Le collage à la dentine sclérotique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°25 - 3 juillet 2019
Information dentaire
La dentine sclérotique est une réponse physiologique du complexe pulpo-dentinaire au vieillissement de la dent et aux agressions « lentes » type érosion, abrasion, attrition (fig. 1 et 2). Tous les patients présentent ou présenteront donc des surfaces de dentine sclérotique. Afin de restaurer ou de donner une seconde jeunesse à ces dents, et dans un contexte de dentisterie la moins invasive possible, nous serons amenés à coller sur cette dentine particulière. Or il a été montré que les valeurs d’adhérence étaient 20 à 45 % moindres que sur de la dentine dite « saine » [1]. C’est pourquoi nous ferons le point sur les stratégies adhésives et les procédures cliniques permettant de relever avec succès le défi du collage à la dentine sclérotique.

Différences entre la dentine saine et sclérotique

La dentine « saine » est composée d’une partie minérale (47 % du volume), d’une partie organique (33 % en volume, principalement du collagène) et d’eau. Elle présente une structure cristalline d’hydroxyapatite organisée autour d’un réseau de tubules contenant les prolongements cellulaires des odontoblastes. D’un point de vue ultra-structurel, les cristaux sont déposés sur un maillage de collagène.

La dentine sclérotique présente de grandes différences avec cette structure classique :
– les tubules dentinaires sont partiellement ou totalement oblitérés par une phase cristalline ;
– certains tubules ne sont pas oblitérés mais vides de prolongement odontoblastique ;
– la couche externe est une zone hyperminéralisée ;

La couche hyperminéralisée contient encore du collagène, mais celui-ci est complètement dénaturé. De plus, sa morphologie peut varier au sein d’une même région de dentine scléro­tique.
Prenons les lésions cervicales non carieuses, exemple typique de zone de dentine sclérotique (fig. 3) :
– la couche hyperminéralisée est épaisse dans la partie la plus profonde de la lésion. Elle présente deux espèces de bactéries : l’une piégée dans la partie minérale, l’autre se développant en tapis filamenteux à sa surface ;
– dans la partie occlusale de la lésion, la couche hyperminéralisée ainsi que la couche bactérienne de surface sont plus fines ;
– dans la partie gingivale de la lésion, la couche hyperminéralisée est encore plus fine (moins de 1 micron) et exempte de toute bactérie.

3. Morphologies de la dentine sclérotique le long d’une lésion cervicale non carieuse.

Sous cette zone hyperminéralisée se trouve ensuite la dentine sclérotique à proprement parler. Elle a, elle aussi…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés La pluridisciplinarité au cœur de la gestion thérapeutique des réhabilitations esthétiques

Écouter, observer et… savoir dire non La première étape consiste, avant toutes choses, à écouter le patient afin de pouvoir...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Érosion/infiltration Les clefs de la réussite par une bonne validation de l’accès à la lésion

La procédure d’érosion/infiltration est une thérapeutique connue et abondamment décrite dans la littérature [2, 3]. Il s’agissait au départ de...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Préparation idéale de facette adaptée au cas par cas

Objectif technique Pouvoir assurer la conception des facettes en céramique plurales ou unitaires, quelle que soit la nature du matériau...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Zircone et polissage

Questions… 1.  Existe-t-il plusieurs types de zircone avec différentes propriétés mécaniques ou optiques influençant les indications thérapeutiques ? 2. Les...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Lumière sur les différents types d’éclaircissements dentaires

Quelles sont les étiologies des dyschromies dentaires ? Avant tout traitement, il convient de déterminer l’étiologie des colorations dentaires. Selon leur...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Le gradient thérapeutique

Les facettes Les premières facettes en céramique furent posées par Charles Pincus dans les années 1930, afin d’améliorer le sourire...