Ingénierie tissulaire en odontologie

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques, L'Information Dentaire n°1 - 15 mars 2019 (page 12-25)

ingenierie tissulaire en odontologie

Information dentaire
Après la description du principe, de l’évolution et des applications de l’ingénierie tissulaire dans la première partie, nous détaillons dans cet article l’une de ses applications en chirurgie implantaire, préprothétique et parodontale : l’utilisation de biomatériaux de régénération osseuse en décrivant leurs différents types, caractéristiques et indications.

Les biomatériaux de régénération osseuse sont utilisés en chirurgie implantaire (préservation d’alvéole, chirurgie sinusienne, traitement des péri-implantites), en chirurgie préprothétique (aménagement de crête) ainsi qu’en chirurgie parodontale pour le traitement des lésions infra-osseuses et les atteintes de furcation de classe II. Au cours du temps, différentes approches thérapeutiques ont été proposées afin d’améliorer les résultats des chirurgies traditionnelles. Tout d’abord l’utilisation de biomatériaux de régénération osseuse puis celle de membranes non résorbables ou résorbables et enfin les dérivés de la matrice amélaire. Dans ces deux dernières techniques, le biomatériau permettrait une régénération du système d’attache en complément du gain osseux. Ces biomatériaux de comblement/régénération osseuse peuvent provenir de différentes origines : os humain par autogreffe (os du patient prélevé au niveau intra ou extra-buccal) ou allogreffe (os de banque), biomatériau d’origine animale (xénogreffe et membranes d’origine porcine) ou synthétique (matériau alloplastique et membranes en PTFE ou en polymère) [1].

Les différents types de cicatrisation parodontale [2-4]

La cicatrisation parodontale se déroule dans un milieu septique et met en jeu plusieurs tissus ou structures de nature différente : l’épithélium et la surface dentaire (émail, cément ou dentine) qui sont non vascularisés, et le tissu conjonctif du chorion gingival avec l’implication à distance du ligament alvéolo-dentaire résiduel, riche source de cellules mésenchymateuses, et le tissu osseux. La cicatrisation obtenue après un traitement non chirurgical ou chirurgical peut suffire et est compatible avec la maintenance d’une bonne santé parodontale à long terme, il s’agit dans ce cas de figure d’une réparation. Cependant, dans certaines situations, comme lors de lésions infra-osseuses profondes, d’atteintes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Nouvelle classification #6… parodontite stade 2 grade B

Qu’est-ce qu’une parodontite stade II grade B selon la classification de Chicago 2017 ? Il s’agit d’une parodontite modérée à progression moyenne [1]. Les outils...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés nouvelle classification et gingivite

Qu’est-ce que la gingivite induite par le biofilm selon Chicago 2017 ? Il s’agit d’une lésion inflammatoire résultant d’interactions entre le...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés La nouvelle classification des maladies parodontales et péri-implantaires

Qu’est-ce que la santé parodontale selon Chicago 2017 ? Cette nouvelle classification introduit pour la première fois la notion de santé...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Dépendance nicotinique et sévérité de la parodontite

Résumé Le tabagisme est considéré comme un facteur de risque pour la genèse et la progression de la parodontite. Parmi la pléiade...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutique orthodontique et chirurgie plastique : étapes d’une prise en charge

Les relations entre le parodonte et la thérapeutique ODF sont étroites, puisque, schématiquement, l’orthodontie repositionne la dent dans l’enveloppe osseuse,...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Les restaurations partielles indirectes antérieures en céramique

La restauration partielle antérieure en céramique est un traitement prédictible et durable qui rétablit non seulement l’aspect esthétique de la dent...