permet de réagir face à cette situation. En principe, le stress nous fait réagir rapidement pour échapper à un danger.
Il devient nocif quand il perdure et nous empêche de retrouver un équilibre intérieur.

Que ce soit au travail, au sein de la famille ou bien en nous-mêmes, les sources de stress sont multiples. Il suffit de lire les titres de la presse magazine qui nous proposent des méthodes « antistress » (« zen attitude », la « pleine conscience antistress », la méditation, le qi gong, voire coloriage antistress) pour se rendre compte de l’impact du stress dans nos vies et notre besoin de le gérer.

Il existe également d’autres formes de stress que je ne développerai pas dans cet article, comme les phobies du chirurgien-dentiste à différents degrés, ou le stress tant psychologique que physique que nous, praticiens, subissons.

Attention également au “faux stress” : si nos emplois du temps sont aujourd’hui généralement bien chargés, cela ne veut pas dire pour autant que nous sommes stressés. Car le stress est aussi un phénomène de mode : celui ou celle qui a l’air stressé véhicule l’image d’un individu occupé, dont on présume qu’i n’est ni isolée socialement, ni déprimé et que sa vie est riche en événements.

Définitions

Le stress

Ce mot angoissant est utilisé de manière abusive et non opportune. Il est donc important de le définir. D’origine latine, le terme « stress » vient du verbe « stringere » qui, dans sa forme passive, signifie être tendu. Il est adopté au XIXe siècle par les Anglo-Saxons qui lui donnent le sens de réaction de détresse en rapport avec les agressions extérieures. Plus tard, il devient une force, une pression, une contrainte (« strain ») physique ou psychologique. C’est alors au début du XXe siècle que le mot réapparaît dans le langage des physiologistes.

Toujours au XIXe siècle, Claude Bernard (médecin français et fondateur de la médecine expérimentale moderne) introduit la distinction entre le « milieu intérieur » et le « milieu extérieur ». Entre ceux-ci existent des rapports nécessaires d’échange et d’équilibre.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés La prise en charge parodontale du patient diabétique

Responsable scientifique : Gaëlle Cheisson Intervenants : Hélène Rangé D’un point de vue épidémiologique, le diabète est une pathologie chronique...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Pourquoi et comment évoluer en chirurgie minimalement invasive

Responsable scientifique : Christian Verner Intervenants : Filippo Graziani Filippo Graziani (Italie) a introduit cette session sur le thème de...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Recommandations en parodontologie : applications au quotidien

Responsable scientifique : Julie Lamure Intervenants : Panos Papapanou, Evanthia Lalla Principes et applications de la classification de 2018 Le...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Vitamines C et D : impacts sur le parodonte et supplémentation de nos patients

En 2021, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) statue que la couverture vitaminique...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés L’étiopathogénie des maladies parodontales. Un aperçu historique des modèles, de l’infection focale à la dysbiose et aux voies de l’inflammation

RÉSUMÉ La parodontite est une maladie inflammatoire chronique multifactorielle associée à un biofilm bactérien dysbiotique et caractérisée par la destruction...
Médecine Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Évaluation de différents scores de risque Dans la prévention des maladies péri-implantaires. Analyse d’une étude clinique de cohorte à long terme

RÉSUMÉ Contexte Cette étude a comparé la valeur pronostique à long terme de deux modèles de scores d’évaluation du risque...