Le collage à la dentine sclérotique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°25 - 3 juillet 2019
Information dentaire
La dentine sclérotique est une réponse physiologique du complexe pulpo-dentinaire au vieillissement de la dent et aux agressions « lentes » type érosion, abrasion, attrition (fig. 1 et 2). Tous les patients présentent ou présenteront donc des surfaces de dentine sclérotique. Afin de restaurer ou de donner une seconde jeunesse à ces dents, et dans un contexte de dentisterie la moins invasive possible, nous serons amenés à coller sur cette dentine particulière. Or il a été montré que les valeurs d’adhérence étaient 20 à 45 % moindres que sur de la dentine dite « saine » [1]. C’est pourquoi nous ferons le point sur les stratégies adhésives et les procédures cliniques permettant de relever avec succès le défi du collage à la dentine sclérotique.

Différences entre la dentine saine et sclérotique

La dentine « saine » est composée d’une partie minérale (47 % du volume), d’une partie organique (33 % en volume, principalement du collagène) et d’eau. Elle présente une structure cristalline d’hydroxyapatite organisée autour d’un réseau de tubules contenant les prolongements cellulaires des odontoblastes. D’un point de vue ultra-structurel, les cristaux sont déposés sur un maillage de collagène.

La dentine sclérotique présente de grandes différences avec cette structure classique :
– les tubules dentinaires sont partiellement ou totalement oblitérés par une phase cristalline ;
– certains tubules ne sont pas oblitérés mais vides de prolongement odontoblastique ;
– la couche externe est une zone hyperminéralisée ;

La couche hyperminéralisée contient encore du collagène, mais celui-ci est complètement dénaturé. De plus, sa morphologie peut varier au sein d’une même région de dentine scléro­tique.
Prenons les lésions cervicales non carieuses, exemple typique de zone de dentine sclérotique (fig. 3) :
– la couche hyperminéralisée est épaisse dans la partie la plus profonde de la lésion. Elle présente deux espèces de bactéries : l’une piégée dans la partie minérale, l’autre se développant en tapis filamenteux à sa surface ;
– dans la partie occlusale de la lésion, la couche hyperminéralisée ainsi que la couche bactérienne de surface sont plus fines ;
– dans la partie gingivale de la lésion, la couche hyperminéralisée est encore plus fine (moins de 1 micron) et exempte de toute bactérie.

3. Morphologies de la dentine sclérotique le long d’une lésion cervicale non carieuse.

Sous cette zone hyperminéralisée se trouve ensuite la dentine sclérotique à proprement parler. Elle a, elle aussi…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Le sourire : le beau se confond-il avec l’idéal ?

Malgré leurs différences de style et d’approche de la beauté, on peut aimer à la fois Praxitèle, Rodin et Giacometti,...
Esthétique

Analyse esthétique de la face et du sourire : protocole photographique

Le visage avec ses composants (sourire, regard), de par son expression, est susceptible de provoquer une émotion, en particuliers s’il...
Esthétique

L’analyse esthétique informatisée

Si nombre d’auteurs ont abordé l’étude esthétique du sourire à des fins de restauration harmonieuse [1-6], certains ont même proposé...
Esthétique

Les lèvres, un élément du sourire sous-évalué

Comment définir aujourd’hui un sourire harmonieux ? Si pendant longtemps, aux yeux des professionnels dentaires, cela se traduisait essentiellement par le...
Esthétique

e-LAB : un nouveau système d’analyse et de contrôle chromatique

En prothèse fixée, la communication entre dentiste et prothésiste est essentielle pour obtenir de bons résultats, surtout en dentisterie esthétique....
Esthétique

Le projet esthétique 3D : la voie du futur

La photographie permet, depuis quelques années, de développer la planification d’un projet esthétique en deux dimensions (voir l’article précédent). L’analyse...