Gestion parodontale lors des traitements orthodontico-chirurgicaux des canines incluses maxillaires

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°21 - 25 mai 2022 (page 40-46)
Information dentaire
L’inclusion des dents est une problématique fréquemment rencontrée par le chirurgien-dentiste. Touchant environ 2 % de la population [1], les canines maxillaires sont les deuxièmes dents le plus souvent incluses après les troisièmes molaires mandibulaires. La désinclusion des canines repose sur une prise en charge pluridisciplinaire associant l’orthodontiste et le chirurgien oral. Ce dernier devra réaliser le dégagement chirurgical pour permettre la mise en place de la dent sur l’arcade. Pour cela, il est impératif de connaître les techniques d’aménagement tissulaire pour assurer un accès facilité, une traction orthodontique efficace et un maintien des tissus mous dans le temps.

Les étiologies des inclusions sont nombreuses et variées. L’inclusion de la canine peut apparaître au cours d’une mutation génétique isolée, dans les formes syndromiques où de nombreuses dents restent incluses (dysostose cleido-cranienne, syndrome de Down, amélogenèse imparfaite, fentes labio-alvéolo-palatines) ou d’autres causes systémiques comme l’hypothyroïdisme, l’achondroplasie ou encore les carences vitaminiques [1]. Cependant, la cause la plus fréquente des inclusions canines reste d’origine locale. Cela peut être dû à la présence d’obstacles anatomiques tels qu’un élément surnuméraire, une courbure apicale ou une lésion kystique susceptible de bloquer l’évolution de la dent. Cela peut également provenir d’un manque de place dans le cas d’une dysharmonie dento-maxillaire associée ou non à une dysharmonie dento-dentaire. La présence de fosses nasales larges et d’un prémaxillaire étroit peut aussi favoriser ces inclusions. Enfin, la perte précoce des canines lactéales peut entraîner un retard d’évolution et donc l’inclusion de la dent [2].

L’inclusion uni ou bilatérale est dans la majorité des cas (environ 85 %) une inclusion du côté palatin, sauf en cas d’inclusion haute, situation dans laquelle la couronne subit le plus souvent une vestibulo-version [3, 4].

La thérapeutique orthodontico-chirurgicale est à ce jour le gold standard de la prise en charge des canines incluses. Le but est de les tracter sur l’arcade après l’aménagement de l’espace nécessaire. La dent ayant initialement une position ectopique, le trajet de repositionnement orthodontique peut conduire à des complications à long terme sur le plan parodontal [5]. En effet, une dent doit effectuer son éruption sur la crête, en présence de gencive kératinisée, ce qui permet un maintien de l’hygiène et par conséquent une santé parodontale nécessaire à la survie de la dent sur l’arcade à long terme [6, 7].

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Hypoesthésie postopératoire, histoire d’une complication d’une chirurgie plastique parodontale

Cas clinique ► Il était une fois une amie, médecin, qui présentait des récessions gingivales de 34 à 36. La...
ODF

Article réservé à nos abonnés Apparition d’une béance unilatérale chez l’adulte

Cas clinique ► Un patient âgé de 23 ans est adressé à l’unité d’Occlusodontologie et de Réhabilitation de l’appareil manducateur...
Implantologie chirurgicale Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la réponse inflammatoire de la péri-implantite par rapport à celle de la parodontite

Résumé Objectif Identifier précocement les patients et les sites à risque de péri-implantite est crucial pour prévenir au plus tôt...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutiques adjuvantes et innovantes dans le traitement parodontal non chirurgical

La maladie parodontale est considérée comme la sixième maladie inflammatoire chronique la plus répandue chez l’Homme. La parodontite résulte d’un...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Porphyromonas gingivalis

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. Elle présente l’identité de l’habitant (procaryote...