Hypoesthésie postopératoire, histoire d’une complication d’une chirurgie plastique parodontale

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°26 - 29 juin 2022 (page 46-50)
Information dentaire

L’hypoesthésie, voire l’anesthésie postopératoire dans la région latéro-mandibulaire, est une complication qui se rencontre en chirurgie parodontale. Cette situation est source d’inquiétude pour le patient, qui doit être prévenu de cette possibilité, comme pour le praticien. L’interrogatoire et un examen clinique permettent de distinguer une anesthésie avec une perte totale des sensations d’une hypoesthésie, d’une paresthésie (sensations de picotement ou de grattage) ou encore d’une allodynie (douleur provoquée au toucher, par la mastication ou la parole).

Cas clinique

► Il était une fois une amie, médecin, qui présentait des récessions gingivales de 34 à 36. La sensibilité thermique de ces récessions indiquait un recouvrement par une technique de chirurgie plastique parodontale (fig. 1 et 2).

► Nous avons l’habitude de dire que « c’est toujours dans ces cas-là que rien ne se passe comme prévu »… Et en effet, quelques jours après l’intervention, qu’elle ne fut pas ma surprise lorsqu’elle m’annonça qu’elle avait partiellement perdu sa sensibilité labiale ! Une sacrée complication ! Son stress… et le mien étaient à leur comble. De quel type de lésion s’agissait-il précisément ? Quelles pouvaient en être les causes ? Comment la rassurer ? Que pouvais-je faire pour y remédier ? Combien de temps cela allait-il durer ? Et surtout, risquait-elle de garder des séquelles ?

► Un chirurgien-dentiste averti en vaut deux. C’est la raison pour laquelle, je souhaitais partager avec vous cette expérience à l’issue heureuse !

Face aux récessions de classe 1 de Cairo [1] et en présence d’un vestibule relativement profond, une technique de recouvrement radiculaire par lambeau positionné coronairement selon Zucchelli et De Sanctis [2] associé à un greffon conjonctif est choisie.

Cette technique permet de recouvrir des récessions gingivales contiguës par une traction coronaire après une dissection partielle superficielle au-delà de la ligne muco-gingivale. Grâce à un jeu d’incisions des papilles, les incisions de décharge ne sont pas nécessaires. Un greffon conjonctif prélevé au palais selon la technique de l’enveloppe [3] est placé sur les récessions et suturé en même temps que le lambeau par des points suspendus [4].

Dans notre cas clinique, l’intervention a duré un peu moins d’une heure.

La patiente était prémédiquée :

  • antibiothérapie le jour de l’intervention : amoxicilline 500 mg, 2…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la réponse inflammatoire de la péri-implantite par rapport à celle de la parodontite

Résumé Objectif Identifier précocement les patients et les sites à risque de péri-implantite est crucial pour prévenir au plus tôt...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutiques adjuvantes et innovantes dans le traitement parodontal non chirurgical

La maladie parodontale est considérée comme la sixième maladie inflammatoire chronique la plus répandue chez l’Homme. La parodontite résulte d’un...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Porphyromonas gingivalis

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. Elle présente l’identité de l’habitant (procaryote...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique des récessions gingivales sévères dans le secteur antérieur mandibulaire

La récession gingivale se définit comme « la migration en direction apicale de la gencive marginale par rapport à la jonction...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Implant chez le patient parodontal : la solution idéale ?

Quelle est la place de l’implant dans le traitement parodontal ? La parodontite sévère est la sixième maladie non transmissible...