La « Biomimétique » : un concept contemporain au cœur de la dentisterie adhésive

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°4 - 15 décembre 2013 (page 331-343)
Information dentaire
RESUME
Grâce à la sophistication des techniques adhésives et aux développements des matériaux composites et céramiques, il est possible aujourd’hui de reproduire une correspondance biomimétique entre des matériaux de substitution esthétique et le substrat anatomique d’une dent naturelle. Dans le cadre de la dentisterie contemporaine, le concept “Biomimétique” ou “Bioémulation”, qui trouve son origine dans l’étude histo anatomique des tissus naturels de la dent est un véritable synonyme d’intégration naturelle des biomatériaux mimant ou émulant au plus proche le comportement physiologique de la dent naturelle. Ce concept permet d’associer deux paramètres fondamentaux au cœur des thérapeutiques actuelles : la préservation tissulaire et l’adhésion. Les restaurations adhésives en céramique représentent dans le secteur antérieur les ambassadrices de cette dentisterie Biomimétique.

IMPLICATION CLINIQUE
La compréhension et l’application clinique des principes biomimétiques doivent permettre la forte diminution des dommages pulpaires et dépulpations excessives, la quasi disparition des tenons et ancrages corono radiculaires ainsi que la suppression des couronnes unitaires de “première intention”, en replaçant ainsi leurs indications actuelles dans le cadre de la réintervention prothétique.

Dans le cadre de la dentisterie contemporaine, le changement fort de paradigme qui s’opère dans le domaine de la prothèse conjointe concerne tout aussi bien ses indications actuelles que les biomatériaux et les modes d’assemblage qu’elle met en œuvre (1, 2).

Il est donc clairement admis que la prothèse conjointe conventionnelle basée sur des concepts essentiellement mécanistes à l’origine d’une perte tissulaire souvent excessive, voire extrême n’est plus acceptable tant sur le plan biologique que biomécanique (1, 3). Ainsi aujourd’hui, seuls les délabrements coronaires ne présentant pas de support dentaire suffisant et fiable mécaniquement pour un collage de qualité devraient rester les seules indications de la couronne unitaire (1, 2). En dehors de cette indication spécifique, la réalisation d’une couronne périphérique devrait légitimement se faire dans le cadre de la seule réintervention prothétique.

Parallèlement, les techniques adhésives offrent effectivement aujourd’hui au praticien la possibilité d’indiquer et réaliser dans de nombreuses situations des restaurations partielles aussi bien sur dents pulpées que sur dents dépulpées. Au-delà du statut pulpaire des dents concernées, ces restaurations peuvent aussi répondre à des contextes de perte de substance parfois importante; en particulier ceux relevant des phénomènes pathologiques d’érosion/usure en augmentation croissante dans tous les pays du monde et dont certains affichent un degré de sévérité extrême (4, 5, 6).

De plus, l’allongement de la durée de vie de nos concitoyens (en moyenne un trimestre par année) impose un nombre de réinterventions sur les restaurations plus important dans le temps. Cette donnée nécessite donc plus que jamais la conservation optimale des tissus lors des premières interventions cliniques sur la dent afin de rendre possibles et plus aisées toutes les réinterventions futures (3).

Ce changement de paradigme et cette…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Préparation verticale et effet de cerclage

Situation clinique Une patiente de 59 ans est reçue en urgence pour le décollement d’une facette en zircone sur sa...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés 9 « trucs & astuces » pour ne plus rater ses chirurgies guidées en implantologie

La chirurgie guidée fait appel à un protocole d’acquisition extrêmement reproductible et codifié comportant différentes étapes. Chacune peut être source...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Comment diagnostiquer une lésion endo-parodontale selon la classification de Chicago 2017 ?

Quels sont les principaux signes et symptômes d’une LEP ? Les principaux signes et symptômes de ce type de lésion sont des...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Propositions thérapeutiques pour une patiente diabétique à risque carieux élevé

Cet article présente les étapes de prise en charge d’une patiente de 16 ans atteinte d’un diabète de type I non...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Gestion prothétique d’un cas de résorptions radiculaires externes post-traumatique chez un patient de 9 ans
À propos d’un cas

Situation initiale En février 2023, nous recevons au Service de Consultation et Traitements Dentaires un jeune patient âgé de 9...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Critères de choix pour les restaurations postérieures de molaires atteintes de MIH sévère

Situation clinique Une patiente de 10 ans se présente en consultation. Aucun antécédent médical ou chirurgical n’est constaté. À l’examen...