Le veneerlay : une RECC indispensable dans le traitement des usures/érosions avancées

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°44 - 18 décembre 2019

1. Les indications de veneerlays peuvent être posées face à une érosion/usure localisée à un secteur (a) ou dans le cadre d’une prise en charge globale (b).

Information dentaire
Le terme veneerlay est une combinaison des termes anglo-saxons veneer et overlay. Difficilement traduisible en français, il caractérise une Restauration Esthétique en Céramique Collée (RECC) postérieure, restituant à la fois la table occlusale et la face vestibulaire.

Le terme veneerlay est une combinaison des termes anglo-saxons veneer et overlay. Difficilement traduisible en français, il caractérise une Restauration Esthétique en Céramique Collée (RECC) postérieure, restituant à la fois la table occlusale et la face vestibulaire.

Questions…

Question 1 Les indications des veneerlays ne concernent que les situations d’usure sectorielle

Question 2 L’épaisseur minimale de préparations en occlusal pour des veneerlays est de 0,6 mm

Question 3 Même pour les restaurations de dents postérieures, la préparation se fait avec des fraises de profondeur calibrées (deep marker) au travers d’un mock up

Question 4 Le réglage de l’occlusion se fait avec des fraises bague rouge avant la séquence de collage

Réponses : 1 : faux ; 2 : faux ; 3 : vrai ; 4 : faux

Commentaires

Question 1

Les indications des veneerlays sont principalement rencontrées dans la prise en charge thérapeutique des lésions d’érosion/usure dans lesquelles la perte des tissus amélaires et dentinaires impacte les faces vestibulaires et occlusales [1]. Les situations cliniques peuvent concerner aussi bien une usure sectorielle (fig. 1a) que globale (fig. 1b).

 

Les veneerlays peuvent être réalisés aussi bien sur des molaires que sur des prémolaires, même si ces dernières restent à la fois d’indications plus fréquentes et de réalisation plus aisée. En effet, l’indication de RECC à préparations minimalistes, nécessitant un collage pour assurer leur résistance, doit être posée en adéquation avec la possibilité d’isolation du site. En particulier, la difficulté à placer un champ opératoire dans la zone de furcation débutante sur une molaire peut parfois contre-indiquer le veneerlay. Dans ce cas, une option moins conservatrice, comme une couronne scellée, peut parfois être préférée.

Concernant l’indication des veneerlays sur les prémolaires, la notion…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

3 erreurs à éviter pour débuter en stratification… et leurs solutions

Erreur 1 : biseau ou congé insuffisant Lorsqu’un patient se présente en consultation pour la restauration d’une incisive fracturée, nous...
Esthétique

Le projet esthétique 3D : la voie du futur

La photographie permet, depuis quelques années, de développer la planification d’un projet esthétique en deux dimensions (voir l’article précédent). L’analyse...
Esthétique

Restauration prothétique fixée dans l’enfance : les couronnes pédiatriques en zircone

Les anomalies de structure des dents temporaires se manifestent par des atteintes très diverses : des anomalies de teinte, de morphologie,...
Esthétique

Recouvrement antérieur et abrasions sévères : traitement par prothèse composite

Il est intéressant et enrichissant de pouvoir suivre des patients sur plusieurs années. La confiance et la fidélité réciproques échangées...
Esthétique

Temps par temps d’un traitement antérieur par érosion/infiltration

1. Rappels sur la technique d’érosion infiltration Le diagnostic initial de la lésion amélaire (fluorose, hypominéralisation molaires incisives (MIH), lésion...
Esthétique

Le sourire : le beau se confond-il avec l’idéal ?

Malgré leurs différences de style et d’approche de la beauté, on peut aimer à la fois Praxitèle, Rodin et Giacometti,...