Encombrement physiologique mandibulaire mandibulaire de l’adulte : sauvons l’incisive !

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire, L'Orthodontiste n°28 - 22 juillet 2020 (page 68-73)
Information dentaire
Il n’est pas rare, aujourd’hui, de recevoir en consultation dans les cabinets d’orthodontie des patients de plus en plus « âgés », avec une demande esthétique limitée à l’alignement du secteur antérieur mandibulaire. Ce sont souvent des patients motivés par le caractère évolutif de la situation. Qu’ils aient eu ou pas des malpositions initiales, l’encombrement qui s’installe les interpelle et les interroge. Pourquoi ? Jusqu’où cela peut-il aller ? Peut-on stopper le phénomène ?

Face à l’encombrement mandibulaire, les « dents de sagesse » sont souvent incriminées quand elles sont encore en place ou l’incompréhension s’installe quand elles ont été retirées tôt.

L’aspect irrégulier pousse les patients à consulter quand la projection ou l’égression d’une dent s’accentue, avec la peur de la perdre. Si certains mettent en avant des difficultés au brossage, d’autres parlent clairement d’une gêne esthétique.

Dans certains cas, des récessions gingivales, notamment avec le déplacement vestibulaire d’une ou plusieurs dents, sont présentes.

Face à un encombrement plus ou moins marqué, un traitement d’orthodontie associé à l’extraction d’une incisive est souvent proposé comme un « compromis thérapeutique acceptable ». Pourtant, cette solution, dans bien des cas, chez l’adulte, qui plus est, « mûr », ne constitue par la solution idéale.

Le but de cet article clinique est d’alerter et d’expliquer pourquoi il convient de sauver l’incisive mandibulaire dans la majorité des situations d’encombrement chez des patients qui subissent les marques du temps.

Migrations physiologiques

Les dents se déplacent tout au long de la vie (fig. 1) !

Ce phénomène est déjà connu des implantologistes qui se trouvent confrontés à la « croissance alvéolaire continue » des dents adjacentes à l’implant sur le long terme, avec pour conséquence une dégradation du sourire quand le secteur antérieur est concerné.

Behrents montrait dès 1985 que la croissance cranio-faciale ne s’arrête pas au début de l’âge adulte mais qu’il s’agit d’un processus continu qui perdure jusqu’à des âges avancés [1].

Plus récemment, en 2015, Pancherz a mis en évidence une croissance squelettique tardive de l’adulte [2].

Behrents a aussi publié, en 2001, une étude longitudinale comparative entre des sujets traités et non traités en orthodontie observés…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’infraclusion : point de vue du kinésithérapeute, Hélène Gil

Quelles sont les difficultés de traitement par kinésithérapie de l’infraclusion ou béance antérieure ? Hélène Gil : De nombreux articles [1-2] relatent le rapport...