Corriger un sourire gingival grâce au repositionnement de la lèvre supérieure ou « lip repositioning »

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°2 - 15 juin 2021 (page 126-133)
Information dentaire
La chirurgie de repositionnement de la lèvre supérieure est une option thérapeutique intéressante pour la correction du sourire gingival, à condition que l’indication soit bien posée. L’objectif est de limiter la traction des muscles releveurs de la lèvre supérieure afin de réduire les mouvements de la lèvre dans le sens vertical et l’exposition gingivale lors du sourire. Les risques et complications de cette technique chirurgicale sont minimes par rapport aux bénéfices esthétiques, si le diagnostic initial est correct. De l’examen clinique aux simulations et à la réalisation de la chirurgie, toutes les étapes chirurgicales sont décrites à travers un cas clinique, en réponse à une demande esthétique.

L’exposition excessive de la gencive lors du sourire, connue sous le nom de sourire gingival, est une préoccupation esthétique pour un pourcentage non négligeable de la population avec une prévalence de 10,5 % [1] à 29 % [2] selon les études, pouvant être parfois mal perçue par certains patients qui souhaitent la corriger.

Le sourire gingival : de l’étiologie aux possibilités thérapeutiques

Le sourire gingival est caractérisé par une exposition de la gencive maxillaire supérieure à 3 mm lors d’un sourire large [3,4].

Le diagnostic et la détermination de l’étiologie sont essentiels pour le choix du traitement [5-7].

Diverses étiologies du sourire gingival sont décrites dans la littérature [8,9]. Bhola et coll. en dénombrent cinq types : l’éruption passive altérée, l’excès de croissance du maxillaire, l’hypertrophie gingivale, la présence d’une lèvre supérieure courte ou d’une hypermobilité labiale supérieure. Les auteurs proposent un arbre décisionnel pour guider le choix du traitement en tenant compte du diagnostic étiologique (fig. 1) [10].

Plusieurs traitements permettent de corriger le sourire gingival ; ils peuvent parfois être associés.

  • Le traitement parodontal (élongation coronaire en cas d’éruption passive altérée ou en présence de dents courtes, avec une gingivectomie ou un lambeau déplacé apicalement) [5].
  • Le traitement de repositionnement ou de stabilisation de la lèvre (qui est indiqué surtout en cas hypermobilité labiale) (fig. 2 et 3) [11,12].
  • La myotomie des muscles élévateurs de la lèvre supérieure afin de réduire les mouvements labiaux dans le sens vertical [13].
  • Les injections de toxine botulique au niveau des muscles naso-labiaux [1].
  • La chirurgie orthognathique pour corriger l’excès de croissance verticale du maxillaire.

Les possibles difficultés et suites opératoires de ces interventions…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés 9 « trucs & astuces » pour ne plus rater ses chirurgies guidées en implantologie

La chirurgie guidée fait appel à un protocole d’acquisition extrêmement reproductible et codifié comportant différentes étapes. Chacune peut être source...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Comment diagnostiquer une lésion endo-parodontale selon la classification de Chicago 2017 ?

Quels sont les principaux signes et symptômes d’une LEP ? Les principaux signes et symptômes de ce type de lésion sont des...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Propositions thérapeutiques pour une patiente diabétique à risque carieux élevé

Cet article présente les étapes de prise en charge d’une patiente de 16 ans atteinte d’un diabète de type I non...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Gestion prothétique d’un cas de résorptions radiculaires externes post-traumatique chez un patient de 9 ans
À propos d’un cas

Situation initiale En février 2023, nous recevons au Service de Consultation et Traitements Dentaires un jeune patient âgé de 9...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Critères de choix pour les restaurations postérieures de molaires atteintes de MIH sévère

Situation clinique Une patiente de 10 ans se présente en consultation. Aucun antécédent médical ou chirurgical n’est constaté. À l’examen...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Restaurations adhésives partielles dans les secteurs postérieurs

La préservation tissulaire, la limitation des agressions pulpaires et le respect de la biomécanique de la dent sont devenus les...