La prothèse maxillo-faciale et l’exercice militaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°25 - 24 juin 2020 (page 24-30)
Information dentaire

C’est la cause du traumatisme facial, souvent balistique par armes de guerre, qui distingue le patient militaire, candidat à une réhabilitation maxillo-faciale, du patient civil. Dans les conflits modernes, le visage des soldats reste exposé, mais les blessures imposant des reconstructions complexes comme des greffes fibulaires demeurent rares, limitant l’acte de réhabilitation à la réalisation de prothèses endo-orales étendues aux pertes de substance de l’os alvéolaire.

14-18 : un conflit fondateur

Difficile d’éluder la « grande guerre » lorsqu’il s’agit d’évoquer la prothèse maxillo-faciale telle qu’elle est pratiquée au profit des militaires. C’est au cours de ce conflit que, portée par des pionniers, la chirurgie maxillo-faciale se constitue comme une spécialité à part entière. La brutalité des combats laisse alors de nombreux soldats blessés, mutilés, dont certains sont défigurés par les balles et par les éclats projetés par des armes à l’efficacité nouvelle (fig. 1). Le succès parfois tout relatif de thérapeutiques chirurgicales balbutiantes contraint à recourir à des artifices prothétiques originaux pour tenter de réparer ces « gueules cassées ».

Au cours du conflit, parmi les 3 millions de blessés français, on comptera 11 à 14 % d’atteintes du visage et 10 000 à 15 000 grands blessés de la face [1, 2].

Une forme d’atteinte en recrudescence

Cette première guerre mondiale, qui devait être, à ses débuts, rapidement remportée par les troupes françaises, prend une ampleur inattendue et inédite. Le conflit s’enlise et occasionne en quatre années près de 1,5 million de morts chez les poilus. Par comparaison, le précédent conflit franco-prussien de 1870 avait fait moins de 200 000 victimes et la seconde Guerre mondiale occasionnera 250 000 morts parmi les militaires français.

D’abord guerre de mouvement, puis guerre de position dont les fronts sont figés, elle se distingue en ce qu’elle est le premier conflit total, terrestre, naval, sous-marin et aérien, impliquant 70 millions de combattants des cinq continents. Les soldats français, d’abord équipés de tenues héritées du siècle précédent (fig. 2), sont confrontés sur les champs de bataille, puis dans les tranchées (fig. 3), à des armes aux effets ravageurs. Artillerie lourde, mortiers, mines, mitrailleuses, lance-flammes, fusées à balles, obus tirés par millions, dont les éclats…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Simplifier la réalisation de la prothèse complète implanto-portée

La définition de la santé, par l’Organisation Mondiale de la Santé, est un état de confort total physique, psychique et...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Modélisation des contraintes au sein de deux châssis métalliques maxillaire

Les fractures des Prothèses Amovibles Partielles à Châssis Métalliques (PAPCM) ne surviennent pas de façon aléatoire mais à des sites...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés La Bridge Rescue Procedure (BRP) : remplacement d’implants perdus à l’aide d’implants zygomatiques et réadaptation du bridge d’usage

Malgré un taux de survie dépassant les 95 %, la réhabilitation fixe implantoportée de l’arcade totalement édentée peut être remise en...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés De la prothèse complète immédiate à la prothèse d’usage : apport du numérique

Le virage du numérique est largement amorcé et ses technologies transforment progressivement notre pratique. Ces outils permettent dorénavant la réalisation...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Surfaces polies stabilisatrices : profils et rôles

Les surfaces polies stabilisatrices, appelées aussi « extrados prothétiques », sont les surfaces prothétiques en rapport direct avec la langue, les joues...
Prothèse

Les coups de cœur de Maxime Helfer

Si l’empreinte optique n’est pas nouvelle, force est de constater qu’elle devient prépondérante dans les publications. Et ce n’est pas...