Le bridge collé cantilever postérieur en céramique – Partie 1.

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°34 - 5 octobre 2022 (page 18-24)
Information dentaire

Premier cas clinique présenté après 10 ans de recul clinique

Le but de cette série d’articles en plusieurs parties, dont nous vous présentons aujourd’hui les deux premières, est de décrire notre premier cas (partie 1) qui a maintenant plus de dix ans, puis de présenter un premier état des données biomécaniques que nous avons étudiées ou rassemblées (partie 2) au sein d’une collaboration institutionnelle entre les facultés de Paris, Genève et Lille.
Nous vous présenterons par la suite une série de cas cliniques avec les conceptions actuelles des préparations et différentes approches expérimentales étudiant divers paramètres d'influence.

Pour la restauration des édentements unitaires du secteur antérieur, l’introduction en France des bridges collés cantilever en céramique a été assez tardive par rapport à ses voisins européens. Bien après la première publication internationale en 1997 [1], la première description française date, à notre connaissance, de 2008 [2] avec un cas clinique que nous avons réalisé en mars 2006 et un bridge toujours en place seize ans plus tard. À partir de cette date, nous avons approfondi nos connaissances sur le sujet [3], puis commencé à traiter de plus en plus de patients avec cette nouvelle géométrie prothétique, en proposant même une réflexion sur le choix des matériaux [4]. En 2014, à la demande de la CNSD (Les CDF aujourd’hui), nous avons rédigé, au nom de la Société Francophone de Biomatériaux Dentaires (SFBD), le premier dossier scientifique envoyé à la HAS (2015) qui a rédigé un compte rendu [5] dans le but d’obtenir une codification CCAM et un remboursement de cette thérapeutique, procédure qui a finalement abouti en 2017.

Puis de nombreuses publications ont suivi, dont l’historique a été minutieusement synthétisé récemment [6], et le bridge collé cantilever antérieur en céramique fait partie intégrante de notre arsenal thérapeutique [7]. Ses nombreux avantages par rapport à l’implantologie (esthétique plus reproductible, pas de greffe osseuse nécessaire, pas de vrai problème par rapport à la croissance continue, rapidité d’exécution…) font que, pour certains experts, il doit toujours s’envisager lors des édentements unitaires antérieurs [8]. Il répond remarquablement bien aux situations d’édentement antérieur des incisives centrales ou latérales maxillaires ou mandibulaires, et est d’ailleurs recommandé dans notre nomenclature des actes professionnels uniquement pour ces indications. En effet, dans ces situations, le niveau de preuves scientifiques est excellent [5].

Pourquoi pas le…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le bridge collé cantilever postérieur en céramique – Partie 2.

Force et contrainte Rappelons tout d’abord une donnée applicable à toutes les restaurations. Les conséquences des sollicitations occlusales dépendent certes...
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés À propos d’un cas de prothèse complète unimaxillaire : apports du titane en prothèse amovible

Le traitement d’un édentement complet uni-maxillaire est une situation thérapeutique délicate. En effet, la présence d’une arcade édentée opposée à...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation prothétique à l’aide d’une technique « one-step, no-prep modifiée »

L’usure dentaire, au sens large, est le nouveau défi de ces dernières années dans la prise en charge des patients....
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse complète : un travail d’équipe

La réalisation d’une prothèse fait concourir trois acteurs de soins, à savoir le patient, le prothésiste et le praticien. Il...
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés Techniques de réparation des prothèses amovibles partielles en résine

Les prothèses amovibles partielles en résine subissent régulièrement des fractures qui intéressent tous les constituants. En cas de fractures, les...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés La prothèse supra-radiculaire au service des édentements de longue étendue

En prothèse amovible partielle métallique (PAPM), les doléances des patients concernent essentiellement l’instabilité de leur prothèse lors de la mastication ;...