Faut-il une greffe gingivale pour créer de la muqueuse kératinisée ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°33 - 2 octobre 2019 (page 20-23)
Information dentaire

La question

La gencive kératinisée péri-implantaire est-elle nécessaire ? L’absence de gencive kératinisée favorise-t-elle l’apparition des péri-implantites ? Le lien direct est discuté et les publications n’apportent pas une réponse ferme sur ce point. Toutefois, il est clairement admis que l’accès à l’hygiène est simplifié à partir du moment où la gencive est immobile autour des implants.
La gencive kératinisée apporte une stabilité dimensionnelle supplémentaire à la collerette muqueuse autour des émergences implantaires. Son apport est fréquemment réalisé par une greffe gingivale libre. Toutefois, cet acte invasif freine certains praticiens dans sa mise en œuvre. La question est : faut-il une greffe gingivale pour créer de la muqueuse kératinisée ?
Nous allons, à travers un cas clinique, illustrer une approche simple et prévisible pour obtenir cette bandelette en minimisant l’acte chirurgical.

La méthode

La translation de la muqueuse kératinisée en apical permet une migration secondaire spontanée. Il faut toutefois un résidu de bandelette crestale qui puisse être séparé en deux par le début de l’incision. Cette bandelette devrait être de 2 mm au minimum.
L’incision de demi-épaisseur crestale doit conserver le conjonctif adhérent à la surface osseuse. L’incision se prolonge en demi-épaisseur sur toute la face vestibulaire, en gardant le conjonctif en regard de l’os.

Les brides musculaires doivent être délicatement désinsérées de la surface résiduelle comprenant le périoste. Une fois l’espace créé suffisant, soit environ 5 mm, le lambeau de demi-épaisseur est suturé apicalement au périoste.

Ce dernier est alors incisé en regard des implants et décollé juste pour exposer la tête de la vis de cicatrisation. Les piliers de cicatrisation sont alors insérés en expansant le conjonctif supra-implantaire.

La faisabilité

Bien entendu, il est recommandé d’intervenir…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie

Traitement du maxillaire fortement résorbé à l’aide d’implants transzygomatiques

La perte des dents s’accompagne toujours d’une résorption osseuse plus ou moins importante, phénomène parfois accentué par le port de...
Implantologie prothétique

20 ans de réhabilitation complète sur implants : aspects prothétiques

Voici quelques décennies que tout a commencé, par des réhabilitations complètes sur implants, uniquement sur l’arcade mandibulaire opposée à une...
Implantologie prothétique

Aménagement prothétique péri-implantaire de la zone esthétique

Restauration transitoire Dans le secteur antérieur, la mise en place d’une restauration implanto-portée transitoire est indispensable pour mettre en forme...
Implantologie chirurgicale

Réhabilitations maxillaires complètes de grande étendue

À travers deux cas cliniques, cet article va se focaliser sur les réhabilitations complètes fixes implanto-portées et distinguer : –...
Implantologie chirurgicale

Reconstruction osseuse verticale du secteur antérieur avec les armatures en titane

Dans la zone esthétique, une épaisseur osseuse de 2 à 4 mm est préconisée antérieurement au col implantaire [2-5]. Elle...
Implantologie chirurgicale

Reconstruction osseuse autogène en secteur esthétique

La technique de greffe autogène est basée sur la préparation des blocs corticaux mandibulaires prélevés dans la zone rétro-molaire. La...